Quelle saison 2016 pour les français ? par Cyrille Guimard

La saison 2016 est dans les starting blocks. Après un cru 2015 en dessous du millésime 2014, que peut-on espérer pour cette année ? Nous avons posé la question à Cyrille Guimard, 8 fois vainqueur du Tour de France en tant que directeur sportif et consultant pour RMC.

Tour de France 2015 - 10/07/2015 - 10eme Etape - Tarbes / La Pierre Saint Martin - 167Km - Les couleurs Francaises a l'honneur en ce 14 juillet
  • Les Flandriennes

« Difficile d’espérer du mieux cette année. Le point d’interrogation reste Arnaud Démare. On l’a vu plafonner sérieusement en 2015, ne jamais être trop dans l’allure. Etait-ce une simple année sans comme ça arrive parfois ou a-t-il atteint ses limites ? Tony Gallopin pourrait y obtenir des résultats s’il s’y consacre, Julian Alaphilippe aussi mais il est dans une équipe (ndlr : Etixx-Quick Step) où le Tour des Flandres est très important et il sera peut-être davantage dans un rôle d’équipier. »

  • Les Ardennaises

« Si Julian Alaphilippe obtient un rôle de leader, alors peut-être aura-t-on une belle surprise. Nos coureurs candidats à une place sur le Tour de France peuvent aussi s’y placer : Bardet, Barguil, Pinot, Vuillermoz… Et pourquoi pas Goujard, s’il cesse de se lancer dans de longs raids. Thomas Voeckler ? Le temps passe, je ne le crois pas capable de refaire les belles places qu’il y avait fait il y a trois ou quatre ans. »

  • Giro – Vuelta

« Sur le Giro on envoie des jeunes qu’on pense devoir aguerrir avant de les aligner un jour sur le tour, sur la Vuelta les français y vont en rattrapage. Ce qui ne facilite pas les choses pour obtenir les résultats, car on tombe aussi souvent sur des coureurs locaux très motivés. Barguil en néo Pro ou Moncoutié parce qu’il y trouvait une tranquillité médiatique qui lui allait et parce que ça frottait moins que sur le tour, ont obtenu des résultats, mais ce sont des cas particuliers. »

  • Le Tour de France 

« Il faudrait souhaiter que Bardet et Pinot gagnent dix watts chacun ! Mais si les leçons de l’an passé ont été retenues, qu’ils arrivent au pied des montagnes sans temps perdu, ça peut être intéressant. Le niveau athlétique ils peuvent l’atteindre : ce que tu as fait une fois, tu peux le reproduire. Normalement, quand il reste 10 mecs dans la dernière ascension, ils doivent y être. Après, le parcours, on peut dire, ce qu’on veut, ça reste un menu. Il est conçu par les organisateurs pour favoriser le spectacle et le suspens, mais il n’est pas là pour aider un tel ou tel, si t’as mal aux jambes, ce n’est pas le parcours qui peut t’aider. »

  • Les Jeux Olympiques

« D’après les infos qui commencent à revenir du parcours de Rio, il semblerait qu’on ait un parcours pour grimpeur et super punchers. Il est probable que les purs sprinters comme Cavendish n’y brilleront pas. Les Jeux interviennent environ trois semaines après le Tour, donc les coureurs bénéficieront de la somme de travail effectuée en juillet tout en ayant pu récupérer physiologiquement. Les français devront envoyer nos coureurs de tour et d’Ardennaises. Après, reste à voir si on choisit un leader. Mais pour faire respecter une hiérarchie et une stratégie de course, il faut un patron. Quand vous avez un vrai patron, personne ne bouge une oreille. »

  • Pierre Rolland chez Cannondale

« Il arrive dans une équipe anglo-saxonne, c’est une autre mentalité à laquelle il va devoir s’adapter. De plus, cette fois, Pierre Rolland ne sera pas en position de leader. Il lui faudra d’abord faire ses preuves en tant qu’équipier, au service des autres, avant que l’on travaille pour lui. Comme l’a fait Julian Alaphilippe. Je n’ai aucune raison de douter que cela puisse être bonne expérience pour lui. »

  • Sylvain Chavanel de retour chez Europcar

« Il est de retour en France pour terminer sa carrière au mieux, et je crois qu’il a choisi un bel épilogue s’il choisit, comme il en est question, de disputer la poursuite olympique à Rio. Il lui faudra rester performant sur route, mais on peut compter sur lui pour ça. »

Réagissez