Les résultats du marathon de Prague (République Tchèque), le 13 mai 2012

Balade touristique au cœur de la capitale tchèque

Plus de 9 000 coureurs venus de 82 pays se sont élancés dans les rues de Prague pour un marathon en individuel ou en relais. Victoires de l'Ethiopien Deressa Chimsa en 2h06mn25s et de la Kényane Agnes Kiprop en 2h25mn41s.

marathon de Prague 2012

Dans les rues de Prague, le Français résonne à tous les coins de rues. En ce vendredi, deux jours avant le marathon, il est aisé de reconnaître les marathoniens décidés à allier l’utile et l’agréable. Prague est une ville magnifique, il serait dommage d’y courir sans en avoir découvert les moindre recoins même si on vient courir un marathon.

De l’avis des spécialistes, il faut au moins trois jours pour visiter la ville et en apprécier sa saveur. Bon nombre de coureurs avaient ainsi orchestré leur séjour.

Prague, située au cœur de l’Europe Centrale, capitale de la République Tchèque est riche et c’est un véritable plaisir de déambuler dans les rues piétonnes de la vieille ville. Ville aux mille tours et mille clochers, elle offre une architecture variée avec des monuments aux styles préromain, romain, gothique, art nouveau, cubiste…

Les organisateurs de ce marathon de Prague ne pouvaient évidemment emmener les coureurs visiter l’ensemble des monuments mais avec une concentration du parcours autours de la vieille ville avec, en sus, des allers-retours le long du fleuve Vltava, ils ont su régaler le peloton.

Tout commence sur la place centrale avec l’Eglise Notre Dame du Tyn qui surveille du haut de ces deux clochers. Une construction gothique avec un intérieur baroque.

La place est entièrement consacrée au marathon. Des arches gonflables sont placées un peu partout, une longue file indiennemarathon de Prague 2012 se forme dans la petite rue amenant à la place afin que le top chrono puisse se faire aisément. A 9 heures précises, Kényans et Ethiopiens s’élancent avec leur aisance habituelle. Une magnifique ligne droite bordée d’arbres les accompagne afin qu’ils rejoignent un premier pont. Les conditions sont idéales avec une température parfaite pour courir avec juste un léger vent (parfois un peu trop rafraichissant) et un soleil un peu capricieux qui n’hésite cependant pas à éclairer les monuments afin de les faire apparaitre sous leurs plus beaux atours.

Pavés, ponts et monuments

Durant ces premiers kilomètres la rue est pavée. Certains ne les sentiront pas passer, d’autres aux chevilles plus fragiles se crisperont, certains sentiront leurs plantes de pied s’échauffer dangereusement… Plusieurs stratégies s’opèrent, les uns optent pour droit devant, d’autres pour les trottoirs ou les petites zones de goudron plat mais extrêmement étroites.

Les pavés s’éloignent, les bords du fleuve se présentent. Une première traversée de pont afin de tester l’autre rive avant de revenir par le pont Saint Charles. Un pont fortifié avec deux tours qui célèbre votre entrée et votre sortie alors que des statuts vous regardent du coin de l’œil. Les spectateurs se sont massés ici afin de savourer le spectacle. Un petit tour le long du fleuve, un autre pont puis un autre avant de revenir sur la place centrale et savourer l’ambiance de feu qui y règne. Les animateurs donnent de la voix. Mais le peloton n’a alors fait que 13 km. Il faut renouer avec les pavés, parcourir les rues de la vieille ville, découvrir les artères plus modernes et commerçantes tout en faisant attention aux rails du tramway. Le peloton s’est effilé mais reste très dense. Il est temps de parcourir les berges de la Vltava d’une rive à l’autre afin de parcourir les 42,195 km. Le temps d’apprécier entre autres les péniches, le château éclairé par les rayons du soleil, les maisons aux couleurs pastelles, le théâtre national, la maison qui « danse » et son architecture ultra moderne… Un dernier passage de pont et il est temps de revenir une dernière fois sur la place de la vieille ville.

Le directeur de l’organisation est là pour vous accueillir, les bénévoles vous remettent la médaille bien méritée et la couverture de survie. Direction la petite rue théâtre du départ pour attraper votre ravitaillement afin de rejoindre l’hôtel pour un repos bien mérité.

Un Ethiopien et une Kényane sur les plus hautes marches

Pour l’élite, pas de records cette année. Mais une superbe victoire de l’Ethiopien Deressa Chimsa en 2h06mn25s. Après une attaque placée lors d’un ravitaillement après une heure de course, il ne sera jamais inquiété. Le podium est complété par deux novices kényans sur la distance. En effet, Stephen Tum (2h07mn16s) participait à son deuxième marathon tandis que Philemon Limo (2h09mn25s) ne s’était encore jamais exprimé sur la distance.

Chez les féminines, coup de théâtre au 38éme kilomètre avec l’abandon de la Kényane Lydia Cheromei qui jusque là avait mené la course. Rattrapée par Agnes kiprop, elle n’a pu suivre le rythme et a laissé sa compatriote s’imposer en 2h25mn41s.

Au niveau national tchèque, le public a grandement ovationné Jan Kreisinger. Avec un chrono de 2h16mn26s, il s’est tout simplement qualifié pour les JO de Londres. En réaction il ne sut dire qu’un mot :  » incroyable, incroyable, incroyable ».

Enfin comme maintenant dans de nombreux pays des stars se lancent sur marathon. Pavel Nedved, ancien footballeur tchèque (meneur de jeu ayant évolué à la Lazio de Rome et à la Juventus de Turin) a franchi la ligne d’arrivée en 3h50. « J’étais très bien et dans les 5 derniers kilomètres, je sentais que je pouvais accélérer, mais je n’ai pas encore l’expérience. J’ai vraiment passé un bon moment » déclarait-il avant de s’échapper rapidement pour rejoindre l’aéroport et assister à Turin, au sacre de la Juventus.

Sur la ligne, les animateurs, les bénévoles donnent encore et toujours de la voix. Le public applaudit, l’ambiance est tout simplement indescriptible. La fête est réussie, les marathoniens heureux. Prague est indiscutablement un marathon à placer dans son calendrier.

Ils l’ont couru

Richard Finot, Marseille (13), 3h02mn06s

MARATHON DE PRAGUE 2012 Richard Finot« C’est mon sixième marathon en 11 ans de course à pied. Je fais de la course sur route mais aussi du trail et du triathlon. J’étais venu à Prague en troisième en voyage de classe, ça m’avait marqué et je voulais revenir. Je suis venu avec l’association de la CMA-CGM, nous sommes neuf coureurs. Chaque année nous choisissons une destination en essayant de tourner dans toutes les capitales européennes. Nous sommes arrivés vendredi et avons fait un peu de tourisme. La ville est très belle, ça ressemble un peu à la Belgique –j’habite Marseille mais je suis originaire du Nord- et j’ai pu apprécier un peu plus cette atmosphère si particulière durant le marathon. Le parcours comporte des pavés, je dois dire que c’est un peu traumatisant surtout au niveau de la plante des pieds. Il y a aussi quelques bosses, je pensais que c’était plus plat mais ça passe. Le parcours est beau et pas monotone malgré les allers-retours. »

MARATHON DE PRAGUE 2012 Jean Paul PinonJean-Paul Pinon, Viroflay (92), 62 ans, retraité, 3h14mn27s
« Je suis venu avec le club d’Ancenis. En fait ma sœur et son mari y sont licenciés et j’ai pu me greffer au groupe. Je fais un marathon tous les deux ans (ma femme ne veut pas que j’en fasse plus, elle a peur que je me blesse et trouve les préparations un peu longue). Cette année, je me suis préparé comme jamais. Je suis à l’eau depuis trois mois, quitte à me faire charrier par mes amis, j’ai perdu deux kilos et suivi un plan d’entraînement sur 12 semaines à raison de cinq entraînements par semaine. Ça marche car même si chacun de mes marathons je progresse, là, je bats vraiment mon record nettement. J’avais fait 3h21 à New York, mon chrono dit 3h14. Ouah. J’espérais secrètement autour de 3h15, passer sous la barre pas vraiment et j’avais annoncé 3h19 à tout le monde !!!! Le parcours n’est pas si facile pourtant mais je termine bien donc ça n’a pas été si dur que cela même si je pense avoir abimé deux ongles ! Place maintenant à la récupération… on va visiter la ville avec une croisière demain, on ne repart que jeudi, on a le temps d’apprécier la ville. »

MARATHON DE PRAGUE 2012 Myrtile Vivarrat PerrinMyrtile Vivarrat Perrin, Marseille (13), 45 ans, 3h26mn25s
« Je cours depuis 5 ans, c’est mon 6e marathon et je bats mon record ! Je me suis mise à la course à pied lorsque j’ai mis mon troisième enfant à l’école. Depuis toute petite, je suis captivée par le marathon, je regardais les JO avec fascination et je m’étais toujours dit que j’en ferais au moins un. Et voilà le virus a pris. Je suis venue avec des amis, nous nous sommes mis en tête de faire tous les marathons des capitales européennes. On a déjà visité le château –magnifique- et la vieille ville. On repart mardi soir, on a donc le temps de voir tout le reste. Le parcours est très beau, c’est vraiment sympa et très bien organisé. Vraiment rien à dire et à reprocher mais c’est vrai qu’aujourd’hui avec ce chrono tout me parait très beau ».

MARATHON DE PRAGUE 2012 Laurent PourbaixLaurent Pourbaix, 46 ans, Kiev (Urkraine), 3h42mn01s
« Je suis un expatrié, je travaille pour Auchan en Informatique et je vis en Urkraine depuis six ans. On est venu à 10, on s’entraîne ensemble tous les dimanches. C’est mon 16e marathon en dix ans de course à pied. Le plus dur est de s’entraîner car l’hiver est très rude avec le froid et la neige. On essaye toujours de trouver des marathons en milieu d’année afin de commencer l’entraînement le plus tard possible. Le parcours ici est très bien, un peu difficile mais bon ça passe. J’ai apprécié les passages sur les berges car on se croise et se recroise. C’est ma troisième participation ici, il y a de plus en plus de concurrents et c’est toujours aussi bien organisé ».

MARATHON DE PRAGUE 2012 Céline WeitzCéline Weitz, 37 ans, informaticienne, Strasbourg (67), 3h54mn49s
« Je voulais faire sous les 4 heures ! C’est incroyable ! C’est mon plus beau cadeau ! Je cours depuis 5 ans, et mon record était à Paris en 2011 avec 4h11 ! Ouahhh ! Je suis venu ici car le parcours est réputé pour être très beau, je n’ai pas été déçu. Tout est parfait, le retrait des dossards, le départ, les ravitaillements, les animations sur le parcours, les gens… Dans cette ville, il y a une atmosphère incroyable. C’est très bien entretenu, les gens sont respectueux, gentils, dans le tramway on se lève pour une personne âgée, on ne se bouscule pas, on peut demander de l’aide. Je reviendrai en touriste car j’ai vraiment été séduite. »

MARATHON DE PRAGUE 2012 Pascal CoicPascal Coic, 52 ans, Dentiste, La Palmyre (17), 4h05mn35s
« Je fais deux marathons par an, plus en recherche du plaisir de courir que de la performance. Je fais aussi un ironman (triathlon longue distance) par an. Je suis venu avec mon amie, nous associons toujours le marathon avec une visite touristique. Prague est vraiment une ville magnifique, c’est calme, zen, très beau, très agréable. Je dois aussi vous parler du départ car je n’avais jamais vécu ça. La musique classique avec les violons… c’était incroyable. J’ai été très ému, c’était très beau. D’habitude c’est de la musique très rock, très boum boum. J’ai ressenti une émotion aussi forte qu’à Madrid même si les circonstances étaient différentes. Là c’était après les attentats et il y avait eu une minute de silence et un lâché de colombes. Je ne compare pas car le contexte est différent mais au niveau du ressenti c’était très proche. Je trouve que ce départ tout en émotion est à l’image de la course et de la ville. C’est beau, c’est calme, c’est professionnel. »

MARATHON DE PRAGUE 2012Nathalie Arvis (4h01mn43s), 50 ans, assistante maternelle, Pascale, 48 ans, orthophoniste et Vincent De Boni, 52 ans, banquier,s 4h11mn23s,

« On est des amis et on se choisit des destinations ensemble.  Les conditions étaient idéales, le parcours est bien, même s’il n’est pas facile facile. Nous avons été émerveillés par l’architecture et nous sommes heureux d’avoir pris du temps pour visiter. Le parcours permet aussi une bonne approche, ce fut un bon choix. »

Les résultats

Hommes

1. Deressa Chimsa (ETH), 2h06mn25s
2. Stephen Tum (KEN), 2h07mn16s
3. Philemon Limo (KEN), 2h09mn25s
4. F. Bowen (KEN), 2h10mn05s
5. N. Kinyanjui (KEN), 2h11mn05s
6. J. Lomeriny Ang (KEN), 2h12mn12s
7. Wirimai Juwawo (ZIM) et Teferi Bacha (ETH), 2h14mn37s
9. Niguse Chala (ETH), 2h14mn41s
10. Yared Dagnaw (ETH), 2h14mn59s

Femmes

1. Agnes Kiprop (KEN), 2h25mn41s
2. F. Chepchirchir (KEN), 2h26mn50s
3. Meseret Debele (ETH), 2h27mn15s
4. Sovad Ait Salem (ALG), 2h27mn21s
5. Misiker Mekonnin (ETH), 2h29mn46s
6. Silvia Skvortsova (RUS), 2h30mn27s
7. Iullia Arkhipova (KGZ), 2h30mn58s
8. Tsega Gelaw (ETH), 2h38mn28s
9. Petra Pastorova (TCH), 2h39mn42s
10. Miriam Van Reijen (P-B), 2h48mn39s

5624 coureurs classés

Tous les résultats : Le classement complet

Vous avez couru le marathon de Prague ? Laissez votre commentaire sur La fiche du marathon de Prague dans notre calendrier des courses

Réagissez