Le test d’effort est-il aussi important en trail que pour la route ?

En trail où la vitesse n’est pas un facteur de référence comme sur la route, on pourrait penser que le test d’effort est de moindre importance. Mais 3 questions se posent : qu’entend-on par tests d’efforts ? Ces tests sont-ils les mêmes sur la route et en trail ? Comment utiliser les données issues de ces tests ? Eléments de réponse avec Pascal Balducci, entraîneur trail et expert lepape-info.

Test d'effort

Un test d’effort, c’est quoi ?

A question simple, réponse simple : c’est un test permettant d’évaluer les capacités physiques d’un individu. Il existe 2 grandes catégories de tests : les tests de laboratoire et les tests de terrain. Si les tests de terrain sont accessibles à tous, c’est moins le cas des tests de laboratoires qui nécessitent un matériel plus sophistiqué. Ces derniers se déroulent sur tapis roulant et permettent entre autres de déterminer la consommation maximale d’oxygène (ou VO2 max). D’autres données comme les seuils, la VMA de tapis, ou le quotient respiratoire peuvent être calculées à partir de ces tests et utilisées directement à l’entraînement.
On peut aussi se rendre en laboratoire pour vérifier le bon fonctionnement du myocarde en réalisant une échocardiographie de repos, puis d’effort sur un vélo.
Les tests de terrain sont plus accessibles. Certains, comme le ½ Cooper ne nécessitent aucun matériel, seulement une piste ou une route plate et étalonnée (voir protocole de test VMA ou Test demi-Cooper).
Ces tests nous donneront une valeur fiable de la VMA et des fréquences cardiaques à l’effort.

Test route et test trail

Sur la route, la VMA est un indice pertinent pour estimer la performance en compétition et aux entraînements, même si ce n’est pas suffisant. On peut d’ailleurs la compléter par un temps de soutien qui est la durée maximale à laquelle un athlète peut soutenir sa VMA. En trail, d’autres paramètres diluent l’importance de la VMA dans la performance finale. Il est donc conseillé de compléter ce test par d’autres tests comme celui de la VMA ascensionnelle (plus grand dénivelé parcouru en 5 mn par exemple), ou un test en descente qui permettra également d’évaluer les notions essentielles de technique et d’engagement.

Comment utiliser les données issues des tests ?

La démarche est simple. Au vu des objectifs, on évalue l’importance relative des différentes qualités : cardiovasculaires, techniques, stratégiques, mentales… Puis on développe ses points faibles tout en optimisant les qualités déjà développées. Par exemple, si je suis mauvais en descente (j’ai peur, je tape, je perds du temps et je m’épuise), je consacre un cycle à bosser dans ce secteur en variant les séances (longueur, durée, pourcentage, technicité), et je réduis en parallèle les séances de développement de la VMA si c’est un point fort.

Peut-on se passer des tests d’efforts ?

On peut se passer de tout, mais même dans une démarche plaisir, il est pertinent de savoir d’où l’on part et de définir les voies de progression. De plus, la pratique raisonnable et raisonnée de la course à pied ne se limite pas à ce type de tests.
Nous vous conseillons de réaliser régulièrement (au moins une fois par an) des bilans dentaires, ostéopathiques et sanguins) afin que la pratique du sport reste vectrice de santé.

2 réaction à cet article

  1. C’est bien dommage que ce ne soit pas obligatoire pour ces efforts intensifs en course à pied
    En 1990 lors de la prise de licence en triathlon c’était obligatoire ce test d’effort à partir de 30 ans ..et c’est intéressant de savoir si tout va bien …la petite visite chez le médecin avec tension c’est minime !

    Répondre
  2. Passer un test d’effort c’est bien voir même très bien, mais donc pour être utile cela nécessite d’être fait par des spécialistes (médecins cardiologues du sport et préparateur physique Breveté d’Etat) . Titulaire de trois BE montagne j’ai pourtant bien du mal à exploiter les donnes dispensées par mes tests d’efforts. Le débriefing d’un T.E et l’adaptation de ce débriefing aux réalités du patient est essentiel . Un debbriefing digne de ce nom c’est au moins 1.30 hr d’entretient et de mise à niveau de l’intervenant au niveau de compréhension du patient . Passer un test d’effort a 230€ pour vous entendre dire c bon merci ça fait tant d’€ c’est nettement une grosse arnaque.
    D’autre part pourrais t’on aussi parler de la pression sur les milieux naturels que La « mode du Trail » exerce aujourd’hui???? Un test d effort pour les sites naturels en quelque sorte!!!!

    Répondre

Réagissez