Importation et Développement du Swimrun au Maroc

Tom Ralite, Elfie Arnaud - Pratiquants et Experts Swimrun

Cet article fait suite au « swimrun en France et à l’International ». Le 29 Avril 2017, nous avons eu la chance de participer au BinSwimrun qui est la première course Swimrun au Maroc. Elle a eu lieu au milieu des terres ocres de l’Atlas marocain à Bin El Ouidane.

Bin Swimrun

Un binôme de choc

Hassan Baraka et Fayrouz Chbani, sont à l’origine de ce projet sportif  exceptionnel. Ce jeune couple ambitieux et amoureux du sport a déployé toute son énergie pendant un an et demi afin de permettre à un grand nombre de sportifs, marocains, étrangers, hommes et femmes de vivre un moment unique.

Fairouz Chbani, est directrice de projet dans l’évènementiel et professeur de danse. Elle pratique la danse et la gymnastique et a remporté 2 fois le titre de championne du Maroc en benjamine.

Le Swimrun au MarocA tout juste 30 ans, Hassan Baraka est le Fondateur de HB Sport Consulting, une société d’événementiel sportif qui organise entre autres le «BinSwimrun» (1er swimrun Marocain) et le «Swim in Morocco» (course de natation en eau libre sur 3 et 10km).  Hassan est un très grand athlète qui se lance dans des défis sportifs hors du commun. Il est par exemple le premier marocain à avoir rallié les cinq continents à la nage (2014). Vous pouvez retrouver ses exploits sur sa page internet www.hassanbaraka.com.

 

Le Swimrun au Maroc

En 2015, en binôme avec un espagnol, Hassan a participé à la mythique course ÖTILLÖ Race en bravant vents et marrées. Fairouz était présente pour les soutenir et les encourager. Ils ont été charmés par ce sport suédois, et ont eu un désir puissant de pouvoir organiser un swimrun sur leur terre d’origine, le Maroc.

C’est Fairouz qui a tout de suite imaginé cette même course au Maroc, et notamment à Bin El Ouidane, lieu près de sa région natale qu’elle connaissait parfaitement. On peut retrouver sur ce lac le même concept d’ilots, même si il y en a moins qu’en Suède. Après plusieurs allers et retours sur place pour repérer les lieux, après avoir trouvé les personnes prestataires et démarcher des sponsors, Hassan et Fairouz ont plongé dans ce projet audacieux.

Swimrun MarocLors de notre séjour à Bin El Ouidane, ils ont accepté de nous faire partager leurs passions, leurs motivations mais aussi leurs difficultés pour importer ce nouveau sport au Maroc. Faire découvrir le Swimrun aux Marocains et le Maroc aux swimrunners du monde entier est un défi de taille.

Importer un nouveau sport n’est pas facile, encore moins dans une région isolée, rurale et difficile d’accès. Des personnes ont essayé de leur piquer l’idée, la recherche de sponsors n’a pas été facile, les autorisations ont été longues à obtenir mais grâce à leurs expériences professionnelles et leurs volontés sans faille, rien ne pouvait les arrêter.

Et ils ont eu raison, ils ont été soutenus et aidés par des entreprises privées (OCP, Les eaux minérales d’Oulmes à travers sa marque Ain Atlas et FEDEX,), des institutions publiques (Office Nationale Marocain du Tourisme). Ils ont également été soutenus par Le Gouveneur de la Province d’Azilal et toute son équipe, la Fédération Royale Marocaine de Natation et la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement.

Par un souci de nouveautés, ils ont mis du temps à convaincre des sponsors. Ils ont finalement eu aussi beaucoup de partenaires (Label Vie, Red Bull, Wafa assurance, Mako, Nu Complements, la Royal air Maroc, l’Hôtel Chems du Lac et l’Eco Centre).

Ils ont également beaucoup travaillé avec l’association « Horizon ». Elle organise des regroupements dans les régions enclavées du Maroc afin de sensibiliser à la protection de l’environnement et aux actions écologiques. Swimrun MarocLes organisateurs sont très sensibles à la préservation de l’environnement et les cadeaux offerts lors de l’évènement étaient fabriqués en bois.

Cela n’a pas été de tout repos, et ce jusqu’à la dernière minute. La veille de la course, en plein briefing, un important orage a éclaté ce qui a entrainé une coupure d’électricité et nous a plongé dans le noir. De la volonté il en faut, de l’espoir aussi…Pourvu que les nuages passent et que les swimrunners puissent profiter de ce paysage somptueux. L’orage a duré jusqu’à 4h du matin. Mais au petit matin, en ouvrant les rideaux, tous les swimrunners ont pu profiter du lever du soleil sur le beau lac de Bin El Ouidane, incroyable!!

 

L’Évènement Bin Swimrun

Deux distances ont été proposées lors de cet évènement. Un format « Découverte » de 13,9 km (12km en course à pied et 1,9km de natation) afin de permettre aux débutants de venir découvrir ce nouveau sport au Maroc, et un format « Expérience » qui faisait 31,1km (23,7 km de course à pied et 7,3km de natation).

De nombreux swimrunners étaient présents ce matin d’Avril, puisque une quarantaine d’équipes et six nationalités différentes ont pris le départ du BinSwimrun. Le départ a été donné par Hassan, l’organisateur lui-même. Fairouz, elle, était malheureusement absente pour des raisons personnelles. Leur premier bébé était sur le point d’arriver. Son cœur et ses pensées étaient tout de même portées vers la région Azilal ce jour-là.

C’est aux alentours de 8h, que tous les swimrunners se sont élancés sur les terres Marocaine. Une petite distance en course à pied avant de plonger dans le superbe lac de Bin El Ouidane. La température de l’eau frôlait les 20 degrés. La difficulté était donc la gestion de la chaleur, car quand le soleil se lève, la température grimpe vite. Les portions de courses à pieds étaient quant à elles très techniques. Hormis la dernière portion de course à pied, il fallait courir sur ce sable rouge, les pieds s’enfoncent, il faut être vigilant, mais c’est ça le swimrun, on sort des sentiers battus et c’est ce qui fait la beauté de cette discipline. Et quel cadre somptueux. Pas un nuage à l’horizon, les swimrunners ont eu des conditions météorologiques optimales lors de cette journée.

Swimrun MarocLes swimrunners du parcours Expérience ont eu la chance de passer sur des petites îles vierges de toute habitation, de toute végétation. Seuls quelques bénévoles étaient présents pour nous indiquer le chemin, enfin plutôt la direction. Lors du parcours, les athlètes ont pu courir au milieu des troupeaux de chèvres. Ils ont passé quelques maisons sous les yeux ébahis et le regard interrogateur des habitants. A mi-parcours, on s’enfonce dans l’atlas marocain pour une course à pied de 8,5 km. La première partie se fera au milieu des oliviers et des cactus.

Puis les athlètes ont la chance de passer par « l’écocentre », un lieu mythique puisque si on s’y attarde un peu, on peut observer des traces de dinosaures datant de milliers d’années.  Pendant 4km, les swimrunners vont longer le bord de l’eau. Comme il y a des petites criques, les organisateurs ont laissé libre choix aux binômes de courir ou nager entre les criques. C’est la particularité de ce parcours « Expérience » et du Binswimrun. En fonction de l’envie, du point fort du binôme, chaque équipe prendra la décision de nager ou de courir. Quand on vous dit que le swimrun est un sport libre. Cette portion en était un bel exemple. Le tout dans un paysage somptueux ou la terre rouge sang se mêle au bleu Azur du lac. Sur le retour, les swimrunners repassent d’îles en îles avant de terminer par une longue course à pied de 10km. Il fait chaud au Maroc, alors les points de ravitaillements sont très importants. On peut trouver de l’eau, mais également des fruits frais et beaucoup de fruits secs de la région. C’est un réel atout pour les athlètes et il n’y a pas de papiers laissés à l’abandon. On tient beaucoup à la préservation de l’environnement. L’arrivée se fait en descente, vers le lac afin de profiter jusqu’au bout du paysage. Une fois, la ligne franchie, Hassan le directeur de la course vient féliciter et embrasser tous les athlètes. On peut reprendre nos esprits tranquillement avant d’aller à l’hôtel qui se situe tout juste à 50 mètres.

Quelques heures plus tard, les récompenses auront lieu dans la joie et la bonne humeur. Tous les swimrunners se parlent, des liens se tissent et on partage ensemble les moments de cette belle journée.

Tout le monde a l’air heureux. Les sportifs acclament les organisateurs, pour une première c’est une réussite. Les marocains sont sous le charme de cette discipline. La natation n’est pas un sport connu au Maroc, donc certains marocains ont eu des appréhensions, mais les conditions de sécurité étaient optimales et tout s’est bien passé.

Swimrun MarocComme dans toute première édition, il y a forcément des petits points d’amélioration. En effet, à cause des conditions météorologiques de la veille et du manque de bénévoles, il manquait du balisage ou il n’était pas visible. Les équipes du parcours Expérience se sont pratiquement toutes perdues une fois. Mais ce n’était pas long, il n’y a pas eu de problème, ça fait partie du jeu et de l’aventure Swimrun. Les organisateurs pensent également à différer l’heure de départ des deux parcours pour plus de sécurité et moins de risque de s’égarer.

Les organisateurs du BinSwimrun ont eu beaucoup de retours positifs. Ils ont été touchés de voir l’engouement des participants Marocains. De nombreux journalistes marocains et étrangers étaient présents pour cet évènement. La radio et plusieurs chaînes de télévision (Arryadia, 2M, Bein Sport) ont diffusé et parler de l’évènement. Les swimrunners ont été charmé par cet évènement, son organisation et ils réclament d’autres éditions.  Comme la question nous brûle les lèvres, nous l’avons posé à Fairouz et Hassan : « Maintenant que la première édition est terminée, prévoyez-vous de faire d’autres éditions ? »

 

Et après ?

Ravis et très motivés, ils ont « bien entendu », prévu d’en organiser si possible chaque année. Pour eux, le plus dur était de commencer ce projet, d’avoir les autorisations, et de constituer un staff. Ils remercient à nouveau tous les sponsors et les partenaires qui ont rendu ce premier évènement possible. Ils comptent bien s’installer sur la durée et ils ont plein d’idées. Ils souhaitent avant tout installer le Binswimrun en tant que course pionnière et de référence au Maroc. Ils veulent aussi organiser plusieurs stages dans plusieurs autres villes pour faire découvrir ce sport au plus grand nombre.

Fairouz et Hassan ont également un rêve : celui d’être la première course Swimrun d’Afrique du Nord à intégrer le circuit ÖTILLÖ Mérit Race * (voir article : http://www.lepape-info.com/actualite/actualite-running/actualite-trail/course-nature-actualite/le-swimrun-a-linternational-et-en-france/). L’avenir qui nous le dira, et c’est tout le mal qu’on leur souhaite.

En attendant, ils organisent aussi d’autres évènements sportifs comme la première édition du «Swim in Morocco» le 24 septembre 2017. Une course de 3km et une 10km de natation en eau libre à Nador au Nord-Est du pays, dans la fameuse lagune de Marchica, un coin merveilleux. Il est encore temps de vous y inscrire (www.swiminmorocco.com).

* Nb : Les « ÖTILLÖ Merit Races » sont des courses qui permettent de gagner des points pour le classement mondial. Avec un nombre croissant de courses dans le monde, les fondateurs du swimrun offrent le label merit race aux courses qui se distinguent et se rapprochent au plus près de l’Esprit Swimrun.

Merci encore à toute l’organisation, à toutes les personnes qui nous ont permis de pouvoir vivre un séjour incroyable et unique.

A bientôt.

Team Belove.

 

 

 

 

Réagissez