Marie-Antoinette Harry, accro au running à 68 ans

Quotidiennement, elle chausse ses runnings

Personnage hors du commun, Marie-Antoinette Harry est véritablement une amoureuse de la course à pied.

Harry Marie Antoinette

Elle est assise dans l’herbe, sur le bas-côté, dans la rue de Paris. Elle observe les coureurs arriver les uns après les autres après avoir bouclé Paris-Versailles en 1h27mn47s. « Je veux bien répondre à vos questions, mais je ne suis personne. »

Faux. Marie-Antoinette est un personnage, une championne de France en Vétérans 3.

Tout commence il y a vingt-deux ans, à cause d’un chien. « J’avais un berger belge, c’est un beau chien, qui a besoin d’exercice. Au début, on allait juste marcher, mais petit à petit alors qu’il grandissait, je ne pouvais plus le suivre sans courir. Alors je m’y suis mise. »

Joueuse de tennis, elle pose petit à petit la raquette au profit de ses runnings. En 1988, alors qu’elle n’a jamais pris un dossard, elle s’inscrit sur le marathon de Paris. Son mari trouve que c’est trop tôt, qu’elle n’est pas prête et refuse de l’accompagner au départ. Elle prend un taxi et reviendra en train. Entretemps « sans vraiment (s)’en rendre compte », elle boucle son premier marathon en 4h34. « Je discutais avec tout le monde, je découvrais, j’étais heureuse, euphorique, quel souvenir ! On était 3000 au départ. »

59 ans, le (très) bel âge

Depuis, son mari, non coureur, est toujours là pour l’encourager, car la course à pied est devenue une véritable passion. Elle ne s’est jamais arrêtée (si ce n’est six mois sur blessure « j’en avais trop fait »), a enchaîné les courses, les marathons et s’est inscrite en club. La course est un élément incontournable de son quotidien. « Avec mon mari, nous nous levons à 6h45. A 8h45, je suis dans le parc de Saint-Cloud. Mais je ne vais pas m’entraîner, je sors, je vais m’entretenir et ce n’est jamais une corvée ou un devoir, c’est un besoin.  Je cours tous les jours entre 1h45 et 2h et je m’oblige à une certaine hygiène de vie : je mange diététique, bio et je ne bois jamais. »

Grâce à cette hygiène de vie, elle affiche des mensurations de jeune fille, celles de ses 20 ans : 1m58 – 48 kg.

Des règles de vie qui lui ont aussi permis, à 60 ans, d’être sacrée championne de France Vétéran 3 sur marathon en 3h23mn ! Un chrono qui en fait rêver plus d’un ! Elle sera aussi championne de France du 10 km et du semi-marathon cette même année, « celle de mon apogée ».

Aujourd’hui, elle compte une vingtaine de marathons à son palmarès, dont New York, « quand on aime le marathon, on est obligé d’y aller au moins une fois ». Cette année, ce fut Sénart le 1er mai et Palerme en fin d’année avec le conseil général des Hauts-de-Seine « Je participe au challenge du conseil général, je le gagne régulièrement, mais je ne prends pas toujours part à la course cadeau. Cette année, j’ai décidé d’y aller. »

L’œcuménisme des runnings

Paris-Versailles est l’un des rendez-vous incontournables de chacune de ses saisons. « Je ne sais plus combien de fois j’ai pris le départ. J’adore cette épreuve. Le parcours est varié, ça monte, ça descend, c’est très convivial. Regardez le peloton, il y a tous les profils, tous les âges, tous les niveaux. C’est magnifique, il n’y a qu’en course à pied que l’on peut voir ça. Et regardez tous ces visages heureux, ils ont terminé, ils sont fiers, c’est beau ! »

Marie-Antoinette court pour tous ces moments de convivialité. « Pour être bien dans mon corps et dans ma tête. Pour être une grand-mère dynamique. Je ne fais plus les courses en regardant mon chrono, je prends juste du plaisir. »

Un plaisir qu’elle entretient. Licenciée au Stade-Français, elle effectue une séance sur piste avec le club et s’élance parfois le dimanche matin pour une sortie groupée en plus de toutes ses séances quotidiennes.

A côté de la course sur route, elle a aussi testé le trail, avec deux participations à l’Annecime (78 km, 4400m D+). « C’était super, mais je suis un peu trop vieille maintenant pour ce genre de course. Je me contente de trail de 25 à 30 kilomètres. C’est encore une autre ambiance et de beaux décors ! »

Et ne demandez pas à Marie-Antoinette si elle envisage de ranger ses runnings. « Je veux courir le plus longtemps possible. Je savoure tellement ces moments. Ce sont les seuls évènements sportifs où tout le monde est sur la même ligne. Vous pouvez être au départ d’une course avec un champion ou une championne du monde, un champion olympique. Vous êtes là, à côté, que vous soyez un coureur de bon niveau ou un débutant. Vous connaissez une activité sportive où on peut vivre ça ? Tout le monde fait le même parcours, dans les mêmes conditions, il n’y a que le chrono qui est différent au final. Et puis, tout le monde se respecte. Alors, tant que je serai en mesure de courir, je continuerai. »

Et non sans ambition. « Dans quelques mois, je serai Vétéran 4, je vais pouvoir renouer avec les podiums. »

Ses concurrentes n’ont qu’à bien se tenir car rien ne semble pouvoir arrêter Marie-Antoinette.

Ses meilleurs chronos

10 km : 43 mn (Langueux, à 59 ans)
Semi-marathon :
1h35 mn  (La Courneuve, à 59 ans)
Marathon : 3h17 (Paris, à 59 ans)

2 réaction à cet article

  1. qu’est devenue Marie Antoinette HARRY ? Jje suis une amie d’autrefois… j’aimerai avoir de sezs nouvelles. Merci

    Répondre
  2. Bonjour
    Malheureusement nous ne l’avons pas recroisée depuis notre rencontre..
    Cordialement

    Répondre

Réagissez