Les résultats du marathon de Bordeaux (33), le 18 avril 2015

Marathon de Bordeaux, jusqu’au bout de la nuit

Le premier marathon de Bordeaux Métropole, couru de nuit, une première en France, avait fait le pari d’en faire une fête populaire. Un pari réussi malgré une invitée surprise : la pluie battante.

marathon de Bordeaux 2015

Ils étaient plus près de 20.000 à battre le pavé bordelais, dont 8.000 à s’être inscrits au marathon nocturne de Bordeaux Métropole, le premier du genre en France. Les organisateurs ont voulu en faire un événement festif, innovant et culturel, et malgré la présence de la pluie, le pari est réussi.

Deux heures avant le grand départ, la pluie s’invite à la fête, une pluie battante qui ne refroidit pas les ardeurs des concurrents ni des accompagnateurs. L’excitation est là, même si un peu d’anxiété se fait sentir dans l’aire de départ et aux abords. « C’est dommage qu’il pleuve », soupire Christine, venue encourager des amis « courageux de courir par ce temps, mais l’ambiance est quand même là, ça va être sympa».

Tout au long du parcours, le public sera omniprésent, au cœur même de la ville XVIIIème siècle, sur les quais classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, dans les prestigieux vignobles ou même dans les zones plus pavillonnaires. Les Bordelais se sont rassemblés en nombre, à la lumière naturelle de la nuit tombante, sous les éclairages publics ou plus simplement à leurs balcons ou sur les trottoirs, devant chez eux, tables et chaises étant de sortie au même titre que les parapluies donnant à ce marathon un air de Tour de France.

Une sensation bizarre de courir la nuit

Un parcours et un horaire original que les coureurs ont appréciés, même si certaines améliorations sont à prévoir pour l’an prochain. « C’est une sensation bizarre de courir de nuit, reconnaît Yann, auteur d’un joli 2h53mn54s, 32ème du marathon. On a moins de repères, par exemple on voit moins bien sa montre, mais je suis content de mon temps », sourit-il à l’arrivée. « Par endroits, notamment sur la fin, dans le Jardin public, on n’y voyait pas bien, il n’y avait pas d’aiguillage », regrette le régional de l’étape, Saïd Belharizi, deuxième du marathon en 2h33mn02s, derrière l’Anglais Jacek Cieluszecki, vainqueur en 2h32mn50s. « La dernière partie du parcours cassait les pattes, avec ses virages à répétition et ses faux plats montants, poursuit-il. Mais je suis content, c’était important pour moi d’être là, devant mon public. Tout au long du parcours, ils m’encourageaient, dans tous les quartiers, je me fais doubler sur la fin, c’est dommage », lâche-t-il.

Dommage en effet, au 40ème kilomètre, Saïd Belharizi, Mérignacais était toujours devant, mais lui qui aime les conditions climatiques difficiles, voit la pluie enfin cesser et sent le souffle du Polonais, naturalisé Anglais, dans son cou, pour un final surprise et une deuxième place sous les ovations du public massé le long de la ligne d’arrivée.

Mais pour voir les derniers franchir la ligne, il faudra être patient, les derniers marathoniens arriveront vers 2 heures du matin, éreintés mais heureux d’être arrivés. « Dans l’ensemble ça s’est pas mal passé, souffle Patrick, marathonien occasionnel. Bon j’ai mis plus de quatre heures, mais le parcours est sympa même s’il y avait beaucoup de faux plats, il fallait souvent relancer et la fin du parcours, quand on rentre dans la ville, c’est très tortueux et assez compliqué. Mais le passage dans les châteaux, c’était sympa ». « Il y avait beaucoup de public, s’enthousiasme Alain, autre marathonien. Le parcours n’était pas évident, on a couru dans la boue, sur la route, sur des pavés, la fin du parcours n’était pas facile. Les pavés, c’est dur ».

« Les pavés renforcent la difficulté, admet Benjamin Malaty, parrain de ce premier marathon. « Alterner différents types de surfaces ce n’est pas évident, mais c’est ce qui fait le charme du marathon. Le parcours était sélectif, mais sans grosses difficultés ». La difficulté, c’était plutôt l’attente toute la journée. «J’avais déjà couru de nuit, mais c’est vrai que ça change un peu les habitudes, souligne Julien. J’ai fait des petites siestes toute la journée, pour ne pas trop me fatiguer. » « L’attente est longue pour les coureurs, appuie Benjamin Malaty. L’idéal est de faire une journée calme, pas fatigante, rester bien au chaud. L’aspect physiologique finalement ne joue pas plus de rôle que l’aspect fraîcheur, d’où l’importance de faire une petite sieste et de rester au calme. »

Le calme avant la tempête et la fête, avec des marathoniens déguisés, clin d’œil au célèbre marathon du Médoc, des animations musicales tous les deux kilomètres et des encouragements jusque tard dans la nuit bordelaise.

Agnès Caullier

Lire aussiMarathon de Bordeaux 2015 : retour sur les couacs de l’organisation

Les résultats

  • Marathon

Hommes

  1. Jacek Cieluszecki (Angleterre) 2h32mn50s
  2. Saïd Belharizi (France) 2h33mn02s
  3. Simon Bousquet (France) 2h34mn50s
  4. Bastien Cligny (France) 2h37mn12s
  5. Mathieu Davion (France) 2h39mn07s
  6. Guillaume Vimeney (France) 2h39mn44s
  7. Anis Chefirat (France) 2h42mn13s
  8. Sébastien Oury (France) 2h42mn19s
  9. Fabrice Delias (France) 2h44mn56s
  10. Etienne Gaylord (France) 2h45mn45s

Femmes

  1. Gwenn Droisier (France) 3h06mn14s
  2. Cécile Hebert (France) 3h16mn48s
  3. Aurélie Danglade (France) 3h17mn38s
  4. Claire Thibult (France) 3h19mn16s
  5. Marie Labory (France) 3h20mn09s
  6. Audrey Sogny (France)3h20mn10s
  7. Ludivine Delrieu (France) 3h23mn28s
  8. Camille Jounot (France) 3h25mn21s
  9. Amandine Dumas (France) 3h27mn36s
  10. Laure-Astrid Laplaud (France) 3h27mn38s

5608 coureurs classés
Tous les résultats du marathon de Bordeaux 2015
Tous les résultats du marathon de Bordeaux en duo 2015
Tous les résultats du marathon de Bordeaux en quatro 2015

  • Semi-marathon

Hommes

  1. Mohanmed Bouquartacha, 1h16mn18s
  2. Sébastien Godet, 1h16mn35s
  3. Nico Brunnier, 1h16mn43s
  4. Wilfried Casenave, 1h18mn05s
  5. Stéphane Tillard, 1h18mn05s
  6. Cyrille Brochard, 1h18mn11s
  7. Philippe Bordes, 1h18mn31s
  8. Julien Poirier, 1h19mn49s
  9. Philippe Lambin, 1h19mn52s
  10. David Goubert, 1h20mn04s

Femmes   

  1. Sandrine Duperray, 1h26mn51s
  2. Vanessa Chavier, 1h26mn54s
  3. Sophie Chepy, 1h27mn41s
  4. Rachel Machefert, 1h28mn09s
  5. Valerie Garre, 1h29mn00s
  6. Sonia Mazuelas, 1h29mn53s
  7. Hélène Cochelin, 1h31mn28s
  8. Antonia Giraud, 1h32mn12s
  9. Véronique Bideau-Million, 1h32mn18s
  10. Bénédicte Pallancher, 1h32mn23s

7232 coureurs classés

Les résultats du semi-marathon de Bordeaux 2015

 

Quelques statistiques

16 736, toutes épreuves

  • 5 608 sur marathon
  • 7 232 sur semi-marathon
  • 3 208 en relais (802 équipes)
  • 688 en duo (344 équipes)

La galerie photo

33 réaction à cet article

  1. bonjour
    je ne sait pas trop comment s’est déroulée la course derrière mais pour said belharizi ce fut très compliqué de suivre la voiture pilote qui ne connaissait pas le parcours et qui à fait perdre à 2 reprises l’avance qu il avait sur ses concurrents. c’est inadmissible !!!!! malheureusement c’est ce qu il lui coute la 2eme place car le polonais était très costaud et à su profiter de l’erreur de parcours au jardin public pour reprendre du terrain et s’imposer sur la dernière ligne droite avant l’arrivée.
    Mr juppé s’en est d’ailleurs excusé à l arrivée .

    Répondre
  2. Une course ratée et malheureusement, la pluie était au RDV en plus. Un chrono pas du tout correct chez topcrono. Je ne pense pas revenir l’année prochaine.

    Répondre
  3. Une course qui fleure bon l’amateurisme sauf dans le prix de son engagement !
    Quand on dit populaire, il faut que cela le soit sur toute la ligne et pas uniquement dans le traitement des coureurs et la prime au vainqueurs !!!
    C’est un peu facile de dire ne pas vouloir attirer les « pointures » mais ente les 50 000€ du vainqueur à Paris et les 500€ de ceux de Bordeaux, il y a de la marge, non ?
    Par chance, le 3ème pourra remboursé son engagement et avec les 25€ restant, pourra se faire un petit Resto (hors boisson).
    Éperons que pour l’an prochain, de gros progrès seront faits.
    Un coureur anonyme.

    Répondre
  4. Vous êtes durs , la pluie les organisateurs n’y peuvent pas grand chose !! merci aux bénévoles et aux Bordelais pour leur présence tout au long du parcours et leurs encouragements , pour le reste il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas de conneries !!

    Répondre
    • Bénévole ne veut pas dire incompétent …. Mon fils qui était bénévole et dans la course , a pu constater cette organisation médiocre . J’ai participé à des centaines de course sur route (Une trentaine de Marathon …. Paris(3) , NY, Venise , Médoc (10) , Reims …. ) , j’ai trouvé l’ambiance excellente mais gâché par une organisation pompe à fric …

      Répondre
      • Toujours râler ! Ne pas mettre en avant les aspects positifs d’une première édition! Notre pays a besoin d’enthousiasme. Et un sportif de très très haut niveau doit en premier lieu transmette cet enthousiasme!

        Répondre
  5. tout à fait d’accord avec Hubert :
    les organisateurs n’y peuvent rien; nous avons eu une météo difficile, il faut l’accepter. Pour ceux qui veulent gagner 50 000€, qu’ils aillent à Paris.
    Félicitations à tous les bénévoles qui étaient nombreux sur le parcours à nous encourager.
    A l’année prochaine mais sans la pluie j’espère :)

    Répondre
    • Ça n’a rien à voir avec les primes ! L’organisation a été médiocre et tout le monde a pu le constater ….. « Ravitaillement , Relais (nous avons renseigné une coureuse qui avait raté son relais ) ,Passage dans le noir total , Peu d’indication pour les passages de relais, Arrivée indigne d’une compétition de Bordeaux … Il n’y a que les novices de la course à pied qui ont trouvé cette course géniale … J’ai été très heureux de participer à ce marathon mais ça ne m’empêche pas de rester objectif !

      Répondre
  6. Malgré la pluie superbe événement avec tous ces spectateurs et leurs encouragements et aussi tous ces bénévoles . Mais déception des résultats qui ne correspondent pas à mon chrono( preuve a l appui ) : je termine le semîmarathon en 2h 11 et 51s alors que je apparais sur le site en 2h 18 et 51 s temps correspondant au départ de la course et non à mon passage sur la ligne . Voilà merci de tenir compte de ce problème car il va y avoir pas mal de mécontents.

    Répondre
    • tout à fait d’accord. Mon GPS me donne une distance parcourue de 22 km pour le semi!! l et le temps « réél » (sic) quatre minutes au dessus de mon chrono.
      pour le reste effectivement un grand bravo aux bénévoles qui n’y sont pour rien.

      Répondre
  7. 75 euros pour un tee shirt une medaille et un sac à dos bas de gamme et sans chrono temps reel comment ce marathon peut-il devenir un événement international
    Un marathon n’est pas qu’un tiroir caisse mais merci aux volontaires bénévoles

    Répondre
  8. Frustré de n’avoir pas pu prendre le départ pour cause de blessure, déçu de ne pas avoir eu la possibilité de prendre une assurance annulation à l’inscription et de n’avoir même pas la possibilité de faire profiter de son dossard à une autre personne via le comité d’organisation !!!
    A méditer pour l’année prochaine ….

    Répondre
  9. Le problème c’est qu’en France vous voudriez le soleil sans le vent, courir sans transpirer…
    Et vous êtes tous des champions du monde!

    Répondre
    • Nul comme commentaire ….. Personne ne s’est plaint du temps ! Tu es un pauvre crétin !

      Répondre
  10. Merci a vous tous pour cette organisation. aucune course ne se ressemble mais toutes les personnes nous encourageant. que ce soit bénévoles ou supporters furent irréprochables.
    Il faut penser a différencier avec les t shirts les différentes courses ça nous remettra les idées en place.

    Répondre
  11. Dommage que lon ne puisse pas voir les tps détaillé des relais car se serait bien. Et dommage que les marathoniens nest pas eu assez de nourriture a l’arrivée. Pour 75 euro le dossart, il devrait voir, le ravitaillement du marathon du médoc a pauillac, plus petite ville, mais meilleur ravitaillement a l’arrivée. Sinon j’ai adoré.

    Répondre
  12. Bonjour,
    J’ai effectué le Marathon de Bordeaux (le premier je tiens à préciser), samedi soir. Certe il y a eu quelque erreurs, qui seront corrigées, j’en suis sur l’année prochaine, mais pour une première édition avec autant de coureurs, je félicite l’organisation et tout les bénévoles présents sous la pluie. Je suis Bordelais et fier de l’être.
    J’encourage vivement cette manifestation à être reconduite l’an prochain avec quelque changements afin d’éméliorer ce PREMIER MARATHON NOCTURE DE FRANCE (record de participation, je tiens à le préciser).
    Je serai certaintement présent présent l’an prochain.
    Sportivement.

    Répondre
  13. Bonjour,
    Ce n’était pas ma première longue course mais mon premier marathon. Je remercie grandement les Bordelais pour l’animation faite tout au long du parcours. Les encouragements, les musiciens,… nous redonnent du tonus pour continuer et terminer ce marathon. Je remercie également les bénévoles pour avoir « supporté » les coureurs. Dans l’ensemble soirée très sympathique mais reste à améliorer les faiblesses comme :
    – les chronos : il serait intéressant de mettre des chronos à chaque point de relais
    – les bornes km ne sont pas tous visibles sur l’ensemble du parcours… Ce sont des points de repères pour les novices de la course à pied (ou les plus avisés)
    – les ravitaillements pendant et en fin de course à revoir. Quartier d’orange et bananes… ça va un moment mais une alternance sucrée/salée (TUC, pains d’épices, coca cola,, chips,…) peut être intéressant et surtout plus varié. Ou encore une soupe ou thé en arrivant sur la ligne d’arrivée nous permettra réchauffer nos corps affaiblis (il est minuit en plein mois d’Avril donc la fraîcheur tombe assez vite !).
    – 2 rangées de ravitaillement réparties sur chaque côté de la rue pour éviter des engorgements ou des « accidents ».
    – la suppression des voitures dans les rues étroites (ou prendre des voies plus larges) pour ne pas faire « bouchon » lors du rassemblement du marathon et du semi,…
    – le prix de 75€, près de 1€75 /km… J’espère que les bénéfices de cette année aideront à améliorer ces différents points.

    J’espère que cette course continuera pour les années à venir car autour de cet engouement gravite une gaieté qui pourrait faire envier certaines grandes villes… Cependant pour réussir une course, il faut avant toute chose, avoir des bénévoles et pour ceci, rien de tel que les « fidéliser » (ex: un grand repas festif quelques jours avant et après la course pour les remercier et leurs donner de revenir l’année suivante car sans eux, le marathon de Bordeaux sera un vieux souvenir !).

    A l’année prochaine pour vérifier les améliorations des organisateurs !

    Amis sportifs, Bonne journée

    Répondre
  14. Vu le nombre de participants, le bilan me semble plutôt très positif ! Très bonne ambiance malgré la pluie du départ, des bénévoles investis et des bordelais à toutes les portes et fenêtres !!! Un tres bon moment pour moi !
    Petits détails à améliorer en effet :
    – les indications kilométriques plus lisibles
    -les points relais mieux indiqués
    – des ravitaillements plus fournis (en effet, très léger à côté de la medocaine (…)
    – des signalements du mobilier urbain car dans les virages, dans la nuit, on ne voit pas tjs les petits poteaux bas par exemple…
    – des paniers-repas pour les bénévoles qui n’ont rien eu à manger…
    Vive le sport et à l’année prochaine j’espère !

    Répondre
    • Je suis tout-à-fait d’accord avec l’avis de Cathy. Je rajouterai même, concernant les points de relais, qu’au lieu de faire 6,9 km en partant du Château Pique Cailloux jusqu’à la la maison de quartier Tauzin où je devais remettre le bracelet à mon deuxième relayeur, j’en ai fait beaucoup plus. En effet, je me suis trouvée à la barrière St Genès, vu que nous étions tous mélangés, marathoniens, semi et relayeurs, j’ai suivi les coureurs. Pour ma part, rien ne m’indiquer de changer de direction vers la maison du quartier Tauzin.

      Répondre
  15. Bonjour,
    Quelle déception !
    De grandes améliorations sont à apporter à cette épreuve. Nous avons couru sur le marathon relais :
    – éclairage très insuffisant sur l’arrivée du 1er relais,
    – organisation quasi-absente sur le passage de relais, beaucoup de perte de temps,
    – absence de chrono aux relais,
    – absence de ravitaillement au relais 1,
    – obligation de « couper » la course pour rejoindre la navette,
    – largeur du parcours insuffisante à de nombreux endroits, on se marchait dessus,
    – absence d’organisation à Pey-Berland pour finir avec le dernier relais,
    – les capes de pluie ont été distribuées à la fin, pourquoi pas au début alors qu’il fallait attendre sous la pluie coincés dans les sas le début de la course ?
    – les temps réels toujours pas accessibles à 14h25 lundi,
    -…
    Bref, la marge de manoeuvre est large pour mieux faire.
    Peut être une réduction aux inscrits 2015 qui ont essuyé les plâtres pour les inscriptions 2016 ?

    Un grand merci aux bénévoles qui ont fait ce qu’ils ont pu dans des conditions matérielles limitées !

    Répondre
  16. bonjour,

    je faisais parti du sas G , départ prévu 21h30, mais reporté à 22h03
    arrivé 0h15 comment j ai pu faire 2h44.56
    A CE JOUR TOUJOURS PAS DE R2PONSE

    Répondre
  17. C’est mon second marathon, mon premier fut celui de La Rochelle en 2011.

    Pour celui de Bordeaux … J’ai vraiment eu l’impression d’un grand amateurisme dans l’organisation … le parcours n’était pas adapté au nombre de participants (nombreux goulets d’étranglement tout au long du parcours, passage sur des chemins boueux dans les vignes … ) … les ravitaillements étaient extrêment légers …pas d’éclairages suffisants sur une bonne partie du parcours… et le ponpon c’est l’arrivée … après 42 km195 .. tu fais la queue 15mn sous la pluie pour qu’on te colle une médaille dans une zone envahie par les familles des coureurs et autres curieux … pas d’accueil .. tu es livré à toi même.. pas de bouteille d’eau, ni serviette, ni couverture de survie, ou autre ravitaillement …dépité je suis directement rentré à la maison à pied sous la pluie…mais ou sont passé mes 75 euros ?

    Répondre
    • le pire je crois que cela concerne les résultats … le prestataire TOPCHRONO s’excuse et parle d’une cyber attaque … puis d’un dégât du aux intempéries … je pense surtout que ce dernier n’avait pas le serveur adapté aux nombres de participants (comme pour le reste)… et que l’affluence soudaine des visites du site à endommager le serveur … mais cela nécessiterai un approfondissement de la question …

      Répondre
  18. Marathonien correct (2h57) ayant couru plusieurs fois Paris , j’ai constaté une inexpérience totale dans l’organisation qui serait pardonnable si le tarif n’était pas si élevé :
    – une fois pour toute , les gobelets sont inadaptés à une hydratation rapide et correcte, sauf à s’arrêter…. à ce prix donnez des petites bouteilles qui permettent de propulser l’eau dans la gorge …
    – mettre les poubelles à 20m des points de ravitaillement … soit 5 secondes après l’avoir choppé … trop fort … next time 100 m ce sera mieux…
    – inscrit sur le marathon je pointe 92ème au 21.1, après avoir galéré dans la boue et les graviers chez Pape Clément, je n’ose imaginer ce que devait être le chemin au 2 000 ème ….
    – pourquoi n’avoir pas fait le dernier tiers sur un stade carré de 100m de côté, on aurait été au top niveau relance….franchement… qui a pondu le parcours? Virez le.
    – merci de nous avoir coller le semi sur le même parcours que la fin du marathon, ça motive… non je déconne, ça coince , ça se rabat, ça sent l’inexpérience, ça manque de fair play….
    – dernier point : un grand merci (et la je suis sincère) aux bénévoles et au public.

    Répondre
    • Salut Gaël,
      Moi c’était mon premier marathon et n’ai couru que peu de courses (un 10 et un semi). Simplement pour souligner mon accord avec ta vision de ce marathon.

      Un grand merci avant tout aux bénévoles et bordelais et tous ces petits nous encourageant, grâce à ma lenteur (4h19) j’ai eu pleinement le temps de savourer ces encouragements surtout sur la fin ;)
      Tu comprendras que je n’ai pas eu de problème de relance dans le dernier tier, je ne perdais vraiment pas de vitesse…
      Ce qui m’a un peu manqué c’est la visibilité des panneaux ou bien j’ai trop profité du public (j’ai vu le 1 puis 12 puis 16, 23 j’ai alors ralenti pour ne pas les louper :-p). Pas très grave pour autant.
      Je te rejoins pour les gobelets (faut pas sortir de St-Cyr..), les poubelles, et le mélange avec le semi vers la fin ou c’était tendu vue la différence de vitesse et certaines rues peu larges..
      J’ajouterais:
      l’emplacement des ravitaillements que l’on ne voit pas venir,
      leur contenu (j’ai découvert les raisins et bananes tardivement) et que de l’eau
      l’arrivée très décevante (l’endroit ou je me suis senti le plus seul des 42km pas de sorti, un grand chaos, juste un ravitaillement de course pas de petit plus.
      les erreurs de parcours qui ont perdu le 1er d’après ce que j’ai lu
      enfin la prime ridicule au vainqueur, j’ai un peu honte pour l’organisateur…

      bref, je garde le premier point comme essentiel pour moi, mon porte-feuille me grattant pour le reste. Un grand souvenir quoi qu’il en soit :)

      Répondre
  19. Je me réjouissais de faire ce marathon nocturne. La pluie et le vent au départ ont refroidi mes ardeurs et mon moral dès le début, mais le paysages magnifiques et le parcours assez technique avec les changements de terrain incessants m’ont vite fait oublier la pluie incessante pendant 1h15. Personnellement, j’ai commencé à vraiment souffrir au 30ème alors que j’étais pourtant bien préparé et que ce n’était pas mon 1er marathon. Je mets cela sur le compte des conditions climatiques … enfin, bon, il faut bien que je me trouve des excuses :) !

    Ce qui m’a VRAIMENT déplu : voir débarquer au 30ème km des petites jeunes filles certes très fashion, casque sur les oreilles, tenues de joggeuses du dimanche, bavardant, rigolant, courant à 8km, qui, lorsqu’on leur demandait de laisser le passage, râlaient sans imaginer ce que pouvaient endurer des coureurs avec 3h dans les jambes qui souffraient mentalement et physiquement. Mon sens de l’humour étant inversement proportionnel au nombre de km parcourus, je dois avouer que j’en aurais bien poussé quelques-unes sur les bas-côtés ! Mon état de fatigue ne le permettait (heureusement !) pas. Je trouve que le mélange des genres (marathon et 4*10km) n’est pas une bonne idée sur le plan sportif (même si je comprends parfaitement son intérêt financier !). Je ne referai pas une course organisée comme cela.
    Comme mes collègues de peine, je remercie, par contre, tous les bénévoles qui ont bravé les éléments pour nous permettre de vivre ce bel événement !

    Répondre
  20. J’ai oublié de rajouter quelque chose de déplaisant : à 1h du matin, après 42 bornes, j’ai du faire (comme tous mes camarades dans le même cas) 2km500 dans les rues de Bordeaux pour rejoindre la place de la Victoire pour trouver un tram pour rentrer chez moi. Des navettes, ça n’existe pas à Bordeaux ?

    Répondre
  21. Pour être objectif’, les 2 seuls choses positives à noter pour ce triste et coûteux marathon, sont les bėnėvoles et le public. Mr Juppé n’ aura pas tout perdu.
    Ma déconvenue a commencé à l’inscription, je n’ai jamais eu de mail de confirmation, jj’ai juste espérer que le jour du retrait des dossards il n’y aurait pas de soucis…..
    Ensuite je rejoins tous les témoignages , ravitaillement médiocres , j ai du boire un demi gobelet a chaque ravitaillement ,(pensez aux petites bouteilles d’eau l’année prochaine) la nourriture ( sincèrement pour le prix qu’on a paye l’organisation aurait du faire mieux) le parcours à bouchonne a plusieurs reprises, enfin je ne le referai pas pour ma part..,,,,
    J’ espère sincèrement que les erreurs passées serviront à redresser la barre pour le prochain..,,

    Répondre
  22. Bonsoir,
    Finisher pour la 3ème fois je suis déçu par l’amateurisme des organisateurs pour ce marathon qui aurait pu être une réelle réussite. Faire du business c’est une chose mais respecter les coureurs aux bouts de leur efforts en est une autre.
    3 mois de prépa pour être dans des embouteillages au 27 ème kilo, c’était pas mal étudié. Il restait 15 kilo à slalomer avec forcément une grosse pertes de réserves dans les 3 derniers kilo, pour au final se contenter d’une médaille 5mn après l’arrivée et 500m de plus pour 3 morceaux d’orange qui se battaient en duel. Bref merci malgré tout pour le courage des bénévoles.
    Pour l’an prochain séparer le semi du marathon sera obligatoire, des ravito dignes du nom, plus d’éclairage, une dotation plus garnie et pourquoi pas une vraie bouteille de bordeaux pourraient permettre de corriger toutes ces erreurs de débutant.
    Le marathon du médoc n’a encore rien à craindre de ce marathon de profits.

    Répondre
  23. Bonjour,
    J’étais sur le semi de bordeaux, malheureusement vers le 12 eme klms malaise vagal, j’ai du attendre 1 h 30 les secours en compagnie d’une bénévole dont le prénom est Marié que je tiens tout particulièrement à remercier, je rejoins tous les commentaires, il faudra de l’amélioration pour l’année prochaine, tout n’est pas négatif, merci au public très courageux.

    Répondre
  24. L’appellation Marathon international est tout simplement une hérésie! 75 euros pour une organisation aussi lamentable, c’est vraiment du vol. Ce n’était pas un rendez vous sportif, mais un moyen de se faire de l’argent sur le dos des passionnés de course à pied. Quand je pense à l’investissement et l’engagement que cela nécessite, j’enrage encore d’avoir couru ce marathon!!! Boston, Paris, New York, etc… Sont des Marathons internationaux. Aucun coureur de renom ne viendra courir à Bordeaux, à moins de se voir offrir une somme conséquente. Les bénévoles et le public ont été à la hauteur et je les remercie. Eux sont venus par passion et non pas pour l’argent! Le seul sport qui échappait à l’argent est en train de devenir un sport business et c’est bien dommage!

    Répondre
  25. Une galère pas possible ce marathon ! Impossible de ce déplacer dans la ville sans tomber sur le troupeau de buffles ! C’est sympa d’organiser des marathons mais merci de trouver un circuit qui emmerdera pas les gens ! On est un grand nombre à s’être retrouvé coincé et à pas pouvoir rentrer chez soi !

    Répondre

Réagissez