Les Sables Express – Episode 2

François-Xavier de Chateaufort

Jusqu'au 13 avril, immersion chaque jour dans les coulisses du Marathon des Sables 2019. Ce dimanche, place à la 1ère étape longue de 32,2 km. L'aventure commence !!

Rachid EL MORABITY vainqueur de la 1ère étape 
Photo : Cimbaly / Marathon des Sables
Rachid EL MORABITY vainqueur de la 1ère étape Photo : Cimbaly / Marathon des Sables

Bientôt 9h du matin, le grand départ de la 1ère étape de ce Marathon des Sables est imminent. Avant cela, Patrick Bauer, le directeur de course, debout sur sa voiture pour un ultime speech de recommandations et d’encouragement n’oublie pas de souhaiter les anniversaires du jour !

Pendant ce temps les concurrents ajustent leurs bandages, casquettes et lunettes. L’heure est venue aussi d’appliquer une bonne dose de crème solaire pour se protéger du soleil qui tape déjà !

 

Frédéric : « Ce n’est pas mon premier Marathon des Sables mais c’est la 1ère fois que je le fais avec un tapis de sol et ce n’est pas une mauvaise idée . Cela permet de passer de meilleures nuits et comme le sommeil est très important dans cette course, je me dis pour l’instant que j’ai bien fait d’avoir pris un sac plus lourd à cause du tapis de sol »

 

Claude (85 ans et doyen de cette édition) : « Je me sens très bien, très bien comme un vieux !! 

 

Quelle bonne idée ! On dispute aussi le MDS également en couple comme Josée et Vincent venus de Corse. « C’est notre première ici, nous sommes très excités mais un peu anxieux » Vincent attends de voir la 1ère étape, Josée a peur de la chaleur. Tous les deux se sont entraînés pendant 8 mois notamment dans le sable tous les samedis pendant 3 h avec un sac de 7 kg sur le dos.

 

Claude (85 ans) est le doyen de cette édition :  « Je me sens très bien, très bien comme un vieux (sourire) !!  C’est ma neuvième participation, j’espère la terminer avec mes amis qui se sont enfin décidés cette année à venir avec moi. Je ne suis pas leur guide car ils vont un peu plus vite que moi mais je leur donne quelques petits conseils »

 

Le moment du départ est arrivé avec la sono à fond et dans les enceintes le mythique « Highway to Hell » du groupe AC/DC, le groupe fétiche de Patrick Bauer. Cette 1ère étape de découverte longue de 32,2 km plutôt plate, assez roulante, a permis à tout le monde de se mettre en jambes. Victoire sans surprise pour le Marocain Rachid El Morabity devant son frère Mohamed. Leur compatriote Abdelaziz Baghazza prend la 3ème place. Chez les femmes, la Néerlandaise Ragna Debats l’a emporté devant la Marocaine Aziza Raji et la Française Laurence Klein. A l’arrivée, quelques concurrents se rendent à l’infirmerie en boitant, on sent bien que cela ne va pas être facile pour certains.

 

Sandrine : « La 1ère étape s’est passée avec beaucoup d’appréhension, le désert ce n’est pas mon terrain de jeu. Je suis une adepte de la course sur route. J’ai pris conscience de mes limites aujourd’hui en me disant que ce genre d’épreuve n’est peut-être pas pour moi. Après le décor est magnifique, j’en ai pris plein les yeux, plein les jambes aussi. On a vu des visages d’enfants extraordinaires qui nous attendaient, qui nous tendaient la main. Un grand moment de partage, de rencontre par contre ce terrain est vraiment technique j’en ai vraiment bavé. »

 

Grégory : « Magnifique journée, les 20 premiers kilomètres étaient assez sympa avec un peu de vent de face. Après le 2ème ravitaillement, le vent s’est calmé, il a commencé à faire chaud, c’était de plus en plus dur. Mais lorsque l’on voit l’arche d’arrivée, l’énergie revient, les ailes poussent dans le dos, les pieds plus légers glissent, c’est une joie intense. »

 

Frédéric : « Cette 1ère étape sur le papier paraissait être la plus facile de la semaine, la plus roulante mais à chaque fois que tu fais la 1ère étape du MDS tu te rends compte que tu es parti pour une semaine très difficile. Tu réalises que derrière il y’a plus de 200 kilomètres, il faut vraiment savoir s’économiser et c’est ce que j’ai essayé de faire, cela ne m’a pas empêché d’être dans le rouge à la fin, au final j’ai mis 5 h pour faire les 32 kilomètres. J’ai retrouvé mes camarades de tente et c’est cela aussi le Marathon des Sables, la bonne ambiance dans les tentes et la nourriture lyophilisée que l’on retrouve avec joie à l’arrivée. »

 

Demain mardi, la 2ème étape longue de 32 km s’annonce plus difficile avec plus de dunes et de dénivelé.

 

Bonne récup’ le bivouac !

 

Réagissez