Qui est le meilleur crossman de tous les temps ?

L’article sur Mo Farah a incité un lecteur à interpeller notre expert quant à l’affirmation que Kenenisa Bekele serait le meilleur crossman au monde. Éléments de réponses.

Source : runnerspace.com
Source : runnerspace.com

Nous le citons : 

« Je me permets juste de marquer mon désaccord au sujet de « Bekele l’empereur du cross « ? certes Bekele a marqué l’histoire du cross mais je ne suis pas persuadé qu’on puisse le considérer comme le meilleur crossman de tous les temps. Comme pour Farah, Bekele a bénéficié d’une baisse de niveau énorme en cross-country au début des années 2000m. Pour avoir visionné tous les championnats du monde de cross depuis 1992, je ne suis pas persuadé que Bekele aurait vaincu Tergat à tous les coups. Et Ngugi (mais les époques sont trop différentes pour comparer même si Ngugi etait une bête des labours). Du temps de Tergat la densité et le niveau des gars était juste ahurissant. Kirui (le démolisseur de peloton, de Koech (qui m’aime me suive). Et je ne parle pas de Sigei, s’il avait duré un peu plus celui la. J’aimerais bien voir ce qu’aurait fait Bekele là-dedans. Quand on voit ce qu’a fait Gebre (ok c’est vrai il avait pas l’air d’aimer ça ? Déjà quand on regarde les monde de cross 1996 et 1999, moi je mets mes c… sur Tergat.Bref Bekele grand champion du cross, en termes de victoires mais pas l’empereur incontesté ou alors empereur incontesté du cross-country moribond des années 2000 ».

 

Notre expert va argumenter son propos avec quelques analyses qui devraient abonder le débat.

 

Farouche partisan du cross, les championnats du monde de cross représentent la quintessence de la compétition en course de demi-fond et fond, le lieu où coureurs de 1500 m, 5000 m, 10000 m, semi-marathon, marathoniens, steepleurs viennent s’affronter. C’est pour moi la plus belle et la plus dure épreuve. Le rendez -vous absolu. Etre champion du monde de cross c’est le graal.

J’ai eu au cours de ma carrière d’entraîneur la chance d’assister à de nombreux championnats du monde de cross -country depuis mon premier mondial à Düsseldorf en 1977. J’ai eu le plaisir de voir beaucoup de ses grands champions à l’œuvre et d’assister à des courses légendaires et des batailles homériques.

Je n’ai par contre jamais été un fan du cross court, dévoyé du départ de son idée originelle (permettre aux coureurs de demi-fond de s’exprimer en cross) car ce sont toujours des coureurs de 5000 m (et c’est logique) qui s’y sont imposés. La mise en œuvre du cross court a également eu comme conséquence de réduire le nombre de coureurs dans une équipe dans le cross long (6 contre 9) ce qui a beaucoup enlevé à l’aspect stratégique et tactique de la course qui la rendait passionnante.

Je pense également que ne faire des championnats du monde de cross tous les 2 ans n’est pas une bonne idée et préjudiciable au cross-country et à sa médiatisation.

Mais revenons à notre débat.

Tout d’abord il est extrêmement difficile de comparer des coureurs, des performances et des résultats quand ces coureurs ne sont pas rencontrés eux-mêmes. Une part de subjectivité sera toujours présente en filigrane dans toute analyse. Mais essayons d’être objectif en faisant preuve de rationalité. Les 1 ers championnats du monde de cross se sont déroulés en 1973 à Waregem. Depuis cette date, il y a eu 20 vainqueurs sur le cross long pour 43 éditions. (Depuis 2103, le championnat du monde ne se déroule plus que tous les 2 ans, en alternance avec les championnats du monde de semi-marathon.

 

Palmarès

Parmi ces 20 vainqueurs les plus prolifiques ont été :

6 fois vainqueur : Bekele (en 2002, 2003, 2004,2005, 2006, 2008)

5 fois vainqueur :

  • John Ngugi (1986, 1987, 1988, 1989, 1992) (en photo ci-dessous)
  • Paul Tergat (1995, 1996, 1997, 1998, 1999)

3 fois vainqueur :

  • Carlos Lopes (1976, 1984, 1985)

2fois vainqueur :

  • John Tracy (1978, 1979)
  • Craig Virgin (1980, 1981)
  • Khaled SkaK(1990,1991)
  • William Sieg (1993, 1994)
  • Mohamed Mourhit (2000,2001) *(suspendu pour dopage en 2002)
  • Geoffroy Kamworor (2013,2015)**

**A noter que Kamworor a remporté les épreuves des championnats du monde de semi-marathon en 2014 et 2016.

John Ngugi / Source : heraldscotland.com

 John Ngugi / Source photo : IAAF

Il est clair que du point de vue du seul palmarès le match se joue entre Bekele, Tergat, Ngugi avec une mention spéciale pour Carlos lopes. Lopes (3 victoires), vainqueur à 8 années d’écart, vice –  champion olympique du 10000 m en 76 , champion olympique du marathon en 1984, recordman du monde du marathon en 1985 avec 2h07.12 est un immense champion.

Comme Bekele a également remporté 5 championnats du monde de cross court (2002, 2003, 2004, 2005, 2006 ) des 9 éditions ( de 1998 à 2006 ) et qu’il a remporté la course junior en 2001 à Ostende après avoir terminé 2ème  la veille derrière Enock Koech sur le cross court Bekele est l’incontestable vainqueur en termes de palmarès, précédant Tergat vainqueur 5 x d’affilée.

Car s’imposer le lendemain d’un cross court couru à fond avec une véritable opposition est fort, très fort.

 

En termes d’opposition.

Est-ce que l’opposition était plus forte pour Ngugi  ou pour  Tergat qu’elle ne l’ a été pour Bekele ;

Regardons les podiums :

Ngugi Tergat Bekele
1986 Ngugi 1995 Tergat 2002 Bekele
Mekonnen à 2 sec Kirui à 8 sec Yuda à 6 sec
Kiptum à 7 sec Hissou à 9 sec Talel à 28 sec
1987 Ngugi 1996 Tergat 2003 Bekele
Kipkoech m temps Hissou à 12 sec Ivuti à 13 sec
Arpin à 36 sec Kirui à  13 sec Gebremariam à  21 sec
1988 Ngugi 1997 Tergat 2004 Bekele
Kipkoech à 22 sec Hissou à 2 sec Gebremariam à  18 sec
Koskei à 35 sec Nyariki à 9 sec Sihine à 19 sec
1989 Ngugi 1998 Tergat 2005 Bekele
Hutchings à 28 sec Koech à 5 sec Tadese à 14 sec
Kirochi à  35 sec Mezgebu à 27 sec Abdullah à 28 sec
1992 Ngugi 1999 Tergat 2006 Bekele
Mutwol à 12 sec Ivuti à 4 sec Sihine à 3 sec
Bayessa à 13sec Guerra à  18 sec Mathati à  4 sec
2008 Bekele
Komon à 4 sec
Tadese à 5 sec

 

Il est difficile d’affirmer que les adversaires de Tergat , les Kirui , Hissou, Koech étaient plus forts que les Gebremariam , Sihine , Tadese que Bekele a battus. Certes Gebrselassie n’ a jamais existé face à Tergat mais on peut dire pareil de Kipchoge face à Bekele lors des monde de cross.

Ngugi a véritablement dominé ses adversaires dans les années 1988 ( il est champion olympique sur 5000 m en explosant la course avec un deuxième kilomètre en 2 :32.2 ( le 400 m en 58.2 après un 1 er kilomètre en 2 :42.8 ) et prenant quasiment 40 m à ses adversaires  et 1989. Aux monde de cross de Stavanger, Ngugi est phénoménal, un véritable extra-terrestre survolant le terrain boueux dans son style inimitable d’albatros avec ses jambes immenses et ses bras encombrants, là où les autres s’enlisent. Une image qui reste !

Dans le domaine des adversaires : match nul.

Comme notre lecteur considère que le cross6country était moribond dans les années 2000, il sera intéressant de regarder de près le niveau des performances des protagonistes des différentes périodes.

 

Observons les performances.

Le tableau ci-après présente la moyenne des performances sur 5000 m et 10000 m des athlètes ayant fini dans les 10 premiers et dans la tranche 11ème  à 20ème lors de différents championnats du monde correspondant aux époques de Ngugi, Tergat , Bekele et actuelles.

 

Championnats du monde de Cross Country
1974 1988 1992 1996 2002 2006 2013 2017
Moyenne 10  premiers
5000 m ( M.Perf ) 13:40.9 (6) 13:23.4 (6) 13:14.8 (8) 13:01.5 (10) 13:03.75 (10) 13:05.35 (10) 13:08.8(10) 13:14.4(8)
10000 m ( M. Perf.) 28:25.(7) 27:52.1 (8) 27:23.20 (6) 27:07.39 (10) 27:07.2(10) 27:17.8(10) 27:22.7(8) 27:25.8(10)
Moyenne 11=>20
5000 m ( M.Perf.) 13:34.5 (3) 13:27.5 (6) 13:17.1 (7) 13:21.7 (7) 13:09.1(10) 13:09.7(10) 13:16.9(8) 13:17.5(9)
10000 m (M.Perf.) 28:18.3.(9) 27:56.1(6) 27:49.1 (10) 27:49.5 (8) 27:23. (8) 27:23.2 (8) 27:52.5 (8) 27:38.7 (8)
Entre parenthèses le nombre de coureurs présentant une performance sur la distance

 

On constate une différence très nette de niveau (en termes de valeur pédestre) entre les périodes 1988 /1992 ( Ngugi ) et celle de Tergat (1996 ) et celle de Bekele (2002/2006). Si le niveau est quasi équivalent pour Tergat et Bekele pour les 10 meilleurs, les performances au niveau de la tranche 11-20 est très nettement supérieur pour la période Bekele. Il y a une énorme profondeur. Si à l’époque de Tergat , il y avait une match Kenya – Ethiopie – Maroc et quelques rares européens , il y a maintenant plus de coureurs de nombreux pays à pouvoir jouer les 10 premières places ( Bahreïn, Tanzanie, Erythrée, Ouganda , Quatar , Turquie , USA).  

On constate par contre que le niveau sur les derniers championnats du monde est en régression avec un niveau proche des années 1990. La faute a un championnat qui ne se déroule plus que tous les 2 ans, à la forte attractivité des courses sur route qui siphonnent la piste ou une régression normale des performances grâce à une lutte anti-dopage un peu plus efficace. ?

Bekele a incontestablement hérité d’un niveau général d’opposition plus conséquent et finir dans les 30 aux championnats du monde à cette période reste une performance de choix.

On peut corroborer cette analyse du niveau de performance par une étude sur la densité des performances à ces différentes périodes.

Pour se faire, j’ai porté mon choix sur le nombre de coureurs ayant réalisé une performance plancher (moins de 13’ et moins de 13’10) par année. Ne pas prendre le 10000 m comme référence est un choix délibéré car le nombre de 10000 m de haut niveau courus est trop restreint (la route vide progressivement le 10000 m de sa substance).

 

a4a93749-3e24-4026-8f26-bbd912f5dcbf

 Paul Tergat / Source : IAAF

Observons le niveau général en termes de densité.

Nbre de coureurs Nbre de Temps Nbre de coureurs Nbre de Temps
Sous les 13′ Sous les 13′ Sous les 13’10 Sous les 13’10
1980
1981 1 1
1982 5 5
1983 1 2
1984 3 4
1985 2 3
1986 1 1
1987 1 1 1 1
1988
1989 3 3
1990 5 5
1991 2 2
1992 5 9
1993 14 21
1994 1 1 11 17
1995 4 5 18 35
1996 10 15 20 47
1997 8 16 20 40
1998 7 13 25 46
1999 10 21 23 41
2000 12 17 32 70
2001 6 8 25 57
2002 7 10 19 40
2003 13 24 21 53
2004 11 11 28 66
2005 17 22 33 58
2006 19 30 42 93
2007 8 8 27 33
2008 6 10 33 54
2009 15 18 36 66
2010 17 28 38 78
2011 13 22 28 54
2012 16 21 36 62
2013 7 11 22 46
2014 4 4 23 51
2015 6 9 23 32
2016 4 5 27 47
2017 3 3 12 18

Que pouvons voir à la vue de ce tableau ?

Le 5000 m entre dans une nouvelle phase de performances en 1993 avec certes l’arrivée du phénomène Gebrselassie qui le premier depuis Aouita repassera sous la barre des 13’. Mais dès 1994, plusieurs coureurs s’engouffrent dans la brèche et il seront nombreux jusqu’en 2000 à rendre presque banale cette performance alors qu’ils seront 32 à faire mieux que 13.10 (ils n’étaient que 5, 10 années plus tôt !) . Une formidable génération spontanée ! De meilleures méthodes d’entraînement ? Plus d’argent ? Ou alors une coïncidence avec la généralisation de l’EPO dans ces années dans les épreuves d’endurance. Probable car on assite à une chute des performances en 2001, 2002. Etrange coïncidence encore mais c’est l’année de la mise en place du test de détection de l’EPO mis au point par le laboratoire de Châtenay- Malabry. Mais cette peur du gendarme ne va pas durer. Dès 2003, ça repart à la hausse jusqu’en 2006 puis nouvelle accalmie durant 2 années puis une nouvelle hausse jusqu’en 2013. Depuis maintenant 5 ans le niveau a considérablement chuté. Comme l’homme n’a pas changé physiologiquement, qu’on a encore amélioré l’entraînement comment ne pas mettre cette régression des performances sur le compte de la lutte antidopage et de la mise en place du passeport sanguin en espérant qu’il n’ y a aura pas une nouvelle flambée

Pour répondre à notre lecteur. Non le niveau à l’époque de Bekele n’était pas moribond, bien au contraire avec un nombre incroyable de performances de haut niveau.

Il est en forte régression actuellement, mais je n’utiliserai pas le terme moribond pour qualifier cette situation je dirai plutôt qu’elle est plus saine.

Pour abonder un débat, j’en ouvre probablement d’autres.

Le lecteur aura compris que de mon point de vue Bekelé est le meilleur crossman, mais qu’au-delà de ce choix, il faut voir le cross-country comme une épreuve unique, le fondement de la course à pied et qu’il faudrait qu’elle devienne une épreuve olympique.

2 réaction à cet article

  1. Bonjour ,
    Il est dommage que la saison des courses sur route ne se termine pas en octobre et laisse la place au cross ! Lorsque j’étais cycliste la saison démarrait en mars et finissait mi- octobre après place à la récupération . Aujourd’hui en course à pied c’est route , Trail pratiqué saison sur saison . Difficile pour Le cross d’exister , Personnellement en 1987 la course sur route démarrait en mars et finissait en octobre , ce qui laissait une place pour la récupération avant d’aborder les cross .

    Répondre
  2. Oui, Bekele est bien historiquement le meilleur coureur de cross !
    Merci de le préciser par une analyse approfondie mais était ce nécessaire tant son palmarès parle pour lui ?
    C’est même le meilleur coureur de tous les temps, si on regarde ses performances en cross, sur la piste : ses titres olympiques et mondiaux, ses records du monde (5000 et 10000 toujours valables) et pour finir ses performances sur marathon (2ème performer mondial).
    On ne peut pas comparer les coureurs de générations différentes, mais aucun coureur n’aura réussi à courir avec une telle réussite sur un registre aussi étendu du 3000 m au marathon sur plus d’une décennie.
    Le championnat du monde de cross était bien la course la plus difficile à gagner mais l’age d’or de cette épreuve à aujourd’hui disparu
    Un observateur de l’athlétisme depuis 1973.

    Répondre

Réagissez