Le test du Salomon S-Lab Sense Set

Coureur sur route, Aurélien a testé le gilet Salomon S-Lab Sense. Verdic : le routier a trouvé la solution pour ses sorties longues et ses quelques expériences sur trails courts.

Salomon S-Lab Sense Set

Le testeur

Aurélien
33 ans
Gendarme

Taille : 1m75
Poids : 69kg
Pratique du running depuis 5 ans
6 à 8 entraînements par semaine en fonction des objectifs pour un peu plus de 100 km hebdomadaire

Chronos :
10 km : 32 mn30
Semi-marathon : 1h13
Marathon : 2h25mn05s
30 km eco-trail de Paris : 2h01mn18s (4e au scratch)

Présentation

Le sac Salomon S-LAB Sense Set permet d’emporter deux bouteilles isothermes sur l’avant ainsi que le matériel nécessaire pour les entraînements et compétitions de courte distance. Il s’agit d’un système très léger fabriqué avec des matériaux respirants et souples. Il peut se porter à même la peau.

Condition du test

J’ai utilisé ce sac lors du 30 km à l’Éco-trail de Paris (4e, lire le compte rendu de la course) et lors de mes entraînements quotidiens.

Description

  • SalomonS-Lab Sense SetAvant

Il possède deux poches frontales élastiques pour y loger les gourdes souples de 500 ml. Ces deux bouteilles isothermes flexibles possèdent une nouvelle valve buccale. En dessous, on trouve deux poches en stretch permettant de mettre quelques gels énergétiques par exemple. On trouve au niveau de la poitrine à droite une poche zippée pour un petit téléphone et à gauche une poche élastique. Élément de sécurité indispensable, le sifflet peut s’accrocher à droite comme à gauche sur des boucles à porter de bouche.

Le système de serrage Twin Link est composé par deux sangles élastiques qui s’accrochent au niveau de la poitrine et du ventre.

  • Latéral

Il y a deux poches zippées qui vont jusqu’au bas du dos. Composées d’une matière très souple, il est possible d’y mettre un gobelet, une couverture de survie, etc.

  • Arrière

La partie arrière est composée d’un mesh aéré et lisse.

Compte rendu du test

Lorsque je découvre le sac Sense set, je suis tout de suite impressionné par son poids. Il est extrêmement léger. Il pèse 150 grammes à vides avec les deux bidons flexibles de 500 ml (95 gr sans). Le stretch utilisé sur l’avant semble de bonne facture et le dos est fabriqué avec une maille fine et respirante.

Je trouve le design très sympa. La couleur noire donne de la discrétion et la présence de quelques bandes réfléchissantes ne dénature pas. Elles apportent une bonne visibilité et donc une sécurité appréciable de nuit.

Concernant le choix du modèle, Salomon propose plusieurs dimensions de sac en les classant comme des tailles de vêtement. En correspondance avec mon gabarit, j’essaie un modèle XS/S.  Il s’ajuste parfaitement que ce soit avec un t-shirt ou par dessus une veste plus épaisse grâce au serrage Twin Link. Ce système est constitué par deux sangles élastiques, l’une sur la poitrine et l’autre sur le diaphragme. À chaque niveau, il y a trois réglages possibles. Les sangles s’accrochent sur des passant souples et non plus plastiques comme sur le sac S-Lab Advanced Skin Hydro5. Il y a certainement moins de risque d’usure dans le temps et surtout moins de rigidité. Le Twin Link permet un réglage vraiment précis sur le corps.

S-Lab Sense Set - 07 gourdeLe premier essai est ‘’grandeur nature’’. C’est à l’occasion du 30 km de l’Eco-Trail. Le matin, je sors les deux gourdes pour les remplir avec ma boisson énergétique. Lors de la remise en place, je me rends vite compte qu’il est extrêmement difficile de glisser les bidons. La matière plastique accroche énormément avec le stretch du sac. J’aurais du les remplir en les laissant à leur emplacement au risque de mouiller le textile. Lors des essais suivants, j’ai quand même tenté en les sortant mais je n’ai jamais trouvé de méthode efficace pour les repositionner. Ce sera le seul défaut  que je trouverais à ce produit. Pour la course, il était obligatoire d’avoir un téléphone, une pièce d’identité, une couverture de survie, un gobelet et une réserve alimentaire. J’ai positionné le téléphone dans la poche zippé sur la poitrine, la pièce d’identité et la couverture de survie dans la poche latérale droite et le gobelet sur l’autre poche latérale. J’avais pris trois gels énergétiques, deux dans les poches inférieures et un dans la poche non zippé supérieur. Le tout est rentré sans problème. Il me restait encore un petit peu de place pour un vêtement de pluie par exemple.

C’est la première fois que je courais avec un sac. Dès les premiers kilomètres, il s’est fait complètement oublier. Certes, il y a le poids des gourdes mais il est bien équilibré et stable. J’appréhendais un peu que le système de serrage me gêne au niveau respiratoire si je serrais trop le sac pour qu’il ne bouge pas. Aucun problème, les sangles sont suffisamment élastiques pour s’adapter au volume de la cage thoracique. A chaque fois que j’ai voulu prendre un gel, j’ai trouvé les poches accessibles. La fermeture des poches latérales n’a également jamais coincée. L’ergonomie a été parfaitement pensée. On reconnaît bien là, la touche des laboratoires S-Lab. Concernant l’hydratation, Salomon a développé des nouvelles valves buccales qui permettent de ‘’propulser l’eau’’. Encore une fois, c’est très efficace. Pas besoin de forcer pour boire une gorgée. Une simple pression sur la tétine suffit sans que çà ne déborde partout. Malgré la fatigue qui s’accumulait au fur et à mesure de la compétition, je n’ai jamais senti le sac comme un poids. J’ai porté le sac par dessus un t-shirt. A la fin du parcours, je n’ai eu aucune irritation.

Lors des entraînements suivants, j’ai utilisé le sac dans des conditions variées. Avec la fraîcheur matinal, je courais souvent avec une petite veste magnitude AS de chez Gore Running Wear. Après l’échauffement, je la rentrais dans une des poches latérales. Le stretch étant suffisamment  extensible, çà formait une petite bosse sur l’arrière mais ce n’était pas gênant pour courir. Par ailleurs, j’étais une préparation marathon. Lors des sorties longues, je voulais m’hydrater, m’alimenter et prendre mon téléphone. La solution d’un sac avec une poche d’hydratation dorsale me paraissant encombrante, je courais avec un porte gourde à la ceinture. Toutes les dix minutes, je devais le resserrer assez fort pour qu’il ne bouge pas et sa capacité d’emport était limitée. C’était très désagréable. Avec ce sac, plus de problème. J’avais les gourdes à porter de bouche et tout mon matériel restait bien en place. La liberté de mouvement était totale, et j’avais même tendance à oublier que je l’avais sur le dos ! Je suis parfois partie sans le système d’hydratation juste pour qu’il me serve à emmener mon téléphone et mes clés. Fini les affaires qui sautent dans les poches, elles étaient bien calées. Après les entraînements, je le passais en machine à 40°C. Le textile n’a jamais bougé. Il se lavait aussi facilement qu’un vêtement.

Conclusion

Le sac Sense Set de Salomon remplit parfaitement son contrat et même davantage. Léger et discret par son ergonomie très bien étudiée, il conviendra pour vos trails de courte distance (moins de 30 km) et vous permettra de faire vos entraînements dans les meilleures conditions. Il est devenu, pour moi, un outil quasiment indispensable pour assurer des séances qualitatives en dehors des pistes en tartan.

Un peu plus chère qu’une ceinture (100 euros), il apporte un confort incomparable avec une capacité d’emport supérieure.

plus
  • Ergonomie parfaite
  • Légèreté et stabilité
  • Capacité d’emport bonne par rapport à son volume
moins
  • Difficulté de remplissage des gourdes

 

La fiche technique

Poids: 90 g

Contenance: 1 litres

caractéristiques :

2 poches latérales zippées
1 poche poitrine
2 poches frontales élastiques pour hydratation
1 poche frontale zippée pour téléphone
2 poches frontales stretch
2 bouteilles isothermes flexibles incluses (500 ml)

Prix: 100 €

Acheter le Salomon S-Lab Sense Set sur lepape.com

La galerie photos du test du Salomon S-Lab Sense set

 

Réagissez