5 règles d’or pour bien gérer votre compétition

C’est l’heure des grands rendez-vous. Que vous soyez débutant ou coureur averti, ne commettez pas ces petites erreurs qui, mises bout à bout, risqueraient de mettre à mal votre préparation et de gâcher votre plaisir.

Ravitaillements en course
Il est très important de se ravitailler en course

1.    Evitez d’arriver au dernier moment au départ

Ou comment gaspiller votre énergie inutilement ! Prévoyez d’arriver au moins une heure avant le départ de la course, afin de vous mettre dans l’ambiance, de déposer sereinement votre sac au vestiaire, de vous échauffer, de vous étirer et de vous glisser tranquillement dans le sas de départ.

2.    Choisissez la tenue idéale

Optez toujours pour une tenue déjà testée à l’entraînement ou dans une compétition précédente synonyme de réussite. Vos runnings ont déjà quelques kilomètres (rien de neuf, SVP !) et votre casquette est déjà éprouvée (pluie ou soleil). Et surtout, adaptez-vous à la météo en pensant à prendre un sac poubelle, un vieux pull ou un sweet-shirt s’il fait froid.

3.    Adoptez immédiatement votre allure de course

Pas d’euphorie ! Il est préférable d’en garder un peu sous le pied ! Quelle que soit la distance, surveillez votre chrono et restez exactement dans l’allure que vous vous étiez fixée pour atteindre votre objectif. Avant la course, vous avez donc établi des temps de passage et vous surveillerez votre chrono afin de les respecter. Vous ne vous lâcherez qu’en fin de parcours et si tout va bien. Il est préférable de se dire que l’on aurait pu mieux faire (et ainsi pouvoir programmer un autre rendez-vous avec un objectif plus ambitieux) plutôt que « d’exploser » en vol.

4.    Ravitaillez-vous

Quelle que soit la météo, buvez tous les 5 kilomètres environ 20 centilitres d’eau, plus s’il fait chaud. Ce ne sont pas des minutes perdues : la déshydratation, en revanche, est l’assurance d’une grosse défaillance. Au ravitaillement, ne paniquez pas : inutile de vous précipiter sur la première table. Si les organisateurs en mettent plusieurs, il y a bien une raison ! En revanche, ne mangez pas trop et optez toujours pour quelque chose de connu et déjà testé. Enfin, marchez un peu le temps de bien boire et d’avaler correctement.

5.    Ecoutez-vous

Il existe des règles établies. Un 10 kilomètres se court à 90 % de sa fréquence cardiaque maximum (FCM), un semi-marathon à 85 %, un marathon à 80 %, mais pas question pour autant de ne pas vous écouter. En cas de fatigue, de mauvaises sensations, ralentissez un peu, écoutez votre corps, marchez un peu si besoin, afin de mieux repartir et de franchir la ligne d’arrivée en héros !

Réagissez