J’ai testé l’aviron santé

Si vous cherchez un sport de renforcement musculaire, très peu traumatisant et bon pour votre cardio, essayez l'aviron santé.

DSC_0464

A quelques encablures du pont de Sèvres et faisant face au Parc de Saint Cloud, le village nautique de l’île de Monsieur est un bien bel écrin pour la section aviron de l’Athlétic Club de Boulogne-Billancourt (ACBB).
C’est ici que j’ai rendez-vous pour essayer un nouveau concept, l’aviron santé. Rien de révolutionnaire comme son nom l’indique, nous allons bel et bien faire de l’aviron. Mais c’est dans l’approche de ce sport si particulier que se trouve la nouveauté.
En effet, pas de compétition ici et les performances sont secondaires. Le but est bien sur de progresser et d’améliorer sa condition physique mais chacun à son rythme et sans contraintes de temps.

A peine la porte du bâtiment principal franchie, le décor est planté. Nous sommes face à une douzaine de rameurs (ergomètres pour les initiés) et après un rapide échauffement, la séance peut démarrer.
Les coachs aviron santé nous remettent un carnet de suivi de nos performances, que reçoivent tous les adhérents à ce programme. Il va nous permettre de garder une trace régulière de nos progrès en se basant sur une évaluation à la première séance.

Quelques tests pour commencer

Je saisis les poignées de mon rameur et c’est parti pour le premier test. 5 mouvements avec les bras seulement, afin de tester ma force maximale. Les watts s’affichent sur l’écran du rameur et je note dans mon carnet ma performance du jour.
Place à un peu de souplesse, toujours assis sur le rameur. Je tente de rapprocher au maximum mes mains de la machine, et le coach prend la mesure de la distance qui sépare mes mains du rameur, 61 cm. Il va falloir travailler encore un peu de ce coté la…
Enfin, on termine cette évaluation par une séance de 6 minutes de rameur. Ceinture cardiaque sur le torse et montre cardio-fréquencemètre au poignet, il va falloir ramer le plus possible tout en restant à 80 % de ma FCM. Petit détail amusant, nos bateaux virtuels s’affichent sur un écran auquel sont reliés tous les rameurs. C’est parti pour une course endiablée ! 6 minutes et 1 200 watts plus tard, le dernier test se termine.
Ces mesures serviront de base de travail afin de mesurer précisément mes progrès au fil des séances. Place à la pratique, sur la Seine cette fois !

Larguez les amarres ! 

Ici, pas de petite embarcation profilée au ras des flots. Le bateau dans lequel nous prenons place est plutôt imposant et il a l’air très stable sur l’eau. Quelques consignes plus tard, nous saisissons notre aviron et sous les ordre de notre barreur, nous nous éloignons lentement de la rive. Le courant est fort ce matin là et il ne va pas falloir mollir pour faire avancer notre embarcation. Avec 8 paires de bras en guise de moteur, je ne me fais tout de même pas trop de souci !
Première surprise, l’aviron est très épais et il a une fâcheuse tendance à me glisser entre les doigts. J’observe du coin de l’œil les deux habitués qui nous accompagnent et je note qu’ils ont chacun une paire de mitaines. Un accessoire à retenir, au moins lors des premières séances, car l’aviron en bois aura vite fait de vous causer de nombreuses ampoules si vous ne le manipulez pas correctement. Rapidement, nous nous calons sur le rythme de notre barreur qui nous donne la cadence, et filons sur la Seine.
Pas d’objectif de performance en aviron-santé, il s’agit avant tout d’entretenir ou de retrouver une bonne condition physique. Les sensations de glisse sont très agréables et le soleil qui pointe le bout de son nez rend cette séance encore plus agréable. C’est d’ailleurs le but principal de cette approche de la discipline. Les adhérents à ce programme prennent part à de nombreuses randonnées sur les rivières et cours d’eau à travers la France, pour allier l’utile à l’agréable.

C’est donc convaincu que je retrouve la terre ferme. Pensé en priorité pour les personnes qui souhaitent retrouver une bonne condition physique, et donc peu sportives à la base, l’aviron santé pourra séduire un grand nombre de sportifs également. Chacun progresse à son rythme et hormis les absences de compétition, on peut tout à fait avoir une pratique intense puisque les entraînements sur rameur sont individualisés.

De nombreux clubs proposent des initiations gratuites alors si vous avez envie de découvrir l’aviron ou cherchez une activité cardio peu traumatisante, lancez vous !

 

Réagissez