Robin Cassuto : « Il y aura 4 ou 5 Mud Day en 2014″

11 990 personnes sont venues tester en deux jours la première édition de la Mud Day. Une première qui en appelle d'autres. Explications avec Robin Cassuto, responsable de l'épreuve.

The Mud Day 2013

Au final sur les 13 000 inscrits, 11 990 se sont déplacés et ont testé la première Mud Day de Beynes (78) sur le terrain d’entraînement de la Gendarmerie et notamment du GIGN. Robin Cassuto, responsable de cette épreuve organisée par ASO (Amaury Sport Organisation qui organise notamment les 10 km Equipe, le semi-marathon et le marathon de Paris et Run in Lyon depuis cette année), tire un premier bilan.

« Je crois que tout le monde est content. Les gens ont la banane comme on dit, et nous avons réussi le challenge de créer une épreuve fun, destinée à un public de moins de 35 ans mais n’excluant personne. Notre communication a été un pari puisque nous avons tutoyé d’office les participants et tout axé sur les réseaux sociaux. Cela a tellement bien fonctionné que lorsque nous avons lancé le plan média en août nous étions déjà complet. »

Comment est venu l’idée de créer cet événement ?
« Nous avons constaté que ce type de course commençait à bien prendre et surtout que c’était un vrai phénomène à l’étranger. Nous nous sommes inspirés de la Touch Guy qui existe en Angleterre, une course à laquelle bon nombre d’entre nous ont participé. Notre but était de créer une épreuve jeune, festive, sans performance exigée (d’où le fait qu’il n’y ait qu’une vague chronométrée) mais demandant néanmoins un véritable effort et imposant de se dépasser pour franchir tous les obstacles. Je crois d’ailleurs savoir que très peu ont réussi à tout faire. Nous avons ainsi été très étonnés que les premiers hier mettent moins d’une heure. Chapeau bas, mais ils n’auraient pas pu faire un tel chrono aujourd’hui ! (voir les résultats du premier jour de la Mud Day) C’est une vraie patinoire et il y a énormément de boue ! »

Vous espériez 3 500 personnes, vous vous êtes retrouvés avec 13 000 postulants, n’avez-vous pas eu un moment de panique ?

The Mud Day 2013
Robin Cassuto, responsable de l’épreuve

Non mais il a fallu réagir. En fait, nous nous étions organisés pour accueillir 6000 personnes en espérant 3 500 pour la première édition. Mais après trois semaines c’était complet, nous avons donc doublé en offrant la possibilité de venir participer le dimanche. Nous avons aussi élargi les obstacles et repensé la zone d’accueil. Nous avons enfin été surpris par le nombre de spectateurs. Nous avions prévu 1000 sur deux jours ! A 11h30, dès hier (samedi 21 septembre) nous n’avions plus de badges ! Il faudra repenser tout cela l’an prochain.

Pourquoi avoir fait une épreuve où le chronomètre est absent ? De nombreux concurrents même s’ils ne souhaitaient pas forcément un classement auraient aimé connaitre leur temps.
L’an prochain, il y aura une horloge mais nous resterons sur une logique de non classement. Je ne sais même pas si l’an prochain nous ferons une vague chronométrée. Il n’y a pas forcément énormément de demandes. C’est aussi un gage de sécurité afin que les personnes s’entraident et ne cherchent pas à se devancer les uns des autres. Si vous mettez de la compétition sur ce genre de parcours cela peut être dangereux.

Avez vous eu beaucoup de blessés ?
Non. Le service médical a eu du travail mais ce fut surtout des coupures, des entorses, de la « bobologie » comme on dit. Des blessures classiques sur ce genre d’événements.

Après cette première quelle sera la suite pour la Mud Day ?
Il y aura 4 ou 5 épreuves en 2014. Nous avons des contacts mais nous n’avons encore aucune date ou lieu. Des contacts ont été pris mais rien n’est acté. Je peux simplement dire qu’il y aura deux épreuves sur Paris et sa région en espérant que nous pourront revenir sur Beynes car le lieu est parfait aussi bien de par le parcours qu’il est possible d’y dessiner mais aussi son histoire. C’est parfait pour l’image de la course.

Quel est, selon vous, la plus grande réussite de l’événement ?
D’avoir fait une course difficile mais pas trop, permettant à tous de terminer et ce quel que soit le profil. Nous avons eu aussi 25 % de femmes et des participants de tous âges et de tous niveaux. Tout le monde semble s’être amusé malgré un parcours exigeant. Enfin, l’ambiance a été très festive, c’est ce que nous voulions ! Et nous saurons tirer les enseignements de toutes les remarques pour que la réussite soit encore plus complète l’an prochain en espérant que la météo soit aussi clémente ! 

Les chiffres de la Mud Day 2013

  •  13 km
  • 22 obstacles
  • 13 000 participants
  • 11 990 partants : 25% de femmes – 75% d’hommes
  • 255 000 glaçons
  • 7 000 visiteurs
  • 600 bénévoles
  • Moyenne d’âge : 29 ans
  • Le plus âgé : 65 ans

Les photos du deuxième jour

Réagissez