Les résultats du marathon de la Baie du Mont Saint-Michel, le 13 mai 2012

Une belle 15ème édition, « la dernière d’une tranche de vie »

Le marathon du Mont Saint-Michel a fêté dignement sa 15ème édition, ce dimanche 13 mai 2012. L’édition 2013 sera synonyme de nouveau départ… ou plutôt d’une nouvelle arrivée. En attendant, chacun a savouré.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a ceux, comme Valérie qui ont passé « les 10 derniers kilomètres à le regarder ». Ceux, comme Frédéric, qui sont « restés dans leur bulle ». Ceux qui, à l’image de Thierry, n’ont pas voulu le regarder avant la fin « parce que sinon, on a l’impression qu’il n’arrive jamais ». Ou encore ceux comme Chantal qui l’ont « vu au départ » et ont décidé de « ne plus trop le regarder, hormis dans les deux derniers kilomètres ».

Bref, chacun fait comme il le sent, mais personne ne reste insensible au Mont Saint-Michel. D’autant que cette 15ème édition du marathon du même nom était la dernière occasion de terminer au pied du fabuleux Rocher. A partir de l’an prochain, l’arrivée sera modifiée en raison des travaux sur le site. « Pour que ça continue, il faut que ça change, résume l’organisateur Denis Craveia. Les habitués trouveront toujours que c’était mieux avant, mais les gens qui vont découvrir se diront que c’est extraordinaire ».

Durant la course, on ne découvre pas le Mont Saint-Michel de manière soudaine. On a le temps de le savourer. Il se devine dès le départ à Cancale. Petit à petit, la brume se disperse, la vision se fait plus nette, le Rocher grossit à vue d’œil. Les marathoniens mesurent alors la distance qui les sépare de l’arrivée. De la « délivrance », comme le résume Chantal. Venue des environs de Rennes, cette assistante juridique de 44 ans courait son premier marathon ce dimanche 13 mai 2012. Elle connaissait déjà le marathon du Mont Saint-Michel pour avoir accompagné son mari. Et cette fois, lui courait en duo avec un ami, et a pu lui servir de précieux « coupe-vent ».
Le vent fait partie du cadre. « On l’avait de trois quarts face durant les 10 derniers kilomètres, c’était vraiment mortel », lance un finisher qui s’apprête à rejoindre les navettes retour. « Et encore, il s’était calmé par rapport à hier », lui répond un autre. Les participants du jogging des remparts couru samedi en fin d’après-midi à Saint-Malo confirmeront.

Reste que plus de 4 000 personnes ont pris le départ du 15ème marathon de la Baie du Mont Saint-Michel. La « la dernière édition d’une tranche de vie », selon Denis Craveia. Alors oui, le vent peut-être gênant, mais d’autres éléments compensent. L’ambiance par exemple. Parfois digne d’une étape du Tour de France, dans les derniers kilomètres. Le « peuple breton est festif, actif, partenaire », sourit l’organisateur de ce qu’il considère comme « le marathon idéal ». « Un marathon plat », doté de points de vue dignes d’une carte postale. Ici un moulin, là les polders. A Hirel on court au rythme du « Petit Bonhomme en mousse » entonné par quelques-uns des 156 musiciens répartis sur le parcours. A Cherrueix, ceux qui courent en duo se passent le relai au rythme des tambours et trompettes.  « C’est une belle course, j’ai été encouragée pendant tout le parcours. Ça m’a bien boostée. Je me sentais bien. Trop bien même du coup je suis partie trop vite », avoue Valérie qui peine à récupérer. A 46 ans, cette coureuse des Bouches-du-Rhône a battu son record, bouclant le parcours en 3h33. « Je suis fière de moi et ma mère le serait aussi. Je suis originaire du Pas de Calais et quand j’étais petite, elle voulait voir le Mont Saint-Michel, alors on a pris la voiture, mais sans venir jusque-là. Je ne l’avais jamais vu d’aussi près. C’est superbe ! »

Chacun vit sa relation avec le Mont Saint-Michel à sa façon. Après quinze éditions à la tête de l’événement, Denis Craveia ne s’en lasse pas : cette « appropriation du marathon, par les bénévoles, le personnel médical et les marathoniens eux-mêmes, c’est ma plus belle récompense ».

Les podiums

Hommes
1. Abraham Girma (Ethiopie), vainqueur en 2h11m51s
2. Ben Kimwole Kimutai (Kenya), 2h17m25s
3. Kedebe Gedefa (Ethiopie), 2h18m49s
4. Abdelghani Sebbane (Maroc), 2h24m11s
5. Mustapha  Bennacer (Algérie), 2h26m56s
6. William Cheseret (Kenya), 2h27m07s
7. Hermann Landemain, 2h32m26s
8. Manouer Benfodda, 2h32m48s
9. Patrice Suc, 2h36m24s
10. Eric Lallemand, 2h36m51s

Femmes
1. Gadise Fita (Ethiopie), vainqueur en 2h36m56s
2. Sofia Roba (Ethiopie), 2h38m15s
3. Emily Rotich (Kenya), 2h40m30s
4. Simegn Yeshanbel Abnet (Ethiopie), 2h45m16s
5. Kidist Feeha (Ethiopie), 2h47m27s
6. Murielle Brionne, 3h01m31s

Résultats complets très prochainement

Vous y étiez ? Laissez votre avis sur la fiche du marathon de la Baie du Mont Saint-Michel dans notre calendrier des courses

Le marathon de la Baie du Mont Saint-Michel 2012 en photos

Réagissez