Le test des chaussures de trail Salomon Speedcross 3

Dans l'humidité du Nord en période automnale, Delphine Gosselin a testé les Salomon Speedcross 3. Cette coureuse régulière nous livre son sentiment sur ces chaussures de trail.

Salomon Speedcross 3

La testeuse

Delphine Gosselin
39 ans
Directrice d’une entreprise du bâtiment
Taille : 1m68
Poids : 55 kg
Pratique du running depuis 10 ans environ
Chronos :
Marathon: 4h26 – semi-marathon : 2h01 – 10 km : 55mn
Coureuse sur route qui a bifurqué vers le trail

Les conditions du test

J’ai testé ces chaussures sur 250 km, au rythme de 4 sorties par semaine. Je les utilisées en entraînement trail et en rando-course sur chemin, sable, fartlek, sur route également et sur les 15 km de la Médiévale. Je les ai essentiellement portées par temps frais et pluvieux.

Le test

Au déballage j’ai tout de suite été séduite par les couleurs : du violet foncé, du noir et du jaune, un beau mélange pour des chaussures assez fines. La deuxième chose qui attire l’œil, ce sont les crampons ! Ça m’a fait penser aux chaussures de foot que mon père avait quand j’étais enfant ! La troisième chose se sont les lacets… Enfin, je ne sais pas si on peut continuer d’appeler ça des lacets, plutôt le système de laçage… Vous qui ne savez pas faire vos lacets, ne soyez plus stressé ! Là, vous tirez le cordon, vous appuyer sur le bitoniau, vous le descendez et hop votre chaussure est serrée !

Première sortie : j’ai l’impression d’être sur des échasses ! Les crampons ne sont pas hauts mais quand vous n’avez pas l’habitude, ça fait bizarre… Cela dit, on s’y habitue très vite !

La chaussure est légère. Elle fait un beau pied féminin, assez fin. Elle est agréable, pas de rigidité dans la semelle ni dans le mouvement du pied même si elle est neuve. Le talon est un peu élevé, on ne bascule pas en arrière ni en avant. Pas de couture interne, pas de frottement. Cela se confirmera au fil des sorties, aucune ampoule.

J’ai testé ces Salomon Speedcross 3 sur route. Elle sont compétemment inappropriées ! Les crampons s’usent plus vite, on sent bien que ce n’est pas leur terrain de jeu favori même si elles s’en sortent plutôt bien pour des chaussures de trail. De plus, lors d’une sortie matinale assez froide, j’ai glissé sur un passage piéton et en était quitte pour une belle gamelle… L’adhérence n’est donc pas parfaite sur route ainsi que sur les ponts en bois un peu humides (où je me suis rattrapée à la rambarde…)

Lors des sorties pluvieuses la chaussure évacue bien l’eau et le pied sèche assez vite (après c’est à la chaussette de faire également son travail…).

Lors des 15 km de la Médiévale, elles ont confirmé leur excellence sur terrains boueux, bien gras et chemins. Les crampons bien espacés font que la boue n’adhère pas, elle se décolle bien. Même si elle vient ensuite se coller sur les mollets, c’est un bon point. Du coup la chaussure reste légère. Ma foulée est toujours restée bondissante.

Les crampons remontent assez haut sur le bout de la chaussure pour former un genre de pare-pierres qui est très pratique pour escalader, « planter » le pied lors d’une montée assez verticale ou pour protéger les orteils des racines par exemple.

On m’a toujours dit que le point faible des Salomon était le maintien de la cheville. Moi qui suis assez pointilleuse sur ce point, j’ai été agréablement surprise car j’ai trouvé que ma cheville était sécurisée… Lors de mon trail sur la Médiévale, je l’ai sentie vriller quelque fois mais la chaussure a fait son travail et je n’ai eu aucun bobo. Mon pied s’est stabilisé.

Ma plante de pied n’a elle pas chauffé (je précise que ma foulée est universelle).

Enfin, j’ai nettoyé ces chaussures quasiment après chaque sortie car il a pas mal plu dans le Nord et donc il y avait de la boue. Nettoyage à la brosse à dents et séchage avec du journal, résultat : nickel, la boue est bien partie, même sous la semelle et pas de problème d’odeur.

Conclusion

De très bonnes chaussures de trail avec une très bonne accroche sur chemins gras et boueux, aussi bien sur de petites que de longues distances. On peut rêver à de grandes courses avec ce type de chaussures… En ce qui me concerne, c’est le cas !

La fiche des Salomon Speedcross 3

Marque : Salomon
Modèle : Speedcross 3
Utilisation : trail, entraînement et compétition
Profil coureuse : moins de 85 kg
Foulée : universelle
Poids : 281 grammes en 36

Prix : 120€

Acheter les Salomon Speedcross 3 sur lepape.com

Quelques photos du test des chaussures Salomon Speedcross 3

4 réaction à cet article

  1. J’ai les speedcross Salomon noir et une autre paire vert jaune en GTX. Très satisfait. Faisant des Trail entre 30 à 105km, avec les crampons , elles accrochent nickel, idem dans les descentes , on se sent en sécurité, on peut dévaler, et avaler des km. Seul sur le bitume où les crampons s’usent prématurément. Depuis 3 ans que je les ai et 1000km parcourus sur neige, boue, terrain très gras, sentiers très accidentés avec pierres. Je les conseille également.

    Répondre
  2. C’est mon 3ème hivers avec les Speedcross 3 SC, je les adore.
    Elles sont une accroche incroyable sur la terre, la boue, la neige etc. Le fait d’avoir -enfin- les pieds au sec en courant dans la boue (même liquide) est un bonheur.
    Seul petit bémols, il faut se méfier des sols dur humide, mais une fois qu’on le sais…
    Je les recommande sans restriction.

    Répondre
  3. J’ai les speedcross 3 depuis un an. Elles sont parfaites pour la boue et la neige. La membrane standard ne laisse pas rentrer l’eau trop vite et le pare-pierre offre une protection efficace, en tout cas pour le tissu. L’amorti du talon va bien pour mon gabarit (90kg). En revanche, je sens tous les cailloux sous l’avant de la semelle.
    Par ailleurs dès que l’on passe sur une surface dure humide (rochers, racines, bitume, pont en bois, etc.) c’est catastrophique. Le contagrip adhère très mal, et la hauteur des crampons n’arrange rien. Pour moi c’est un gros défaut, limite rédhibitoire sur terrain varié.

    Répondre
  4. Tres decu de ces salomon dont l’adherence est nulle sur rocher humide, bois, etc…

    Répondre

Réagissez