Au coeur du Trail Tour du Canton (Beuzeville-la-Grenier, 76), le 3 décembre 2016

David Bouteiller est de retour pour un nouveau récit de course et une belle seconde place surc ce trail au profit du Téléthon.

David Bouteillier

La 9ème édition du trail du tour du canton de Beuzeville-la-Grenier, 10ème manche du Trail tour 76, était un test grandeur nature de l’évolution favorable de mes problèmes de dos. Les choses s’améliorant grandement, il me tenait à cœur de participer à cette compétition dont le montant des inscriptions est reversé intégralement à l’AFM Téléthon.

Proposant plusieurs formats : 24 km, 44 km et 82 km, le CCP Beuzevillais avait de quoi faire carton plein en ce samedi ensoleillé. Ma première participation étant de 2015, aussi sur les 44 kilomètres, avec une 4ème place, j’avais été séduit par le parcours correspondant parfaitement à mes anciennes aptitudes de marathoniens avec beaucoup de relances et où la vitesse est un atout indéniable pour figurer dans le haut du classement.

Je n’avais pas d’objectif bien défini, juste celui de me faire plaisir mais surtout de ne pas « casser » la machine et détruire tout le travail déjà établi en collaboration avec toute l’équipe d’Orthodynamica. En bon compétiteur que je suis, et étant classé 7ème au challenge trail 76 et 1er V1, j’espèrait pouvoir prétendre à un résultat m’assurant de ne pas perdre mon classement.

La météo est excellente. Le soleil est de la partie, il fait 5 degrés avec un vent froid mais nous auront de quoi se réchauffer pendant les 44 kilomètres et 900 mètres de dénivelé. 650 compétiteurs sont prêts à en découdre et c’est avec joie, envie et motivation que je me présente au départ après 7 semaines sans compétition. Le départ roulant permet aux plus rapides de prendre la poudre d’escampette, me postant en 4ème position. Je tente néanmoins de ne pas trop perdre de temps afin de pouvoir m’accorder l’espoir de grappiller quelques places sur la fin comme à mon habitude.

Vers le 10ème kilomètre, je me fais doubler et distancer par un concurrent et me poste en 5ème position. Sans m’affoler, je reste serein et dans mon allure, le corps est souple et détendu. Nous ne sommes qu’à l’échauffement encore, la course est longue et sera rendue difficile avec ce départ ultra-rapide. Je reste à porter de fusil de mon concurrent direct, et environ à 2 minutes de la 3ème place. Je suis plutôt confiant mais j’ai toujours l’incertitude du blocage.

Quand les premières difficultés arrivent, je peux voir mon prédécesseur marcher dans les côtes. À ce moment précis, je n’ai plus de doute sur le fait que je vais le doubler. Je réduis l’écart à chaque montée. Nous arrivons, en traversant Bolbec, au premier ravitaillement. Quelques marches à descendre d’abord, puis nous empruntons la rue piétonne parmi toutes ces personnes qui sont surprises de nous voir courir.

Je décide de me ravitailler rapidement afin de mettre la pression au 4ème en sentant ma présence. Je sais également que la sortie de Bolbec est difficile avec une succession de côtes, mais aussi une nouvelle ascension de marches. Comme prévu, je passe en 4ème position et je fais le forcing dans les kilomètres qui suivent pour bien le distancer.

Je me jette alors à vive allure dans la descente m’emmenant au deuxième ravitaillement à l’abbaye de Gruchet le valasse. Un mauvais moment à passer. Mon pied gauche prend appui sur un caillou et la cheville va littéralement vriller. À cet instant précis je pense m’être déchiré un ligament tellement la douleur est vive.

Dès lors, je continue de courir mais je boite terriblement. La foulée est douloureuse. Un gardien de carrefour m’annonce à 1’40 du 3ème mais j’ai du mal à me relancer. Je ne désespère pas pour autant même si ma cheville continue de me faire mal. Je n’ai plus aucune stabilité et dois donc adapter ma foulée par endroits.

La traversée du parc de l’abbaye est toujours un moment plaisant tellement le cadre y est magnifique. Le ravitaillement me fera du bien et je repars conquérant à la poursuite de Willy Dujardin. Souvenir de 2015, où j’étais venu mourir déjà sur lui à 40 secondes de la 3ème place. La course prend une autre tournure à partir du 27ème kilomètre, nous allons enchaîner de bien belles ascensions.

C’est à ce moment que je décide d’accélérer ou du moins d’y mettre plus d’énergie. Les kilomètres se suivent et je n’arrive toujours pas à revenir sur le 3ème. Le temps de rejoindre Alex Marais, futur 2ème des 82 kilomètres, et d’échanger un peu, j’arrive au ravitaillement sur le complexe sportif de Bolbec, célèbre pour son cross de renommée internationale. Mais je vois Willy repartir. Pas question de sacrifier la recharge des batteries mais je me dois d’être rapide. Je suis confiant et mon corps me laisse m’exprimer au mieux, mais finalement les kilomètres défilent et je n’arrive toujours pas à revenir. Du moins pour l’instant.

Sur une partie plate mais boueuse, et sur l’ascension suivante, je vais reprendre mètre après mètre et rejoindre Willy. Après quelques encouragements pour qu’il insiste à mes côtés, il m’avouera être privé de toutes ses forces. L’ascension passée, au détour d’un long chemin plat et rectiligne, je distingue le 2ème et suis surpris de le voir si proche. Pas question de réfléchir, je vais me faire violence pour les 5 kilomètres qu’il me reste à parcourir, je relance, une 2ème place serait inespérée et tellement plaisante !

Petit à petit, je vais rejoindre et distancer le 2ème au 40ème kilomètre et je vais continuer ma progression car tant que la ligne n’est pas franchie, je peux toujours revoir le premier ou même perdre du coup les 2 accessits que je viens de gagner. Prudence est mère de sûreté…

C’est avec une réelle satisfaction que je boucle le Trail tour du canton de Beuzeville-la-Grenier à la 2ème place en 3h25’50 et premier vétéran à 4’35 du premier : Julien Sénéchal, la bête noire de beaucoup d’entre nous sur la saison 2017 (bravo à lui !!!). Au final, je suis satisfait de cette place mais également d’avoir pu évoluer sans douleurs ou juste celle de la fatigue de l’effort sur cette course de 44 kilomètres. Je reste sur de bonnes bases pour la consolidation de ce dos rendu fragile depuis presque 1 an.

L’après course se passera à merveille avec l’arrivée de mon épouse Aurélie à la 3ème place et fier de sa course accomplie. Je demeure néanmoins perplexe quant à la santé de cette cheville meurtri par cette mauvaise foulée. Je repars néanmoins, le moral au beau fixe avec cette 2ème place et ma régularité sur le Trail Tour 76 (4ème au Radicatrail, 4ème à la Galopée, 5ème au Mascaret, 4ème à la pointe de caux, 6ème à la sente des moines et 2ème au Tour du Canton de Beuzeuville).

Une nouvelle fois, je suis heureux d’avoir participé à ce trail orchestré de main de maître par toute l’équipe du CCP Beuzeville. Merci aux nombreux bénévoles aux carrefours et qui nous encouragent et nous donnent de bonnes infos. L’organisation, l’ambiance, l’intendance, le balisage, tout y est parfait. Bravo à tous et rendez-vous en 2017 pour la 10ème édition !

1 réaction à cet article

  1. Merci David d’être venu nous voir à Beuzeville et Bravo pour ta belle 2eme place ! Il y avait du niveau sur toutes les courses cette année, de bien belle bagarre à chaque fois.
    Juste une rectification mon nom est Levasseur (pas Lefrançois) tu peux meme enlever mon nom et juste laisser l’équipe du CCPB, car nous sommes vraiment une équipe ;o)
    Et comme tu le dis rendez vous en 2017 ! pour une belle 10ème édition !

    Répondre

Réagissez