Au cœur du Trail de la pointe de Caux (Gonfreville l’Orcher, 76), le 11 septembre 2016

Retrouvez David Bouteiller pour un nouveau récit de course, sur les sentiers de Seine Maritime, avec une belle 4ème à la clé sur le Trail de la pointe de Caux.

David Bouteiller

L’heure de la rentrée sportive a sonné !

Dimanche 11 septembre, j’avais coché sur mon calendrier, le Trail de la Pointe de Caux sur 49 kilomètres. Une épreuve qui m’avait vu victorieux en 2014. Plusieurs formules sont proposées, le 49, le 20 et le 49 km en relais de 3 coureurs. Avec plus de 680 inscrits, les organisateurs avaient de quoi être comblé par cette popularité !

La coupure estivale avait été pour ma part salvatrice quant à mes soucis musculaires. Un séjour à Clermont-Ferrand chez mon entraîneur Jean Pierre Monciaux m’avait remis sur pieds moralement, et j’étais plus que motivé à repartir sur de bonnes bases pour reprendre de l’aisance et du plaisir en compétition.

Tout se passait à merveille, jusqu’à 2 semaines avant l’épreuve où je connus à nouveau des problèmes musculaires et blocages au niveau du dos. Dans l’attente de l’épreuve, je repris le renforcement musculaire et les étirements pour tenter de réduire le problème mais aussi pour participer à ce challenge. Je vais alléger les entraînements pour ne pas « irriter » encore plus les tensions musculaires. Mon seul objectif sera de terminer l’épreuve !

Le départ est rapide et je me cale dans les premiers pour bien évoluer dans la première côte où il y a un goulet au bout de 500 mètres. C’est chose faite ! Je suis les 5 premiers et je décide de me relever pour prendre maintenant mon allure de convalescent. A ce moment, les autres concurrents nous crient que nous nous sommes trompés de parcours. Je fais demi-tour en hurlant la même phrase aux premiers mais visiblement, ils ne nous entendent pas. Je repars en 40ème position.

Je remonte un à un les concurrents avec quelques échanges avec des concurrents, on se fait chambrer par certains, et d’autres m’encouragent. Je me poste en première position avec 4 autres concurrents et je décide de rester avec eux. Nous verrons revenir les premiers sur nous vers le 15ème kilomètre. Les favoris sont devant, je ne suis pas super, j’ai du mal à allonger la foulée, je les laisse partir. Je suis en 9ème position.

Les portions de route vont m’aider à courir mieux et avec plus de facilité que dans les chemins herbeux. Je vais remonter 3 concurrents pour me poster solidement en 6ème position.

Le profil est roulant, mais je sais qu’à partir du 30ème kilomètre, le terrain me sera plus propice avec 10 kilomètres assez roulants avec une fin en montagne russe à l’approche des falaises d’Etretat. J’arrive au ravitaillement du 30ème, je rejoins Julien Sénéchal, un des favoris du jour qui visiblement, n’est pas dans un bon jour. Nous échangeons quelques mots, je me confie à mes proches en leur disant que je commence à être bloqué de partout et je m’étire donc longuement avant de repartir. Je repars donc en 5ème position, précipitamment, car deux concurrents arrivent et zappent le ravitaillement.

Je me dis alors qu’ils ont commis une très grosse erreur. N’étant néanmoins plus très confiant sur mes capacités physiques du jour, je reprends la tête du groupe et je constate que l’arrêt et les étirements me font repartir avec des jambes un peu plus neuves. Je me retourne au bout de 2 kilomètres, les 2 autres concurrents sont déjà bien distancés. Dès lors, je suis en 5ème position et il reste 15 kilomètres, je décide d’appuyer mon allure pour au moins garder ce classement qui serait déjà une énorme satisfaction.

Je vais doubler un autre favori, Grégory Thierry qui lui aussi connaît une défaillance. Je me dis qu’à ce rythme-là si je continue, je vais gagner la course. Il me donne les infos sur les premiers et je passe donc en 4ème position.
Nous approchons du 40ème kilomètre, l’allure est toujours bonne, je souffre des ischios mais le dos me laisse tranquille aujourd’hui. Je sens dans ma chaussure sous l’avant du pied, un corps étranger qui me fait souffrir de plus en plus. Je tente de le faire glisser vers l’avant en courant mais cela ne veut pas.David Bouteiller

J’ai un concurrent à mes trousses, je ne veux pas m’arrêter mais je suis dans l’obligation car sur les parties de routes, je boite et cela me meurtrit le dessous du pied. Je passe en 5ème position, c’est le futur 2ème qui me doublera au moment où je vais ôter ma chaussure pour me rendre compte qu’une grosse ampoule est déjà bien avancée.

Je ne désespère pas, je repars à l’assaut du concurrent qui vient de me doubler, je vais le garder en point de mire, une dizaine de secondes devant, pendant 4 kilomètres mais arrivé dans les côtes finales, il va me distancer, moi, étant bien fatigué, et lui très fort !

Je vais néanmoins rejoindre Florent Dubreuil qui coince sur les 2 derniers kilomètres, je l’encourage, je veux qu’il s’accroche car j’ai pu voir que 2 concurrents n’étaient pas très loin. Nous évoluons peu de temps ensemble et je me retrouve seul à tenter de sauvegarder ma 4ème place comme si c’était une victoire, ma victoire.

C’est en 3h42 que je vais boucler le Trail de la pointe de Caux, exténué par tant de souffrances mais le résultat et l’envie de me donner à fond ont fait que j’ai réussi à rester constant jusqu’à la fin. Je note qu’à part le vainqueur Sylvain Goulard qui termine avec plus de 5 minutes d’avance, la 2ème place est à 1’00 et la 3ème à 40″.

Ce résultat me satisfait amplement, car je n’aurais pas parié sur mes chances étant donné mes maux actuels ! J’ai néanmoins décidé d’arrêter ma collaboration avec Jean Pierre Monciaux ponctuellement mais aussi de ne plus courir que pour garder la forme et rester dans le bain des compétitions en attendant de revenir vers des jours meilleurs.

Mon seul objectif et j’ai déjà commencé, sera de trouver une solution médicale enfin solide et durable qui me permettra de courir et de profiter avec plaisir des compétitions. En attendant, je remercie les organisateurs qui sont vraiment très bien organisés, mais également les bénévoles qui vous encouragent et vous aiguillent vraiment très bien ! Le balisage était vraiment au top et je l’ai d’ailleurs souligné sur le podium.

Superbe organisation que je recommande à tous et une arrivée avec un site merveilleux, les falaises d’Etretat ! Merci à tous !

Prochaine compétition, reste encore à déterminer !

Réagissez