Le test des chaussures de running Mizuno Wave Rider 18

Après un an de blessures, Pierre Portejoie est retourné aux sources : l'entraînement sur route et les compétitions courtes distances. A cette occasion, il a chaussé les Mizuno Rider 18. Son retour.

Mizuno Wave Rider 18

Le testeur

Pierre Portejoie
40 ans
Pharmacien
Taille : 1m73
Poids : 64 kg
Pratique du running depuis 12 ans
Chronos :
Marathon : 3h12mn14s
Semi-marathon : 1h27mn52s
10 km : 38 mn58

Les conditions du test

Après une année un peu compliquée ponctuée par des blessures récurrentes et, je dois bien avouer, une certaine lassitude, j’ai finalement décidé de me recentré sur les fondamentaux de mes débuts en course à pied : la route avec de vrais objectifs chronométriques, un plan d’entraînement raisonnable mais structuré, enfin tout ce qui m’avait enthousiasmé lorsque j’ai pris mes premiers dossards…

Me voilà donc prêt pour un nouveau départ avec quelques 10 km et courses de village en ligne de mire et une nouvelle paire de chaussures pour m’accompagner, les Mizuno Wave Rider 18.

Le test

Présenté par le fabricant comme un modèle performant polyvalent destiné aux sorties et courses sur route longues distances, je suis un peu hors-sujet avec mon programme courtes distances… Peu importe ! Voyons voir ce qu’elles ont dans le ventre ! Reprendre l’entraînement après une blessure avec des chaussures pas trop radicales et vouées à préserver les articulations n’est pas complètement absurde. ;)

Avec 263 g sur la balance, le poids reste très raisonnable et tout à fait compatible avec des objectifs ambitieux. J’adore le look sobre et classique des Mizuno et le retour aux sources avec la dominante blanche et les renforts aspect cuir à l’avant et au niveau des oeillets de lacets. La petite plaque aux reflets métalliques avec des caractères japonnais sur le côté étant du plus bel effet.

Ma première impression à l’enfilage est très positive, les Wave Rider sont extrêmement confortables grâce à une languette à l’épaisseur généreuse et un avant-pied relativement large. La stabilité statique est excellente et demande à être confirmée sur le terrain, aucune couture mal placée ne vient contrarier le confort général.

Il est grand temps d’aller tâter du bitume !

Contrairement à mes habitudes pour une première sortie avec un nouveau modèle, j’opte pour une séance de VMA. Je ne sais pas si c’est l’enthousiasme, les températures à la baisse, la condition physique qui revient ou bien les qualités intrinsèques des chaussures, mais avec une allure 1 km/h plus vite que d’habitude sur mes fractions, je rentre à la maison avec la banane. Le confort et la stabilité entrevus initialement se confirment lorsque les foulées s’allongent. Le  »toucher » de route est relativement sec à l’avant et bien amorti à l’arrière sans être spongieux. La plaque Wave breveté Mizuno est particulièrement efficace en conciliant à merveille amorti, stabilité et dynamisme. Tout ce qu’on est en droit d’attendre d’une bonne paire de runnings qui semblent vous renvoyer vers l’avant à chaque pas.

Lors de l’évaluation des Wave Rider, j’ai parcouru un peu plus de 130 km en une dizaine de séances essentiellement sur route mais avec quelques incursions sur chemins plus ou moins carrossables. La météo de ce mois de septembre était plutôt favorable avec un temps globalement sec et pas trop chaud. De ce fait, je n’ai jamais souffert de la chaleur, et encore moins du froid. La conception des chaussures laisse toutefois entrevoir une bonne respirabilité, appréciable lorsqu’il fait chaud avec en corolaire une moindre isolation en cas de coup de froid. Une vraie certitude, elles ne sont pas étanches : lors de ma seule sortie sous la pluie je suis rentré avec les pieds… mouillés !

J’ai eu l’occasion de prendre le départ de la Crapahute à St-Paulet-de-Caisson dans le Gard, une course nature de 13 km avec 1/3 de route et 2/3 de chemins forestiers. Les Mizuno s’en sont relativement bien tirées malgré des passages rendus glissants par les pluies de la nuit précédente. Rien à dire sur la route où elles sont clairement dans leur élément, l’adhérence est très bonne et le maintien parfait pour mettre le coureur en confiance. Sur les chemins, elles restent acceptables tant que les traces ne sont pas trop humides ou défoncées. Ce n’est pas un modèle destiné au trail mais leur stabilité autorise quelques sorties hors piste !

Conclusions 

La fiche des Mizuno Wave Rider 18

Marque : Mizuno
Modèle : Wave Rider 18
Coureurs de moins de 85kg
Poids : 260 gr en 42

Technologies utilisées 

  • New dynamotion Fit: Confort: Technologie qui permet à la tige de la chaussure de suivre le mouvement du pied. Ce qui diminue les tensions subies par la chaussure et empêche le déplacement de la languette.
  • AIRmesh: Technologie qui intègre la tige nylon de la chaussure pour une meilleure respirabilité.
  • U4ic: Matériau qui permet de réduire de 30% le poids de la semelle intermédiaire tout en conservant des propriétés de durabilité et d’absorption des chocs exceptionnelles.
  • X10: Caoutchouc carbone qui augmente la résistance à l’abrasion de la semelle extérieure et procure de la traction au talon.
  • SmoothRide: Réduit les phases d’accélération et de décélération de la foulée, atténue les vibrations et augmente la flexibilité.
  • Mizuno Intercool: Système de ventilation qui réduit les sensations de chaleur et d’humidité. Positionné au niveau des points de flexion naturels et de la semelle intermédiaire.
  • SR touch: Nouvel elastomère garantissant dynamisme, et durabilité de l’amorti pour un poids minimum.

Prix : 140 €

Acheter les Mizuno Wave Rider 18 sur lepape.com

La galerie photos

Réagissez