Cyclisme – casque à velo : le meilleur choix

Depuis toujours, mais plus encore de nos jours du fait des progrès de la science, l’homme a compris que le cerveau situé dans sa « boîte » crânienne était l’élément noble de l’être humain. En cyclisme, le port d'un casque est obligatoire que vous soyez un enfant ou un adulte. Mais comment le choisir ? Les explications de notre médecin, spécialiste cyclisme, Jean-Claude Gardiol.

L'Etape du Tour 2015 - 19/07/2015 - Course - Saint-Jean-de-Maurienne / La Toussuire - Les Sybelles - Ambiance depart

Nous allons parler ici de cyclisme mais nous pourrions évoquer tous les sports à risque pour la tête et donc notre cerveau. A vélo, portez un casque en toutes circonstances quelque soit votre pratique !

Au fil des ans, la protection de la tête s’est matérialisée par la conception et la fabrication de casque adapté à la pratique sportive. Sport automobile, motocycliste, football américain, boxe, aviation, spéléologie, etc…. tous ont adopté depuis plusieurs décennies le port de ce « couvre-chef ».

De leur côté, les cyclistes sont passés des casques « boudins », à la protection relative au casque actuel bien plus performant.

Ces derniers sont conçus pour la pratique du vélo de route comme du VTT ou autres disciplines cyclistes et sont couverts par la réglementation concernant les équipements de protection individuelle qui relèvent du Code du sport (NF EN 1078+A1). Ces casques sont relativement légers, aérés, tenus par des mentonnières et doivent être parfaitement adaptés à la tête du pratiquant. Différents systèmes de coussinets et des sangles réglables permettent un positionnement idéal sur la tête du pratiquant (il doit faire le tour de la tête).

 

Pour le choisir il vous faut impérativement opter pour un modèle

  • à votre taille
  • qui convient à votre pratique, à votre tête afin qu’il soit bien positionné
  • labellisé CE NF EN 1078
  • avec des lanières qui le fixe parfaitement mais ne vous blessent pas
  • qui ne soit pas trop lourd
  • qu’il soit bien aéré
  • être adapté à votre pratique (par exemple intégral pour le VTT freeride et le BMX)
  • qui dispose d’une molette de serrage (maintient mieux la tête)

Les tailles de casque varies de 53 à 60 cm sachant que la mesure se fait au niveau du front (2 cm au dessus des sourcils). il est PRIMORDIAL de bien vérifier les dimensions et d’essayer votre casque (sauf si vous connaissez parfaitement le modèle et votre taille).

Portez un casque sans bien le position ne sert strictement à rien. Vous devez donc le mettre bien horizontalement. Pour la sangle d’attache le V doit être sous l’oreille. Enfin effectuez les dernier réglage avec la molette afin que le casque ne bouge pas. Il est aussi important de ne pas oublier que la durée de vie d’un casque est de 5 ans et que comme pour la moto, tout casque ayant a subi un choc doit être impérativement changé.

Obligatoire ou pas ?

Malheureusement beaucoup se demandent si porter un casque à vélo est vraiment utile ? On voit ainsi beaucoup de cyclistes en ville ne pas en porter. La polémique fait aussi rage depuis que certains pays comme l’Australie (depuis 1991), l’Espagne (depuis 2005) et certains états du Canada ont rendu obligatoire le port du casque. En France, si plusieurs projets de loi ont déjà été soumis, le port du casque n’est pas obligatoire, dans la mesure où les bilans annuels de la Sécurité routière montrent que le risque de traumatisme crânien dans un accident de circulation n’est pas plus élevé à vélo qu’à pied ou qu’en voiture. Toutefois il n’est pas inutile ici de rappeler que l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) estime que les trois quarts des cyclistes qui perdent la vie succombent d’un traumatisme crânien.

Besoin d’être convaincu ? Sachez que si dans la pratique quotidienne le port n’est pas obligatoire, sur les courses cyclistes tel est le cas. Les décès de l’Italien Fabio Casarteli (décédé le 18 juillet 1995 lors de la descente du col du Portet d’Aspet lors d’une étape pyrénéenne du Tour de France) et surtout d’Andréi Kivilev (coureur Kazak décédé le 12 mars 2003 lors de Paris-Nice 2003) ont amené l’union cyclisme International (UCI) et autres fédérations à prendre cette décision.

Pour être honnête, il est vrai qu’il est difficile de se faire une opinion « scientifique » tant les études et les bilans d’assurance sont très contradictoires. Personnellement, en tant que médecin du sport, je pense qu’il faut porter un casque. Il vous protégera des traumatismes crâniens même s’il est vrai qu’il ne vous protégera pas des autres traumatismes engendrer par la chute. Le port d’une armure serait alors plus sûr, mais compatible avec la pratique !

En tout état de cause, faîtes du vélo mais soyez prudent et surtout portez un casque, ce sera toujours mieux que rien !

Réagissez