Chaussures minimalistes et hyper supination ?

Deux philosophies différentes

Un internaute corrige son problème d'hyper supination en utilisant une semaine orthopédique. Il demande à Yannick Guillodo si cela est compatible avec le port de chaussures minimalistes. La réponse de notre médecin du sport.

Marathon de Paris

La question : L’utilisation de chaussures minimalistes, ou à tendance, est-elle compatible avec un problème d’hyper supination corrigé par des semelles orthopédiques ?

La réponse de Yannick Guillodo, médecin du sport

Si vous optez pour l’utilisation de chaussures minimalistes, il faut totalement changer « votre philosophie » de la course à pied. Je m’explique : vous dites que vous avez un problème d’hyper supination et que vous avez décidé de le traiter par une semelle orthopédique. Sachez que ce traitement est discutable, au niveau scientifique. Mais vous avez décidé « de traiter » votre foulée naturelle considérant que  « vos défauts sont une maladie » et « cause unique  des éventuels problèmes musculo tendineux».  Je vous le répète, il n’y a pas de consensus scientifique sur une telle attitude.

La chaussure minimaliste a pour philosophie l’inverse de ce que vous faites. Je m’explique : le principe de base de ces chaussures est que le sportif doit courir le plus naturellement possible (foulée personnelle) avec un seul objectif, protéger la peau de la voûte plantaire. Donc point de chaussure spécifique, point de semelle de correction, … « la nature, vous dis-je ».

Vous comprenez l’opposition entre ces deux façons de voir, ces deux « philosophies » de la course à pied.

Comme je l’ai déjà dit sur ce site :

  • Votre foulée aux premier, 10e, 30e, 40e kilomètres d’un trail ou d’un marathon  … est obligatoirement différente et  croire qu’une seule et même chaussure et/ou  semelle  puisse corriger toutes ces variations biomécaniques, est illusoire.
  • Pour ce qui est des chaussures qui tendent vers le minimaliste, nous sommes, là encore, dans un débat qui manque de preuves scientifiques. Malgré tout, sachez que certains athlètes de haut niveau s’entraînent sur piste en herbe (stade en Afrique du Sud, notamment) pour pouvoir courir pieds nus. Et cela,  bien avant la mode des chaussures dites minimalistes. Pour ces athlètes, les sensations de course sont alors meilleures, avec une foulée plus dynamique. Donc se rapprocher de la foulée la plus naturelle possible (sans chaussure et surtout sans semelle dite de correction !!!!) est une quête pas si stupide que l’on pourrait le penser. Ces nouvelles chaussures se développent sur cette base théorique, en protégeant, malgré tout, notre voûte plantaire car nous ne sommes pas des hommes préhistoriques avec suffisamment d’épaisseur au niveau du derme.
  • Enfin,  en trail ou en marathon, pour le sportif amateur, même exigeant, c’est plutôt le rendement énergétique qui est capital (consommer le moins d’énergie possible au kilomètre) et la foulée de base, naturelle,  est probablement celle qui a ce meilleur rendement énergétique.

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

Vous pouvez aussi lire : Comment choisir sa chaussure de course ?

1 réaction à cet article

  1. Bonjour et merci de votre réponse.

    Cependant, je n’ai fais que consulter et suivre les recommandations d’un osthéopate (suite effectivement à des problèmes tendineux à un genoux) qui étaient de m’adresser à un podoloque afin de « corriger » une posture de pieds supinateurs. Ce sont quand même des professionnels de la santé !

    Bien qu’étant entièrement d’accord sur le fait que nous avons une « foulée personnelle », si j’ai traité de cette manière c’est parce que j’ai pensé que « naturellement » il ne fallait pas que les pieds soient en mode varius +++ (probablement dû à 28 ans de pratique du football, et depuis 4 ans au triathlon). Quand vous dites que c’est discutable, sur quelle source vous basez-vous ?

    Il se trouve que j’ai aussi ma jambe gauche (jambe d’appui au foot) plus forte que la droite et je me demande si ma foulée est naturelle ou pas ? Qu’en serait-il si je n’avais jamais joué au foot ?
    Donc si d’avoir un jambe moins musclée et moins puissante que l’autre est bon ou pas ?
    Si une partie de mon coprs ne subit pas plus que l’autre ?
    Est-ce que potentiellement cela entraine une perte de mes moyens ?

    Cela doit paraitre loufoque de se poser autant de questions à se sujet. Mais je souhaite offrir une écoute attentive à mon corps.

    Maintenant, après lecture de votre réponse je me dis que si je décide de me familiariser avec l’utilisation de chaussures minimaliste, il me faut abandonner mes semelles. En sachant que depuis 2 ans, j’ai volontèrement modifié ma foulée (encore une fois est-ce naturelle où est-ce juste un travail de techinque) pour qu’elle soit plus dynamique, en essayant le plus possible d’attaquer le sol par l’avant du pied. Mais étant équipé de chaussures avec amorti, c’est peu être moins évident !

    Encore merci et à bientôt, et vive 2012 !

    Sportivement

    Henrick

    Répondre

Réagissez