Thierry Vildary : « La réaction des coureurs est encourageante »

C’est le reportage qui a fait parler le plus cette année dans le milieu cycliste. Diffusé fin avril dans Stade 2, « Moteurs, ça tourne » s’avère une enquête passionnante sur les utilisations frauduleuses de moteurs électriques sur les vélos dans le cyclisme pro. Dix jours après que les compteurs des réseaux sociaux de France Télévisions aient explosé des records de visionnage, Thierry Vildary, l’auteur de ce sujet brûlant revient sur la genèse, les réactions et les suites éventuelles de ce reportage.

moteur vélo

Lepape-info : Thierry, Comment vous est venue l’idée de ce reportage ?

Thierry Vildary : J’ai eu l’info au moment du tour 2015 que de nombreux coureurs étaient exaspérés par l’utilisation supposée du moteur électrique par certains de leurs congénères. Ça m’a intéressé, mais je devais partir sur les championnats d’Europe d’Athlétisme donc j’ai remis ça à début février et à partir de ce moment-là je n’ai plus fait que ça.

Lepape-info : C’est bien que France Télévision vous suive sur un coup comme ça ?

T.V : Oui tout à fait, cela nécessite de gros moyens, avec des tournages à l’étranger, du temps. Notre ami hongrois, Stefano Varjas (l’ingénieur concepteur) a accepté de nous parler alors que nous étions déjà au milieu du montage. Nous avons pris le temps de bien faire les choses, mais la révélation du moteur dans le vélo de la jeune Van den Driessche nous a obligé à accélérer, le sujet devenait très médiatique, nous ne pouvions pas prendre le risque de nous faire doubler. Et puis je ne voulais pas sortir le sujet en juin, de manière opportuniste juste avant le tour, comme le font régulièrement ceux qui sortent des enquêtes sur le dopage

Lepape-info : Même si vous être très précis dans ce que vous dénoncez, vous restez prudents, à l’extrême limite, notamment concernant le cas Cancellara…

T.V : Nous avons effectué un long visionnage avec le service juridique de la chaîne. On ne peut rien avancer sur une chaîne nationale sans avoir de preuve absolue. Même les coureurs que la caméra thermique a surpris équipés d’un moteur, nous ne pouvions pas nous permettre de donner leur identité. Concernant le cas des moteurs sur certains vélos dès 1998, nous avions prévu de diffuser des extraits d’étape du tour 99, mais l’accusation aurait été trop directe, donc je me suis contenté d’une remarque en plateau, elliptique, mais claire.

Lepape-info : Il y a des choses que vous avez découvertes et que vous n’avez pas pu dire ?

T.V : Oui bien sûr. Sur le cas de la vidéo du contrôle suspect du vélo de Contador au Giro, nous en avons encore en rabe. Concernant l’interview de Varjas, nous avons une heure de bande. Il parle notamment de vélo à moteur qu’il a fabriqué en 2010, et qu’il se serait fait voler dans les Flandres en 2010 (NDLR : l’année du doublé de Cancellara…)

Lepape-info : Avez-vous été surpris des réactions du public, du retentissement du sujet ?

Roue avec des emplacements pour loger des aimants
Roue avec des emplacements pour loger des aimants

T.V : Oui bien sûr, en ligne, le reportage a atteint des chiffres de visionnage impressionnant,  surtout pour un sujet de 20 minutes.  Nous étions à 300 000 vues dès le lundi matin, 1 000 000 le mardi soir. On nous a acheté des images du monde entier. La responsable des droits sur France TV m’a même dit : « NBC a commandé des images, c’est la consécration. »

Lepape-info : Et la réaction du monde du cyclisme ?

T.V : Je m’attendais à recevoir des communiqués, des droits de réponse, mais rien de tout ça. Contador a déclaré dans une conférence de presse que le vélo motorisé était le pire des dopages. La Sky devrait évoquer le sujet dans une conférence de presse. L’UCI doit aussi se positionner sur le sujet. Mais c’est surtout la réaction des coureurs qui est encourageante.

Lepape-info : C’est une bonne chose…

T.V : Oui, pour un sujet aussi sensible, dans un milieu où l’omerta règne depuis longtemps, avoir reçu le soutien du Syndicat des Coureurs, de Pascal Chanteur c’est encourageant. L’UNCP dirigé par Gianni Bugno a publié un communiqué plutôt en faveur du sujet. Les coureurs gueulaient en interne, seulement aller porter plainte contre X pour qu’un magistrat ouvre une enquête pour escroquerie, c’est autre chose. Mais le peloton a fait le boulot, les syndicats cités plus haut ont demandé des enquêtes, on est quand même loin de la loi du silence. Je crois que pour les coureurs, celui qui se dope, au moins il met comme on dit « ses couilles sur la table » il met sa santé en jeu. Le dopage mécanique c’est pire que tout.

Lepape-info : Un twitt de William Bonnet le jour de la diffusion du sujet vous a reproché de ne pas avoir pu citer la 4eme place de Bryan Coquard sur l’Amstel Gold Race mais d’être très fort pour parler de dopage mécanique…

T.V : Sur le fond il n’a pas tort. Je fais rarement du plateau, la course venait de se terminer quand j’ai quitté mon bureau et mon portable était déchargé, j’aurais dû demander le classement en régie. Bon, j’ai appelé Bryan après l’émission pour m’en excuser, et tout s’est très bien passé.

Lepape-info : Comment analysez-vous l’avenir de cette escroquerie ?

T.V : Aujourd’hui, les moteurs les plus discrets et performants se vendent jusqu’à 200 000 euros ! Des chiffres que seules les gros teams peuvent sortir et encore seulement pour les stars. Les équipes françaises ne pourraient pas s’offrir ça, je pense. Même lune grosse équipe comme la FDJ qui de plus, est équipé par une loterie et ne peut se permettre aucun faux pas en termes d’image. Je dis ça, mais il n’est pas interdit de penser que certains coureurs qui nous avons pris en faute appartiennent à des équipes étrangères sponsorisées par des loteries… Même s’il ne s’agit pas de grandes stars.

Lepape-info : Des équipiers peuvent s’équiper aussi ?

T.V : Il se passe la même chose qu’avec les téléphones ou toutes les nouveautés high tech : les moteurs pour vélo sont maintenant suffisamment anciens pour que, si le dernier cri est hors de portée, les anciennes générations deviennent abordables pour les autres… C’est là qu’est le danger pour l’avenir.

Lepape-info : Envisagez-vous une suite à votre sujet ?

T.V : Il est encore trop tôt pour l’affirmer. Mais nous n’avons pas tout exploité. Et depuis la parution du reportage, plusieurs personnes nous ont contactés. Nous verrons…

Réagissez