Les Sables Express – Episode 3

François-Xavier de Chateaufort

Jusqu'au 13 avril, immersion chaque jour dans les coulisses du Marathon des Sables 2019. Ce lundi, la 2ème étape assez physique avec les dunes de Merzouga n'a pas ménagé les concurrents.

Au milieu des dunes de Merzouga
Au milieu des dunes de Merzouga

Réveil frais et un peu plus tôt que la veille pour le bivouac. La 2ème étape avec ses difficultés s’annonce longue. Au programme 32,5 km dont 13 km dans les  dunes de Merzouga sous un grand ciel bleu et une température annoncée de 27 degrés sous abri au plus chaud de la journée.

Petite nouveauté cette année, avant le départ et comme chaque matin, Maitre Sun donne un cours de Tai-chi au milieu du bivouac concurrents pour ceux ou celles qui le désirent. Idéal pour se relaxer et le renforcement musculaire.

L’Asie également à l’honneur sur la course avec les concurrents Japonais et leurs cheveux colorés de vert, de bleu. Parmi eux, un fan de foot a prévu de faire toute la course avec un ballon du Paris Saint-Germain. Un autre s’est préparé son propre saké (alcool de riz) qu’il boit (avec modération bien sûr !) tous les soirs avec ses compatriotes à l’arrivée de chaque étape.

Après Claude (85 ans) hier, Anne (68 ans et doyenne du Marathon des Sables 2019) est enthousiaste avant le départ de la 2ème étape : « Je participe à l’épreuve depuis 8 ans, je me suis mise à courir il y’a 41 ans, le virus m’a pris en commençant par des semi-marathons, des marathons, des 100 km et de plus longues distances jusqu’à découvrir le MDS. C’est une course par étape unique dans le désert. L’emblématique directeur de course, Patrick Bauer est fantastique. ll nous tire vers le haut, et nous amène à cette communion qui existe entre toutes les nationalités représentées sur l’épreuve. »

Une ambiance soudée nécessaire sur cette 2ème étape entre Tisserdimine et Kourci Dial Zaid qui fut éprouvante. La traversée des dunes de Merzouga s’est faite à l’orientation, selon des stratégies très différentes. Certains connaissaient bien le parcours et savaient comment appréhender les dunes. D’autres pas vraiment et ne savaient pas que marcher en haut des dunes permettait d’économiser de l’énergie au lieu de monter et descendre, une technique beaucoup plus fatigante. Pour pimenter encore un peu plus la journée, les 6 derniers kilomètres se sont courus avec du vent de face sans voir le camp. Beaucoup ont terminé en marchant, les visages étaient marqués, l’infirmerie s’est remplie.

Pas de problème en revanche pour les frères El Morabity. Mohamed (2ème de la 1ère étape) l’a emporté en 2h52’30 » avec quelques secondes d’avance sur Rachid (vainqueur hier). Abdelkader El Mouaziz se classe 3ème. Belle 4ème place pour le Français Mérile Robert. Chez les femmes, sans-faute pour la Néerlandaise Ragna Debats qui s’est imposée comme la veille et conforte sa première place au classement général.

Bien plus loin, arrivée des derniers à la tombée de la nuit, escortés par une caravane de dromadaires et encouragés par leur chameliers chargés de fermer la course. La récupération s’annonce cruciale avant la 3ème étape demain longue de 37 km beaucoup plus variée avec une grosse portion roulante et quelques parties plus techniques.

Bonne nuit le bivouac, malgré la fatigue on ne lâche rien !!

 

 

 

 

1 réaction à cet article

  1. Bonjour,
    Bon courage à mon frère cadet Clément ( dossard 711 ) dont c’est ,je crois ,le 1 er marathon des Sables .Merci de lui transmettre tous mes encouragements.
    GUILLAUME Guntz

    Répondre

Réagissez