Les Sables Express – Episode 5

François-Xavier de Chateaufort

Jusqu'au 13 avril, immersion chaque jour dans les coulisses du Marathon des Sables 2019. La 4ème étape, la plus longue (76,3 km), de cette 34ème édition était très attendue. Arrivées de nuit, pour certains au petit matin, mini tempête de sable et les dernières nouvelles du chien Cactus en grande forme.

Petite pause en pleine nuit pour certains concurrents dans le désert sur la 4ème étape longue de 76,3 km
Petite pause en pleine nuit pour certains concurrents dans le désert sur la 4ème étape longue de 76,3 km

76,3 km à boucler en maximum 31 heures, tel était le défi proposé aux rescapés du 34ème Marathon des Sables. Ce mercredi, avant le départ, malgré la fatigue générale, les participants encore en lice étaient très motivés à l’approche de cette grande étape. Premier départ à 8h30 du matin, les 50 premiers du classement général sont partis 3 heures après le reste du peloton pour éviter de trop gros écarts à l’arrivée et pour que la plupart des concurrents aient le plaisir de courir quelques instants aux côtés des élites le temps d’être dépassés par eux.

A chacun ou chacune sa stratégie pour aller au bout de l’étape mais beaucoup ont prévu de s’arrêter pour se reposer. La plupart ne souhaitent pas dormir de peur de ne pouvoir repartir mais au final dormir 2 ou 3 heures permettra de récupérer des forces pour rallier l’arrivée.

En fin de journée, histoire de pimenter encore plus l’aventure, une mini tempête de sable s’est levée avec une visibilité réduite à 10 m par endroits. Beaucoup ont eu peur mais heureusement cela n’a duré qu’environ une heure. Certains sont arrivés en pleine nuit, d’autres comme prévu se sont arrêtés pour dormir avant d’arriver ce jeudi matin. Au final, malgré les conditions et la longueur de l’étape, ils sont peu à avoir abandonner.

 

Christophe le Boulanger : « J’ai fait la rencontre avec un serpent ou une vipère, j’ai fait des bonds de cabri, j’avais les jambes qui tremblaient. »

 

Arnaud : « L’étape d’aujourd’hui était trop difficile, je n’ai plus de pied, plus de jambe. Je suis complètement fatigué avec plein d’ampoules dont une qui commence à s’infecter au petit doigt de pied, je marchais à 1 km/h, je n’ai pas pu atteindre le CP 1 c’était fini. Par contre je me suis dépassé mardi, je suis super content de cela, ma victoire je l’ai eu hier lorsque j’ai couru comme je pouvais pour arriver juste dans les délais avec Patrick Bauer (le directeur de la course) qui ému m’a pris dans ses bras à l’arrivée. C’était magique, j’étais venu pour vivre ce genre de moments, je suis ravi. »

 

Christophe le Boulanger (155ème de l’étape – 182ème au général) : « Mon grand stress de la journée je l’ai eu tout près de l’arrivée. Sur le plateau rocheux, j’ai fait la rencontre avec un serpent ou une vipère, je ne suis pas un spécialiste mais c’était suffisamment grand et coloré pour ne pas me plaire, je l’ai vu trop tard, je lui écrasé la tête avec l’un de mes pieds. Ensuite j’ai fait des bonds de cabri, j’avais les jambes qui tremblaient, j’ai eu une trouille pas possible. Je m’en souviens encore, j’en ai les poils qui se redressent rien que d’en parler. »

 

Autre animal toujours aussi vaillant sur la course, le chien Cactus qui suit les concurrents depuis mardi. La mascotte du Marathon des Sables a parcouru les 76 km en 11h30 en grande forme, impossible de l’arrêter. Les organisateurs le traitent comme un prince en le nourrissant et lui donnant de l’eau dès que cela est possible. Ses pattes sont en bon état, parfaitement rodées pour les longues distances !! Sur les réseaux sociaux, une personne prénommée Karen Hadfield et prétendant être sa maîtresse a expliqué qu’elle avait constaté sa disparition du campement où elle vivait et qu’elle souhaitait le récupérer. Selon elle, la performance de Cactus n’a rien d’étonnant, c’est un chien nomade habitué à courir 40 km par jour, juste pour le plaisir !!

 

Pas de surprise du coté des favoris, 3ème victoire d’étape pour le Marocain Rachid El Morabity en 7h13’10 devant son frère Mohamed 7h16’13. En 7h22’07, l’Italien Antonio Alongi prend la 3ème place. Chez les dames, 4ème succès en 4 étapes pour la Néerlandaise Ragna Debats (9h13’31) qui conforte sa place en tête du classement général devant Aziza Raji (9h37’16) et Gemma Game (9h39’52)

Nicolas Gacon (9ème de l’étape – 11ème au général) : « Avec le départ différé à 11h30, le soleil cognait déjà pas mal, avec un bon coup de chaud de 13h à 16h, ce fut assez dur à gérer pour moi. Après quand le soleil s’est voilé et avec le retour d’un peu de fraîcheur, j’ai retrouvé mes sensations. Plutôt une bonne étape avec une 9ème place au final. Aujourd’hui repos, étirements, peut-être une petite marche tranquille pour éliminer les toxines et repartir avec des jambes neuves demain. Le début et la fin de la 5ème étape sont un peu compliqués, ce n’est pas ce que j’apprécie le plus, il faudra bien envoyer au milieu pour creuser des écarts. »

 

Ce jeudi, vous l’avez compris place à la récupération, les concurrents se reposent prennent le temps de discuter entre eux mais appréhendent déjà l’étape de demain (42 km), l’équivalent d’un marathon qui s’annonce difficile et technique avec notamment l’ascension d’un djebel.

 

Bonne journée le bivouac, pour ceux ou celles qui en ont le courage, profitez de l’après-midi pour faire une petite promenade avec Cactus !!

 

 

 

 

Réagissez