Comment continuer à courir quand on perd sa motivation ?

Vous commencez votre nouveau programme de course avec de bonnes intentions et de grandes attentes ? C’est excitant et vous vous sentez motivé. Qui a besoin de motivation pour aller courir le matin ? Vous sautez presque du lit quand votre réveil sonne. C’est si bon. Et là, la vie, ou une blessure se met sur votre chemin et les choses commencent à patiner. Ce programme de course 5 jours par semaine se transforme en une course le week-end si vous êtes chanceuse. La déception et la frustration prennent place, votre estime en prend un coup et vous commencez à vous demander si vous ne feriez pas mieux d’arrêter tout simplement la course.
Ça vous rappelle quelque chose ?

sports-731506_960_720

Lisez ces quelques astuces pour savoir comment vous motivez pour éviter les erreurs que font la plupart des débutants et certains coureurs confirmés quand l’excitation du début est passé et que vous avez besoin de toute la motivation que vous pouvez trouver.

De bonnes habitudes, une bonne organisation, et une gestion du temps

Plutôt que de vous balancez des citations, censés remonter votre motivation, voyons plutôt ce que vous pouvez faire pour vous faciliter la vie et pour que vous n’abandonniez pas la course.

J’ai organisé un groupe de course pour débutant en Angleterre il y a environ 15 ans. Nous faisons deux sessions par semaines et les coureurs font une petite contribution pour pouvoir participer. Bien sûr ils pourraient courir tout seul et trouver un moment qui leur convient mieux ou simplement pour pouvoir courir gratuitement mais ils ne le font pas. Ils viennent à mes sessions. Pourquoi ?

Parce qu’ils ont une heure régulière pour venir courir. Cela crée un engagement et donne un horaire fixe ce qui rend les choses plus simples. Il faut juste venir et le faire. Quand il fait froid, noir, et humide c’est plus tentant de rester sur son canapé mais quand il y a un groupe qui vous attend et que cela fait partie de votre emploi du temps, vous mettez votre survêtement et venez au rendez-vous.

C’est vraiment très simple.

Bien sûr il y a d’autres avantages à venir dans mes sessions. Un bon coaching, de l’interaction sociale, des amitiés qui peuvent se créer et un cadre défini. Mais je suis persuadée que la raison numéro 1 de ce succès et le fait que ce soit quelque chose d’organisé avec un horaire de départ défini à l’avance. Cela crée un rendez-vous que vous n’avez pas envie de manquer. La même chose se passe quand vous courez avec un ami. Donnez rendez-vous à un ami à une heure définie et vous aurez probablement beaucoup plus envie d’y aller. Je suis sûre de ça. Quand j’accepte de venir rejoindre un ami à 7h pour aller courir je sais que je vais y aller. On sera tous les deux-là. Peut-être un peu fatigué mais on sera là. En revanche quand je me dis à moi-même que je vais aller courir le lendemain matin à 7h, tout à coup le lave-vaisselle a besoin d’être vidé, ou des e-mails urgents ont besoin d’une réponse et avant que je m’en aperçoive il est déjà 8h30 et j’ai raté l’opportunité d’aller courir.

Si vous courez tout seul, ce sera difficile de trouver la motivation de franchir le pas de la porte. Il vaut mieux trouver un groupe de course ou un ami avec qui courir régulièrement. C’est une stratégie très simple mais ça fonctionne.

Comment je reste motivé ?

giphy (18)

Pour commencer ne misez pas tout sur la motivation. Je crois que ce qu’on appelle motivati

on ou manque de motivation n’est en réalité qu’un manque d’organisation. On a tous de bonnes intentions mais le rythme de vie prend le dessus. Courir quand on est en vacances, c’est tellement plus simple non ? Quand on a plus de temps dans la journée et qu’on ne doit pas aller travailler on trouve toujours du temps pour aller courir. En revanche quand on doit jongler entre le travail, les sorties d’école, la famille et les déplacements pro, la fenêtre pour aller courir se rétrécit grandement. C’est à ce moment-là que vous devez être créatif et devenir un pro de votre gestion du temps. Chez moi on organise nos week-ends avec une précision militaire. Si ce n’était pas le cas, je ne pourrai pas aller courir. Cela veut dire qu’il faut planifier, aller tôt au lit et saisir toutes les opportunités pour aller courir. Vous allez laisser votre voiture à la gare ? Allez courir pour la récupérer. Vous avez une grande course à aller faire. Refuser poliment cette sortie pour aller dîner (je sais, c’est fâcheux) et aller vous couchez tôt. Vos enfants font du sport ? Prenez votre survêtement et profiter de ce moment pour aller courir. Ce n’est pas facile mais avec la vie active que nous menons c’est le seul moyen que cela fonctionne. Développer toutes les stratégies possibles pour faire rentrer la course dans votre vie. Pensez aux obstacles et soyez votre propre coach pour trouver les solutions.

Ne laissez plus vos excuses vous empêcher d’aller courir

Cela me permet d’arriver au sujet des « empêchements ». Autrement dit les excuses. C’est ce qui nous empêche de faire les choses que nous voulons vraiment faire. Du moins c’est ce que l’on se dit. On a tous des empêchements. Ce qui importe c’est comment on les manage. Les lecteurs avertis me savent sensible au concept de « Growth Mindset » mis en place par le professeur en psychologie Carol Dweck.

Sa théorie repose sur le fait de trouver des solutions à nos problèmes. Et de voir les problèmes comme des obstacles à surmonter et pas comme des empêchements. Juste un challenge à gagner. Prenons quelques exemples et voyons comment la théorie de growth mindset peut vous aider.

Je suis si occupé au travail que je n’ai pas le temps d’aller courir : Bien sûr que je suis occupé, mais le fait d’aller courir est très important pour moi. Je trouverai un moyen d’inclure mon temps de course dans mon emploi du temps. Je peux laisser quelques vêtements au travail et prendre un sac à dos pour y ranger mon ordinateur.

Je suis si fatigué en rentrant du travail que tout ce que je veux c’est m’effondrer sur le canapé : Je sais très bien qu’une petite course me redonnerait de l’énergie. Je n’ai pas besoin de courir longtemps. 30 minutes c’est toujours mieux que rien et je sais que je me sentirai beaucoup mieux après.

Je suis mère isolée et c’est très dur de trouver du temps pour moi : La course est un remède et j’ai besoin de le faire pour ma santé et pour mon bien-être. Je demanderai à un ami où à ma mère de s’occuper des enfants pour que je puisse aller courir. Ils m’auraient aidé si j’avais eu un rendez-vous chez le médecin et c’est tout aussi important.

Il fait sombre là où je vis et je ne me sens pas en sécurité à l’idée d’aller courir la nuit : J’investis dans une torche puissante pour pouvoir courir en toute sécurité ou alors je demande à mon collègue Dave de venir courir avec moi pour me sentir plus en sécurité.

Je suis blessé et je ne peux pas courir : Ok je suis blessé. Qu’est-ce que je peux faire d’autre ? Je peux faire du vélo, je peux nager, je peux faire mes exercices de récupération ce qui me rendra plus fort quand je pourrai reprendre la course.

Bien sûr, ce sont juste quelques exercices simples, mais essayez de penser aux excuses que vous trouvez et demandez-vous s’il s’agit de réels empêchements ou juste d’obstacles ?

giphy (19)

Plus important, quelles solutions pouvez-vous trouver ?

Parfois il suffit juste d’être un peu créatif. C’est évident qu’à certains moments, ça peut être vraiment compliqué. Quand vous avez un délai très serré pour rendre quelque chose au travail par exemple. Pendant ces moment-là, faites ce que vous pouvez et adaptez vos efforts à votre mode de vie du moment.

Trouvez de la motivation pour aller courir quand vous êtes fatigué

Votre rythme de course est un de mes sujets fétiches. Je pense que c’est l’une des raisons principales qui expliquent qu’autant de débutants abandonnent rapidement. La plupart des débutants (que je coache depuis plus de 20 ans) commencent par courir trop vite. Ils pensent que courir doit être quelque chose d’intense et souvent ils ne prennent pas le temps de trouver leur rythme, ce qui est quelque chose qui vient avec le temps et la pratique. Au début vous arriverez à vous pousser et à surmonter la peine mais au fil du temps vous abandonnerez.

Voici un bon compromis :

La plus grosse erreur du débutant est de penser que la course doit être très dure si on veut en tirer quelques bénéfices. Bien sûr ça semblera difficile au départ mais il ne s’agit pas d’être à l’agonie ou de se sentir épuisé pendant plusieurs jours.

Cela prend du temps de se sentir bien et ça doit se construire lentement

Tout le monde est différent, et chacun progresse à des allures diverses. Votre corps a besoin de construire une solide base de fitness, qui ne peut se construire que si vous courez à un rythme tranquille 80% du temps. Mon objectif pour les débutants est qu’ils finissent leurs courses en se disant « Ok j’ai fait quelque chose de bien mais je ne me sens pas épuisé et j’aurais pu en faire plus ». C’est là que ça devient positif. Gardez un rythme tranquille la majorité de votre course et vous aurez bien plus de chance de vous accrochez sur le long terme. Scientifiquement vous aurez atteint la bonne zone cardiaque quand vous serez à 70% de vos possibilités. Et plutôt que de laisser votre GPS sur le calcul de votre vitesse de course, mettez le plutôt sur votre fréquence cardiaque. Ou encore mieux laissez votre GPS à la maison et courez plutôt avec une montre et focalisez-vous sur votre temps de course plutôt que sur la distance. Courez tranquillement la plupart du temps (à une allure ou vous vous sentez bien et en capacité de tenir une conversation) ce qui rendra votre course beaucoup plus agréable. Votre cerveau associera la course à du plaisir et vous n’abandonnerez pas. Mon ambition est de continuer à courir même quand je serais une dame âgée. Si vous partagez cette ambition vous développerez un vrai amour pour la course. De telle manière à ce que la course devienne une part de votre vie et de votre âme plutôt que de vous focalisez sur les vraies grosses courses et un entraînement difficile. La course a besoin de devenir une part de vous. Alors ne vous poussez pas trop fort, ne choisissez pas un rythme trop soutenu pour vous, et ne pensez pas que la course doit être quelque chose de difficile tout le temps. Courir plus intensément ne veut pas dire courir plus vite (ce qui vous fait risquer une blessure). Donnez-vous du temps et profitez-en.

Votre plan d’entraînement est-il efficace ?

Mesurer votre succès et une bonne méthode pour ne pas lâcher la course. Les amitiés que vous vous êtes créez en courant, les scènes auxquelles vous assistez, la compagnie de votre chien ou de votre conjoint pendant ces courses. Le stress que vous combattez, les bénéfices que vous en tirez pour votre santé, l’air frais que vous respirez, la nature dont vous profitez et finir votre course sans ressentir de douleur. La plupart des coureurs se focalisent uniquement sur des choses telles que le temps, la performance, les objectifs de course, le rythme alors qu’il existe de nombreux autres moyens de mesurer votre succès en course. Focalisez-vous là-dessus et regardez quel effet ça a sur votre motivation. Si vous êtes comme moi vous êtes parti pour une vie entière de running.

Source : Runnersconnect

Source Gifs : Giphy

 

1 réaction à cet article

  1. pour la motivation le mieux pour moi est de s’inscrire à une course . Un 5 KMS suffit pour commencer ! le top c’est avec des copines
    En 1993 j’ai commencé à courir . Je n’étais pas sportive et détestais le sport ( au lycée !!!) je ne faisais même pas 300m et puis de distances en distances je me suis carrément lancé un défi en disant qu’un jour je ferai un marathon !!! je l’ai fait à New York en 1998 et depuis je me lance le défi de faire une très belle course pour chaque décennie. Cette année c’est un semi au Canada pour mes 70 ans . C’est ça se motiver !!!!

    Répondre

Réagissez