La bonne transition entre deux saisons de trail

Une période déterminante

Pas facile de s’entraîner entre deux objectifs e/ou deux saisons. Pourtant cette période est primordiale, voici les clés pour bien l’appréhender.

Comment gérer sa saison en trail ?

La question : On parle souvent des programmes d’entraînement pour atteindre les objectifs fixés mais on parle peu de comment gérer la période de transition entre deux saisons de trail. Une fois la saison terminée, les objectifs fixés atteints et la période de repos prise, quel type d’entraînement doit-on réaliser pour gérer au mieux cette transition et attaquer la nouvelle saison sur de bonnes bases? Quel type d’exercices (endurance, VMA, seuil, fartleck, dénivelé, renforcement musculaire…), comment les programmer et sur quelle durée?

La réponse de Sébastien Chaigneau

Il est nécessaire de se poser systématiquement cette question car cette période aura une très grande influence sur le reste de la saison et/ou sur la saison à venir.

La période de transition est de plus en plus compliquée à gérer car il existe des courses toute l’année et la période coupure qui existait réellement, il y a encore 7 ou 8 ans, n’existe plus aujourd’hui.

Pourtant cette période transitoire est primordiale et chacun doit se l’imposer si vous ne voulez pas « imploser » sous la répétition des épreuves. Vous devez prendre le « problème » dans sa globalité et prendre du recul par rapport à votre calendrier. Aujourd’hui rares sont les coureurs qui sont capables d’enchaîner les saisons sans devoir passer à la caisse à un moment ou un autre. C’est encore plus vrai aujourd’hui avec l’élévation du niveau du peloton et des difficultés des parcours.

La procédure est simple. Prenez un calendrier, placez vos deux ou trois objectifs (pas plus ! Lire : combien de trails par an). Là vous placez votre période de relâche qui sera minimum de deux mois. Elle sera située soit entre deux objectifs très éloignés soit en hiver, période qui, à mes yeux est la plus propice à ce type de coupure. Pourquoi me direz vous, tout simplement car c’est la période où les jours sont plus court et où la diminution de l’ensoleillement journalier est aussi la période de veille de l’organisme.

Durant cette période, vous n’allez pas totalement vous arrêter si ce n’est deux à trois semaines en fonction de votre fatigue. Lors de ces deux à trois semaines, vous ne prenez pas les runnings, vous vous reposez ! Pourquoi pas plus ? Parce qu’il n’est pas simple de se relancer après une durée plus longue. Vous allez donc programmer une à deux fois par semaine et durant deux semaines, un petit footing de 45/50 mn afin de reprendre plus facilement tout en continuant votre récupération.

Après cette réelle coupure et votre reprise avec des footings légers, vous allez programmer des séances courtes de 45 à 50 mn afin de travailler votre vitesse, la qualité de votre course  (gamme école d’athlétisme, placement etc), le travail en côte, le gainage et la  musculation.

Prenons le développement de votre vitesse (séance de VMA) par exemple. En suivant un plan durant l’inter saison vous allez gagner de la vitesse et donc progresser. Le reste de la saison, vous n’aurez qu’à l’entretenir en programmant une séance tous les dix à douze jours afin de garder tous les bénéfices de votre préparation. Ce sera exactement la même chose avec les autres cycles. Durant les période de compétition vous ne vous consacrerez donc qu’à préparer spécifiquement vos courses objectifs (en fonction de leur profil de parcours trail)

Durant cette période inter saison (de deux à quatre mois ou plus en fonction des secteurs que vous souhaitez faire évoluer), vous n’oublierez évidemment pas de privilégier votre récupération (pour chaque cycle) et n’oublierez pas que ces cycles demandent parfois une longue période d’assimilation.

Conclusion : durant cette transition entre deux objectifs, il faut programmer un savant mélange de renforcement musculaire, de VMA, de travail en côte et …. de repos. Cette période sera la clé de votre progression et contribuera à prévenir les blessures.

Ceci est une réponse à une question posée à notre expert trail, Sébastien Chaigneau : vous aussi posez votre question à nos experts entraînement

3 réaction à cet article

  1. Merci pour la réponse!!!
    Maintenant, il ne me reste plus qu’à assimiler les informations et essayer de faire un savant mélange sachant que je ne suis pas un savant.

    Répondre
  2. Merci!!!

    Répondre
  3. merci de votre réponse mm si elle concerne l’enchaînement de 2 saisons, plus que l’enchaînement de 2 épreuves relativement proches.

    Répondre

Réagissez