Yannick Granieri : « Au Red Bull Rampage, la moindre erreur est fatale! »

C’est déjà la 10 ème édition du Red Bull Rampage qui se déroulera ce vendredi dans les montagnes rocheuses de l’Utah aux USA. La compète de VTT la plus vertigineuse au monde ravit chaque année les fans de backflips et autres sensations fortes. Le rider Yannick Granieri en témoigne à quelques encablures de l’échéance.

FO-1FB3A51192111

Les falaises désertiques de l’UTAH sont si flippantes, que les conditions météo annoncées sur le nord des USA a obligé les organisateurs a avancé la RedBull Rampage de 24 heures, c’est-à-dire à ce vendredi 16 octobre 2015 en lieu et place du samedi 17 octobre 2015.
Toute la semaine, les concurrents ont posé sur les réseaux sociaux les clichés de leurs reconnaissances sur place. Parmi tous ses spécialistes de freeride, descente ou dirt jumping, le rider pro français Yannick Granieri. A quelques heures de la compète, le lyonnais a confié ses impressions à Lepape-info.

Quelles sont les difficultés de cette course ?

La principale difficulté de Red Bull Rampage est définitivement le sol ! Cette terre, ici à Virgin dans l’Utah, est vraiment spéciale : pendant ta descente tu peux passer d’une terre rouge très dure à une terre blanche très molle, ce qui complique vraiment les réglages du vélo ! La porte de départ est en haut d’une colline très raide et on doit construire un chemin à la fois le plus engagé et le plus technique possible pour marquer un maximum de points ! En sachant que la  moindre erreur sera fatale !

Quels sont les passages les plus importants tactiquement ?

L’organisation construit quelques modules en bois qui permettent de réaliser des sauts impressionnants. Ce ne sont pas des points de passages obligés mais on sait tous que les franchir est un vrai plus ! Ensuite il est important d’avoir de la variété dans la ligne, c’est à dire mixer à la fois l’engagement, les passages techniques, des gros drops ou gros sauts, des figures type backflip, 360 ou autres, sans oublier la vitesse et le flow. Chaque rider construit sa ligne, il faut donc quand tu opères, garder en tête tous ces critères de jugement de la compétition.

Quels adversaires sont le mieux armés pour l’emporter et pourquoi ?

Les adversaires les mieux armés sont ceux qui ont déjà gagné ici ou qui ont bien figurés au classement! Tous les descendeurs ont forcément un avantage puisqu’ils roulent avec le même vélo toute l’année ! Les jeunes comme moi qui sont freestyler à la base, roulent très peu avec un vélo de descente donc on part avec un petit désavantage ! L’expérience des plus anciens est aussi importante. Pour ma part, je consulte toujours plusieurs connaisseurs avant d’envisager la création de ma ligne !

Comment vous êtes-vous entrainé ?

Le Red Bull Rampage c’est une épreuve unique en son genre, il n’y a qu’ici que tu trouves ce terrain de jeu ! Du coup, j’essaye de retrouver des endroits en France où la colline est raide et la terre vraiment meuble comme les terres noires vers Digne les Bains ! Sinon je roule beaucoup dans les stations de ski l’été pour être bien à l’aise sur mon vélo ! Quand aux grosses bosses, j’ai l’habitude donc ça ne me fait pas peur !

Quelles sont vos atouts ?

Cette compétition a l’avantage de laisser sa chance à tout le monde ! Venant du freestyle je vais orienter ma ligne avec de la vitesse et des gros sauts parce que ce sont mes points forts !

Comment prépare-t-on son matériel ?

Pour le matériel en cas de chute et de casse, j’ai tout prévu en double. Sinon la préparation est assez simple : plus d’air dans les suspension et pneus !

Peut-on avoir peur sur un tel parcours ?

Ma ligne me fait peur une fois par jour mais cette fois dure 24 heures ! Le plus dur c’est le premier passage. Après une fois que la pression est passée, l’excitation fait le reste !

La competition sera diffusée en direct le vendredi 16 octobre à 18H30 sur redbull.com/rampage

Réagissez