Marathon de Paris 2011 : au cœur du peloton

Heureux !

Ils ont couru le marathon de Paris, ils nous racontent

Arrivée du marathon de Paris

Abdellatif Meftah, 1er français, 1er marathon en 2h10mn53sAbdellatif MEFTAH
10e au général
« A partir du 30e kilomètre, pire encore, après le 35e ça a été très difficile ; Je vais encore m’entraîner dur pour faire mieux lors du marathon de New-York.  »

Stéphane GourmelonStéphane Gourmelon, athlète Lepape, 2h40mn10s
« Je suis super content. Je voulais rester avec Nathalie (Vasseur), mais elle m’a dit dès le début qu’elle partait plus sur 2h45-2h50 en raison de la météo et que je ne devais pas rester avec elle. C’est mon quatrième marathon et je dois reconnaître que, dès ce matin, j’avais de super sensations. Pour la première fois, j’ai fait un break de trois jours, avec une dernière séance le mercredi et ça m’a bien réussi. Moi qui suis plutôt un angoissé, je n’avais aucun stress ce matin. J’ai réalisé une bonne préparation sur quatorze semaines, avec un trail fin février et un semi mi-mars et, au final, j’améliore mon record de 6mn40s ! C’est incroyable. Et puis, ce parcours, ce monde ! Ça donne une frite ! »

Nathalie Vasseur, 1ere Française, athlète Lepape, 2h46mn26sNathalie Vasseur
« Je suis contente ! 2h46 à 46 ans, c’est pas mal, non ? J’ai été accompagnée par un ami jusqu’au 38e kilomètre, mais il m’a dit : pars, je ne peux plus. Je n’ai jamais été doublée, j’ai toujours remonté au fil des kilomètres et je n’ai pas trop souffert. J’ai vraiment eu de super sensations, même si ce matin, j’étais un peu tendue ; Il a fait un peu chaud, surtout dans Boulogne, mais je m’étais super bien préparée. Vraiment une belle journée ! »

Lionel VivantLionel Vivant, 2h59mn07s
29 ans, technicien
« Je cours depuis un an après avoir fait beaucoup de vélo. J’avais comme objectif 3h, c’est parfait. Je ne suis jamais resté bien loin des meneurs d’allure et c’est une aide précieuse. Et puis ce public, cette organisation, ce parcours… C’est incroyable et parfait pour un premier marathon ! »

Pascal CarréPascal Caré, 3h42mn53s
« C’était mon premier marathon, même si je cours et fais du vélo depuis longtemps. J’ai suivi une préparation de Jean-Pierre Monciaux sur huit semaines et ça s’est bien passé. Je reconnais que le plaisir d’être là, je ne l’ai connu que jusqu’au 23e kilomètre… Pour le mur, c’est un peu tôt. Après, j’ai géré au mieux. C’est toute la difficulté du marathon, on est confronté à nos limites. Mais j’ai su baisser de rythme pour bien terminer : je crois qu’à la maison, on n’aurait pas aimé que je rentre en marchant comme un crapaud. Ça fait des semaines que je les bassine avec mon marathon. Cette nuit, j’ai rêvé qu’il allait pleuvoir tout le long du parcours… Je crois que j’aurais préféré, mais le spectacle aurait été moins beau ! »

Bruno Lacroix et Ignace MancaBruno Lacroix, Ignace Manca, 3h49mn57s
Pour son 50e marathon, l’année de ses 50 ans, Bruno Lacroix a souffert, mais une précision s’impose : la semaine dernière, il courait son 49e marathon, à Montauban.
« Jusqu’au semi-marathon, tout allait bien, mais à partir du 25e kilomètre, j’ai décroché. Plus de jambes. Mais ce n’était pas une surprise. Mon challenge était de ne pas marcher et si Ignace n’avait pas été là… J’ai eu des vomissements au 30e kilomètre – un gel qui n’est pas passé -, mais j’ai pu continuer. J’avais des amies sur le parcours (merci Isa et Martine !), ça m’a fait beaucoup de bien et la présence d’Ignace a été vraiment grandiose. Je le remercie ! »
« Ce n’est pas facile d’être lièvre, raconte Ignace. Je me mettais devant, mais parfois, j’allais trop vite, je n’étais pas à mon rythme et je devais faire attention. Mais c’est génial d’emmener un ami et de le soutenir. Ma plus grande peur a été lorsque je l’ai perdu au 30e kilomètre en raison de son arrêt… mais j’ai pu le retrouver et le soutenir jusqu’au bout. Ma joie est aussi intense que la sienne.  »

Yamina Belabassi, 3h52mn47sYamina Belabassi
40 ans
« Le challenge de mes 40 ans ! Je cours depuis 6-7 ans, mais là, je voulais marquer le coup et célébrer ma quarantaine en passant sur marathon. Enfin, je les aurai en juillet ! C’était vraiment bien et, en plus, je ne me sens pas trop fatiguée. Je me suis entraînée depuis janvier à raison de trois séances par semaine. »

Marcel SaparraMarcel Saparra, 3h57mn17s
62 ans, Lourdes
« Je cours depuis 1985 sur toutes distances, route et trail, avec un record sur marathon à 2h45 pour mes 40 ans à Barcelone. Là, je fais juste un peu moins de 4h, je suis content… A mon âge, c’est pas mal… C’est ma première participation à Paris, c’est vraiment super. J’ai fait Berlin en septembre, c’est au même niveau largement, la pluie en moins ! Je tiens aussi à remercier le public ! Ouah !  »

Les meneurs d'allure
Claris Denis, 4h00mn55s
43 ans, meneur d’allure des 4h
« Ça doit faire cinq–six fois que je fais meneur d’allure. C’est un vrai plaisir. Je vaux autour de 3h15 sur marathon, ce qui me laisse une marge suffisante pour gérer le chrono et répondre aux attentes des coureurs. Ils posent beaucoup de questions et il faut les rassurer. Essayer de raisonner ceux qui partent trop vite, les aider à bien se ravitailler… il y a tant de petites choses qu’il faut gérer. On a tourné à 5mn40 au kilomètre avec, pour chaque ravitaillement, 50 mètres de marche environ pour permettre à tous de bien gérer ce moment. Ah oui, avec le monde qu’il y a maintenant, il faudrait mettre les tables des deux côtés de la route, car là, il y a quelques embouteillages. Mais pour le reste, c’est toujours aussi parfait ! Quel beau marathon ! »

Frédéric DAMBIERFrédéric Dambier, 4h01mn28 s, 1er marathon
33 ans, ancien patineur artistique, 4ème des Championnats d’Europe 2004 et 2006 , sélectionné olympique 2002 et 2006. En poste à l’INSEP à la Direction des Politiques Sportives Mission Sport de Haut Niveau.
« Tout simplement magique… ce qui n’était à la base qu’un défi, un objectif à long terme pour me motiver pour aller courir cet hiver lorsqu’il faisait froid, qu’il pleuvait ou qu’il neigeait, s’est transformé en aventure humaine inoubliable ! La solidarité entre coureurs, le soutien des spectateurs et des bénévoles tout le long du parcours, la course avec mon père, mon parrain et notre équipe de supporters, resteront des souvenirs inoubliables. Par contre, en tant qu’ancien sportif de haut niveau toujours à la recherche de performance, avoir manqué de peu la mythique barre des « 4 h » me pousse à partir sur une nouvelle aventure, à New York cette fois en novembre prochain !  Je crois bien avoir attrapé le « virus marathon », quel bonheur !« 

Benoit Faucher, 4h28mn59s
34 ans, ostéopathe
« C’était mon troisième marathon, en principe, je vaux 4h08, mais je n’étais pas assez préparé. Je suis parti au Pérou un mois en janvier et je n’ai pas pu courir ! Mais ca m’a permis d’apprécier. Au semi-marathon, j’ai compris, alors j’ai relâché. J’ai surveillé mon hydratation, afin de ne pas faire d’erreur et de pouvoir apprécier chaque instant. C’est beau. Je reviendrai l’an prochain avec d’autres ambitions ! »


Chantal Jouanno,  4h30mn47s, ministre des Sports
Joel Lainé et Chantal Jouanno
« Je me suis entraînée avec mon mari et mon chauffeur et je dois avouer que mon premier mot sur la ligne d’arrivée a été : « Mais pourquoi on fait ça ? » C’est une belle épreuve et c’est vrai un défi pour soi-même, qui invite à beaucoup d’humilité. Il faut lutter contre ses doutes. Je suis très admirative des  participants et des bénévoles. J’aime la course car c’est populaire. » En photo à droite de Joël Lainé, organisateur du Marathon de Paris

Vous avez couru le marathon de Paris ! Racontez-nous !

4 réaction à cet article

  1. Je n’ai pas pu m’aligner cette année ! Je me suis blessée durant ma préparation, j’aurais tellement voulu en être ! Est-ce que les conditions climatiques n’étaient pas trop pénibles surtout pour les personnes comme moi qui terminent autours des 5 heures de course ?

    Répondre
  2. Bonjour idem pour moi : trop d’entrainements et autres sports et quelques courses de loupées. Mais hier, quand même un petit run de 1 heure entre 14h & 15h…Il a fait chaud, pas de vent et sec et je crois que ça a été comme ça pour le marathon… Bravo à tous les marathoniens d’hier !

    Répondre
  3. Un jour, j’irai !!! ;-)

    Répondre
  4. Bonsoir, mon premier marathon également objectif visé:3h45′ réel 3h 53’17 » (crampes sur les 5 derniers kms) je ne regrette pas cette épreuve sportive. Une super ambiance le long du parcour journée magnifique que j’ai partagé avec quelques compagnons de club et en mémoire en un autre compagnon qui aurait du y participer également si une terrible maladie ne l’avait pas emporté un mois avant. J’invite toutes les personnes à participer à cette épreuve car elle crée et renforce les liens entre les personnes en plus du coté sportif.
    (catégorie V2M)

    Répondre

Réagissez