Le test des Nike Lunaracer+ 3M

Pierre Xolin a chaussé pendant un mois les Nike Lunaracer+ 3M. Et à raison de 5 à 6 entraînements par semaine, il a eu le temps de se forger un bon avis sur ces chussures très légères, destinées aux coureurs rapides.

Lunarcer + 3M

Le testeur 

Pierre XOLIN

18 ans

Taille : 1m76
Poids : 60 kg

Pratique de la course à pied très régulière (5 à 6 entraînements hebdomadaires).

Conditions du test 

J’ai testé les Nike Lunaracer+ 3M dans le cadre de mes entraînements sur piste et sur route. La plupart du temps, je les enfilais lorsque les allures devaient être soutenues. J’ai ainsi voulu voir si ces chaussures conçues pour offrir une sensation de légèreté et un dynamisme propices à la performance, étaient à la hauteur de leur réputation. Je les ai donc chaussées pour des séances sur piste (type 12*500) ou encore des entraînements sur route (type 2’/4’/6’/4’/2’). L’occasion d’analyser leur comportement sur leurs terrains de prédilection !

Luna
Vincent Luis en plein effort avec son partenaire d’entraînement, tous deux avec leur Lunaracer.

Avant même de les tester, j’avais un a priori plutôt positif de ce modèle puisque je voyais souvent des athlètes de haut niveau poster sur les réseaux sociaux des photos de leurs entraînements avec cette fameuse Lunaracer. En effet, le champion d’Europe de 3000m steeple Yoann Kowal, le triathlète Vincent Luis ou encore le miler Morhad Amdouni en sont des adeptes. Le dernier cité a même réalisé une performance de choix en mai dernier à l’occasion d’un mile (1609m) organisé dans les rues de Rome. Avec ses petites plumes de 175g aux pieds, il s’est adjugé la deuxième place de cette course dans le temps canon de 3’59’’86 !

Avec des ambitions chronométriques largement inférieures à celles de ces champions, j’ai moi-même enfilé ces Nike Lunaracer+ 3M. En choisissant un tel modèle, je voulais avant tout ressentir de nouvelles sensations de vitesse et me faire plaisir en adoptant une foulée plus légère et aérienne.

Le test

D’entrée, j’ai infligé un gros test à mes Lunaracer, puisque ma première séance sur piste en leur compagnie a été un 6*1000 ! Dans un jour sans, j’ai eu beaucoup de mal à réaliser les temps édictés par mon entraîneur, mais je m’estimais heureux de ne pas avoir des sabots à mes pieds, sans quoi la difficulté aurait été nettement supérieure ! Plus sérieusement, dès les premières foulées avec des Lunaracer, on apprécie leur dynamisme. On a l’impression de littéralement rebondir sur le sol. De ce côté là, la sensation est vraiment agréable. Pour une chaussure aussi légère, l’amorti n’est pas mauvais également. Les chocs sont relativement minimes sur la piste, un peu plus prononcés sur la route mais dans l’ensemble cela reste très correct. Toutefois, j’ai tout de même relevé que l’amorti se dégradait assez vite, au bout d’un mois ou deux, la semelle semblait déjà assez entamée. Ainsi, il peut être avantageux de ne pas chausser ces Lunaracer trop souvent et de les réserver, pourquoi pas, pour les gros entraînements et les compétitions.

Sinon, au niveau du plaisir de course, il est bel et bien au rendez-vous avec ces Nike. Très confortables malgré leur poids dérisoire, on sent vraiment leur apport lorsqu’il s’agit d’élever la vitesse de course. Intuitivement, on a même envie d’accélérer rien qu’en les ayant aux pieds ! Le plus grand plaisir intervient lorsque le footing d’échauffement est terminé et que l’on troque ses running de 250 à 300g avec ses Lunaracer. À ce moment précis, on perçoit aisément les bénéfices d’une chaussure légère ; on se sentirait presque plus en forme tout d’un coup !

J’ai donc été très satisfait de cette paire et de son comportement sur la piste. Il en a été de même sur la route, où l’on retrouve aussi ses qualités principales : sa légèreté et son dynamisme. J’ai aussi beaucoup aimé les mettre pour des côtes courtes, exercice où l’on doit pouvoir jaillir, et c’est précisément ce que les Lunaracer permettent de faire.

Conclusion

Si vous êtes amateur de vitesse et de légèreté, alors les Lunaracer sont faites pour vous ! Cet essai a confirmé tout le bien que je pensais de ces chaussures au préalable. Bien sûr, ce ne sont pas les chaussures qui vont vous faire courir plus vite, mais elles vous aideront certainement à gagner quelques secondes sur une fin de course lorsque les jambes se font lourdes. Avec ces deux atouts majeurs offerts par les Lunaracer (dynamisme et légèreté), vous aurez l’impression de voler le jour de la compétition, tout comme dans l’ultime tour de piste de votre séance d’entraînement. Il y a réellement une grande différence avec toutes les chaussures légères que j’ai pu chausser auparavant. De plus, un grand choix de coloris est disponible aussi bien chez les femmes que chez les hommes, ce qui permettra à chacun de trouver SA paire de Lunaracer.

Enfin, j’ai pu voir des athlètes élites porter ce modèle lors d’un marathon, cela ne m’a pas surpris puisque ce sont des chaussures conçues pour la performance, en revanche il semblerait qu’elles soient plus destinées à des coureurs légers. En tout cas, je les recommande vivement pour une compétition du type 10 km route, où l’on apprécie parfaitement les avantages qu’elles procurent.

La fiche technique des Nike Lunaracer+ 3M
Marque : NIKE
Modèle : Lunaracer+ 3M
Type : Route compétition
Poids : 179 g (pointure 42)
Prix : 130 €

Achetez les Lunarcer+ 3M sur lepape.com

Réagissez