Pourquoi la puissance est le meilleur outil de quantification de l’exercice en cyclisme ?

Afin de progresser en cyclisme il est important de se baser sur les données de puissance. David Giraud, expert cyclisme de la rédaction, explique.

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Le watt

Le watt doit son nom à James Watt, un ingénieur écossais, c’est la raison pour laquelle l’unité de mesure est exprimée en majuscule (W). 1 kilowatt (kW) équivaut à 1000W.

Le watt (W) est l’unité de mesure correspondant au transfert uniforme de 1 joule pendant 1 seconde ou d’1N.m pendant 1 seconde. La puissance est donc le quotient de l’énergie par le temps mais également le produit de la force par la vitesse.

Puissance (W) = Force (N.m-1) x Vitesse (Rad.s-1)

La force tangentielle (Ft), c’est-à-dire celle perpendiculaire au sens de rotation du pédalier, déterminée en N.m-1 est multipliée par la vitesse angulaire en rad.s-1 puisqu’il s’agit d’un mouvement de rotation pour donner une valeur en watts qui correspond à la puissance produite en instantané.

pédaleFonctionnement des capteurs de puissance

La grande majorité des capteurs de puissance mesurent la force produite par le coureur selon le principe d’extensométrie, c’est-à-dire qu’ils mesurent la déformation produite par le pédalage, grâce à des jauges de contraintes pouvant être positionnées à divers endroits de la transmission.

Dans le même temps, il relève la vitesse de rotation du pédalier soit de façon directe quand le capteur est positionné au niveau du pédalier (plateau, pédale ou axe du pédalier) soit de façon indirecte si le capteur est positionné au niveau de l’axe de la roue.

Grâce à ces deux mesures et par la formule simple présentée dans le paragraphe précédent, le capteur de puissance détermine la puissance. Il envoie l’information au compteur qui affiche celle –ci quasi-instantanément.

Depuis la création du premier capteur de puissance en 1986, cet outil n’a cessé d’évoluer. La concurrence étant de plus en plus forte dans ce secteur, les prix commencent à baisser tandis que les outils sont de plus en plus performants et précis.

roue véloLes watts, une mesure objective de la performance

La puissance en watt est utilisée car c’est elle qui permet de quantifier de la manière la plus objective et donc précise, l’effort fourni par le cycliste. Pour un effort donné, la vitesse et la FC peuvent varier en fonction de différents facteurs. Le stress, la fatigue et les conditions climatiques influent sur la FC tandis que le vent, la résistance au roulement créée par le revêtement de la route ou encore la pente, influent sur la vitesse. La puissance est quant à elle objective. Elle indique précisément l’effort produit par le coureur quels que soit les conditions climatiques, l’état de forme du coureur ou la qualité du revêtement de la chaussée.

Une évolution rapide des valeurs pour davantage de précision

Les données de puissance qu’affichent les écrans rattachés aux capteurs évoluent quasi-instantanément par rapport à l’effort réellement produit mais la puissance produite par le cycliste peut également évoluer très rapidement. Ainsi, lorsque le coureur s‘arrête de pédaler, la valeur de puissance devient nulle dans les secondes qui suivent.

Ce n’est pas le cas pour la fréquence cardiaque (FC) et la vitesse. Elles n’évoluent quant à elles que très progressivement. Ces deux outils de mesure de l’effort possèdent une certaine inertie. Inertie qui peut être elle-même, influencée par de multiples facteurs, ce qui limite l’intérêt de leur utilisation.

Terminons par un petit exemple justifiant l’intérêt d’utiliser le capteur de puissance. Un coureur souhaite effectuer un effort de 8mn au seuil. Grâce au capteur de puissance, il passe de sa valeur de puissance à allure I2(*) à sa valeur de seuil de manière rapide et précise. Par contre, si ce coureur utilise un capteur de fréquence cardiaque, il risque de produire une puissance bien supérieure sur les premières minutes pour atteindre rapidement la FC cible. Son effort ne sera donc pas régulier mais régressif. En cas de non utilisation du capteur de puissance, le meilleur moyen de calibrer l’effort semble donc être l’utilisation des sensations. N’hésitez pas à lire l’article « Apprenez à calibrer l’intensité de vos séances d’entraînement ».

(*) Voir l’article présentant les différentes allures en vélo, Cyclisme : Quelques notions de base concernant l’entrainement

Réagissez