Résultats du marathon international du Beaujolais, le 19 novembre 2011

Mazimpaka s’impose sur marathon, Nduwayo sur le semi

6000 participants sur 3 courses (dont un tout nouveau semi-marathon), de la bonne humeur malgré la fraîcheur et quelques averses : le marathon international du Beaujolais a offert une belle édition 2011. Le Rwandais Eric Mazimpaka s’est montré intraitable sur la distance reine, tandis qu’Emmanuel Nuduwayo a parfaitement maîtrisé le semi-marathon.

Marathon du beaujolais 2011

Il en fallait, du courage, pour se présenter sur la ligne de départ, ce samedi 19 novembre 2011. A Fleurie, en plein cœur du Beaujolais, le soleil brillait mais le thermomètre n’affichait guère plus de 2 degrés. Mais corps et esprits s’étaient déjà réchauffés dès le gymnase, point de rencontre des 1 300 courageux de cette édition 2011.

Le gymnase, donc. Là où, évidemment, comme au départ de n’importe quel marathon, on s’équipe, on pose sa puce sur ses lacets, on se masse, on prépare ses gels pour la course. Cyrille et Sébastien, eux, tentent de déstresser. Ils vont courir leur premier marathon. En 2011, parce que : « à 42 ans, courir pour la première fois 42 kilomètres, c’est notre défi ».

Mais le marathon du Beaujolais n’est pas n’importe quel marathon. Alors, dans ce gymnase, on croise aussi untel déguisé en abeille, untel en diable, un groupe de copains en « Village People ». Des hommes se déguisent en femme. Des femmes se baladent avec des plumes roses dans les cheveux. Bref, on s’amuse ! Et déjà, les bouteilles de Beaujolais sont là… La fête est lancée.

Ensuite ? Sur le départ, après la traditionnelle minute de silence (en hommage, notamment, aux membres du club « Beaujolais Runners » aujourd’hui disparus), le coup de feu lance les hostilités. De Julien, 20 ans et plus jeune engagé, à Pierre, 74 ans, le plus âgé, tous ont des objectifs bien différents et personnels.

On va alors assister à deux courses. Une pour ceux qui comptent bien rester sérieux, et boucler leur 42,195 kilomètres en un minimum de temps. Et une autre pour ceux qui vont prendre le temps de savourer… le paysage, comme les produits locaux !

Devant, donc, les choses se mettent très vite en place, avec le Rwandais Eric Mazimpaka d’emblée aux avant-postes. Au château de Pizay (10ème kilomètre), il est en tête, la foulée semble légère. Derrière lui, Sébastien Espitalier et David Delafenestre s’accrochent. Les trois hommes ont creusé l’écart avec le reste du peloton, très étiré. Au 25ème kilomètre, Mazimpaka et Delafenestre font course en tête. Les deux hommes semblent bien s’entendre. Pour preuve : au ravitaillement, Mazimpaka offre la moitié de son verre à Delafenestre.

Et puis, David Delafenestre, gêné par une crampe au mollet (30ème kilomètre), est obligé de ralentir. Cette douleur, couplée à une erreur de parcours au 37ème kilomètre, ne lui laissent aucune chance de revenir sur Mazimpaka qui franchit la ligne d’arrivée, seul et sous la pluie. David Delafenestre, 25 ans seulement, confirme lui son beau potentiel : 3ème l’an dernier, il prend donc la 2ème place du marathon du Beaujolais 2011. Sébastien Espitalier complète le podium.

Mais le marathon du Beaujolais, ce n’est pas qu’une histoire de chrono. Ce sont aussi des échanges, entendus ici ou là sur le parcours : « prenez donc un verre de Beaujolais, ça ira mieux ! » « Pas tout de suite, mais on revient tout à l’heure ! ».
Autre incontournable du parcours : « attention aux marches à droite ! » Oui, parce que le tracé passe non seulement au cœur des vignes, mais il offre aussi des descentes dans les caves. Les marathoniens les moins rapides ont sans doute plus de chance de profiter du cadre, splendide. Et de l’ambiance ! A Pizay, par exemple, on reprend des grands classiques de la chanson française (« Pour un flirt avec toi », pour ne citer que lui). A Saint-Etienne des Oulières, des « copains de Normandie » assurent bonne humeur et franche rigolade pour tous les spectateurs. L’ambiance est bon-enfant, et ce ne sont pas quelques gouttes de pluie qui vont gâcher la fête. « Personne ne veut ma place ? », plaisante un coureur au ravitaillement. Non, mais tout le monde admire la performance.

Le passage sous le marché couvert de Villefranche-sur-Saône annonce la fin imminente d’une aventure longue de plus de 5 heures pour certains. Une fois la ligne d’arrivée franchie, il y a des larmes, de joie, et parfois de douleur. Beaucoup de coureurs tombent dans les bras de leur famille. « Tu as mis 4 heures, 2 minutes et 9 secondes », lance un petit, admiratif, à son papa.
Et comme le marathon du Beaujolais est aussi une aventure humaine, certains concurrents franchissent la ligne d’arrivée main dans la main. En couple, ou entre copains. « On l’a fait ! », lâchent deux grands gaillards après près de 5 heures de course.
Vient aussi le moment où celui que l’on surnomme « Jésus » franchit la ligne d’arrivée, torse nu, il est chaudement ovationné. Pas tant à cause de son déguisement que de son « palmarès » : à 57 ans, Gilbert Dantzer a participé à 1 050 courses dans sa vie et 131 marathons…

Sur la ligne d’arrivée, tous les coureurs finissent par se mélanger : les marathoniens sont rejoints par les semi-marathoniens, puis les coureurs du 12 kilomètres. Le semi (nouveauté de cette édition 2011) a offert une bataille entre l’expérimenté Burundais Emmanuel Nduwayo, vainqueur (1h 10mn 55s), et Clément Couzon, son dauphin (à 15 secondes). Et sur la troisième marche du podium, un ancien champion du monde de… cyclisme sur route (en 1997)… Laurent Brochard (1h 15mn 01s) ! Enfin, sur 12 kilomètres (qui officiellement faisait d’ailleurs 12,8 km), le Burundais Willy Nduwimana s’est imposé, au sprint, devant ses deux coéquipiers lyonnais Audace Baguma et Richard Musagijo.

« C’était une belle édition », conclut, heureux, Alain Bouhy, président des Beaujolais Runners. Pas vraiment contredit par le sourire des participants qui repartent, fatigués, mais heureux, leur bouteille de Beaujolais sous le bras…

Les résultats

Marathon
1. Eric Mazimpaka en 2h 42mn 51s
2. David Delafenestre, 2h 45mn 47s
3. Sébastien Espitalier, 2h 46mn 21s

Semi-marathon
1. Emmanuel Nduwayo en 1h 10mn 55s
2.Clément Couzon, 1h 11mn 10s
3. Laurent Brochard, 1h 15mn 01s

12 km
1. Willy Nduwimana en 42mn 01s
2. Audace Baguma, 42mn 02s
3. Richard Musagijo, 42mn 03s

Les résultats complets du marathon
Les résultats complets du marathon par équipes
Les résultats complets du semi-marathon
Les résultats complets du semi-marathon par équipes
Les résultats complets du 12 km
Les résultats complets du 12 km par équipes

Lire aussi : les réactions de coureurs

Le site du marathon International du Beaujolais : www.marathondubeaujolais.org

Photos du marathon international du Beaujolais

1 réaction à cet article

  1. pour celles et ceux qui voudraient voir le résumé de mes 16 marathons 2011 dont ce Beaujolais :

    http://roger.guillaumin.free.fr

    bonne fin d’année sportive à toutes et tous

    Répondre

Réagissez