Sébastien Chaigneau et Kilian Jornet à l’assaut du mont Blanc

Une sortie longue, pas tout à fait comme les autres

Le 14 juillet dernier, Sébastien Chaigneau et Kilian Jornet, on effectué l’ascension du Mont-Blanc. Sébastien nous fait le récit d’un plat qui s’est dégusté avec jubilation….

Ascension du Mont-Blanc avec Sébastin Chaigneau et Kilian Jornet

Pour bien réussir votre recette, il vous faut tout d’abord rassembler quelques ingrédients et bien les choisir !

Vous allez donc, dans un premier temps, trouver deux coureurs avec un niveau de performance pas trop éloigné afin d’obtenir une certaine homogénéité.

Vous les placez ensuite au pied d’un dôme mythique, le mont Blanc. Vous ajoutez ensuite quelques éléments comme des chaussures affublées de crampons prédominants, des vestes légères mais efficaces et des textiles techniques. Et vous n’oubliez pas de rajouter quelques petites choses tels des téléphones portables servant d’appareils photo à l’occasion, des bonnes lunettes de protection indice max 4, de la crème solaire (là aussi indice maximum), de bonnes paires de gants, d’un Buff, d’un bonnet, de quelques barres énergétiques et de gels et enfin d’un peu d’eau….

Vous mélangez enfin très progressivement, en douceur afin que la sauce prenne.

Ascention du Mont blanc Kilian Jornet et Sébastien ChaigneauDans un premier temps, il faut monter jusqu’à 3 400 m d’altitude. La course s’impose, mais  vous alternez rapidement marche et course sur les parties avec des  rochers afin d’illustrer combien parfois ces deux activités se rejoignent.

Attention, il ne faut rien laisser rien tomber et toujours garder à l’esprit que l’objectif final se trouve au-dessus … à 4 810 m d’altitude !

Pour parfaire votre préparation culinaire, vous devez placer les éléments les uns après les autres et tenir compte de l’influence de l’altitude, avec une température s’abaissant petit à petit.

Peu à peu, la sauce prend et vous réalisez que vous êtes en passe de réussir une superbe sortie entre amis.

Mais attention, pas de précipitation !

Il faut maintenant incorporer les derniers ingrédients. Au-delà de 4 300 m d’altitude, vous entrez dans des secteurs où la moindre erreur est impossible et peut se payer cher, trop cher…

La gestion de la température est primordiale, tout comme la protection de votre organisme que vous allez devoir solliciter plus tard dans la descente… La rigueur est de mise lors de l’assaut final car vous n’avez plus aucun élément à ajouter pour que votre plat soit parfait. Il faut juste gérer et profiter de l’instant présent, en pleine conscience et pleine possession de vos moyens…

Voilà c’est fait, vous êtes sur le toit de l’Europe. Vous appréciez, vous tapez dans la main de votre accompagnant de luxe et vous vous remerciez mutuellement pour cette belle sortie réalisée en quelques heures.

Le soleil vous réchauffe, mais il est déjà temps de vous recentrer et de réunir l’ensemble de vos forces afin de garder un peu de lucidité pour la descente.Ascention du Mont blanc Kilian Jornet et Sébastien Chaigneau

La recette n’est pas tout à fait finie.

Il faut rester concentré jusqu’au bout afin d’aborder des zones un peu techniques avec des passages de rocher et de glace pas toujours faciles à négocier. Il faut aussi tenir compte des autres amateurs de sensations fortes qui tentent de réussir la même aventure que vous et de l’humidité – autant de facteurs qui peuvent faire tourner votre recette ; ce serait dommage.
Et attention ! n’oubliez pas d’ajouter votre touche personnelle, la touche finale, celle dite du chef, qui fera sortir votre plat du lot. Ce petit plus qui vous fera boucler votre sortie d’entraînement en moins de 8 heures. Ce plus ? Prendre le temps de vous arrêter dans les refuges pour discuter avec les gardiens et guides, tout heureux de vous voir passer à la montée tout comme à la descente et qui vous demandent sincèrement comment vous allez, comment vous vous sentez. Des petits moments magiques qu’il faut savoir savourer et intégrer à votre plat pour personnaliser votre réalisation.
Et pour que tout soit parfait, n’oubliez pas de soigner la présentation et de réaliser quelques photos en souvenir de ce moment qui restera gravé dans votre mémoire…

Voici l’histoire d’une sortie longue réalisée le 14 juillet 2011, sur le mont Blanc, avec un champion, Monsieur Kilian Jornet, un accompagnant de Luxe.

Note de la rédaction : Attention. Kilian Jornet et Sébastien Chaigneau sont des champions du trail. Kilian Jornet fait corps avec la montagne. Cet exemple ne peut en aucun cas être suivi. Faire l’ascension du Mont Blanc demande une préparation, un encadrement et une bonne expérience de la montagne. Ceci n’est qu’un récit de Sébastien Chaigneau, un vécu personnel. Ne faites pas la même chose !

Les données techniques de la course de Sébastien chaigneau : http://connect.garmin.com/activity/99111545

1 réaction à cet article

  1. Très impressionnant les gars! Bravo, je ne pensais même pas que c’était possible.
    8h pour faire ça!!! Vous êtes des dingues :)
    En tout cas, respect, bravo pour la performance et pour humilité.

    Rémi

    Répondre

Réagissez