Les résultats du 65 km des Gendarmes et des voleurs de temps, le 27 mai 2012

Fabien Antolinos, maître stratège

Il y a quelques semaines, lors du Nivolet Revard, il avait déjà marqué les esprits en effectuant une remontée incroyable alors qu’il était à plus de 4 mn du la tête de course à 10 km de l’arrivée. Il récidive sur les Gendarmes et les voleurs de temps 2012 en remportant au haut la main la deuxième édition du 65 km.

Les gendarmes et les voleurs de temps 2012

A 8 heures du matin en ce dimanche 27 mai 2012, tout le monde est soulagé. Il n’a pas plu la veille, et pas une goutte de pluie n’est annoncée pour cette belle journée de trail. Le peloton du 65 km se réveille doucement, sereinement, tranquillement, on check le sac à dos, on remplit les poches à eau, fixe les gels, remet le chrono à zéro. Dans le peloton un homme. On le nommera FX, il a 38 ans. C’est un gendarme, normal me direz-vous, mais un gendarme pas tout à fait comme les autres puisqu’il est ni plus ni moins membre du GIGN. Il est arrivé de Versailles, le samedi après-midi et s’est glissé dans la foule anonyme. Footballeur, il a toujours aimé les séances de course à l’entraînement mais lorsqu’il décide de passer les tests pour rentrer au GIGN, il stoppe sa pratique pour ne pas risquer la blessure qui compromettrait ses chances. Il opte pour la course à pied, participe à un 10 km, un semi-marathon et au marathon du Médoc « Sur un coup de tête avec des amis, on a mis 5h40, c’est ma seule expérience sur marathon ». Il tente ensuite sa chance sur l’Eco-Trail et met 4h45 sur le 50 km avant de tester le 65 km des Gendarmes et des voleurs de temps l’an passé, 6h40.

En cette année 2012, il espère bien 6h30 mais il ne sait pas encore que le parcours a été modifié et durci ! Parmi les hommes de tête l’information est passée. Certains ont reconnu le parcours, des coups de téléphone aux traceurs ont été passés. Il faut partir prudemment afin de garder un peu de ressources pour la fin de parcours. Un petit groupe se forme au fil des montées et descentes surprises. Un tracé roulant où il est presque possible de courir tout le temps « Je n’ai marché que deux fois, sur deux difficultés, c’est ce qui rend cette épreuve si difficile car il faut toujours donner, » commente Fabien Antolinos. Au 30e km, rien n’est encore écrit. Thierry Breuil, Fabien Chartoire, Nicolas Martin, Sylvain Court et Fabien Antolinos sont encore dans un mouchoir même si les deux premiers cités possèdent 2mn30 d’avance. Deux kilomètres plus loin, Fabien Chartoire victime de son genou, doit stopper son effort. Thierry Breuil seul en tête est bien, voire aérien « je pensais alors que j’allais gagner mais au 40e j’ai vécu l’enfer. Jusque là, je me voyais vraiment gagner». Impossible pour le vainqueur 2011 d’expliquer ce qui s’est passé si ce n’est des douleurs aux ventres. Fabien Antolinos, quant à lui, est là en embuscade. « Je suis parti avec tout le monde mais je n’ai pas suivi les accélérations. J’avais fait une reconnaissance le week-end dernier et je savais que la fin de parcours demandait des ressources. J’ai surveillé mon hydratation et mon alimentation et je reviens progressivement et passe Thierry Breuil. C’est un grand champion avec un incroyable palmarès. Je suis venu en espérant etre deuxième derrière lui et je m’impose, je suis incroyablement heureux ».

Sylvain Court resté longtemps avec Fabien Antolinos, se classe deuxième. « Je pensais rentrer dans les 5 même si je savais que le podium était accessible. Après ma troisième place au Nivolet Revard, j’avais quelques espoirs mais je voulais faire une course prudente car je ne savais pas si j’avais suffisamment récupéré. La course de Fabien est fabuleuse, pleine de maturité. »

Nathalie Mauclair 7e au général

Derrière les écarts se creusent, Nathalie Mauclair crée aussi la sensation. Elle se classe 7eme au général et première féminine après une course en solitaire. « C’est une super course, j’ai pris du plaisir tout le long. Le public est incroyable. Je n’étais pas menacée de ce fait, j’ai décidé de travailler sur mes points faibles : la descente. Je me suis mise dans la pente en cherchant la bonne position, les bons appuis. Et je m’économisais en montée et sur le plat. »

Derrière les écarts se creusent. Les différences se comptent en longues très longues minutes. L’homme du GIGN est dans la pente. «Le trail permet de découvrir des paysages, d’avoir de nouvelles sensations, d’oublier la notion de temps au kilomètre même si on tente toujours de battre le record établi sur telle ou telle course mais comme on ne peut pas comparer une épreuve avec une autre on est bien plus libre. Mais cela n’occulte pas l’effort et la recherche de ses limites. » Des limites qu’il éprouve au quotidien avec deux heures de sport par jour avec du cardio « et donc de la course à pied pour moi » et de la musculation. Une discipline nécessaire pour porter le matériel d’intervention et être en permanence opérationnel. Des bras qu’il n’a pu utiliser car FX n’avait pas pris l’option bâtons pourtant autorisés. « Je le regrette. Je me suis même taillé deux morceaux de bois car dans certaines pentes c’était plus que nécessaire. Je reviendrai en pensant à les prendre car ça aide. J’ai pu le constater avec certains concurrents qui étaient avec moi ».

FX a pu aussi constater que le parcours avait été nettement durci. « La côte du 62e elle n’existait pas l’an passé… Elle fait mal ! » Il terminera en plus de 7 heures, à plus d’une demi -heure du chrono espéré mais avec la satisfaction d’avoir terminé et bouclé son parcours dans les 50 premiers. Une belle performance. Derrière les visages étaient de plus en plus marqués mais les concurrents passant avaient tous le sourire aux lèvres, heureux d’en terminer. Une course qui aura encore satisfait tous et toutes à l’image de Fabien Antolinos « C’est vraiment une superbe organisation et un magnifique parcours, très exigeant mais magnifique. Je voudrais remercier tout le public dans les villages, à l’arrivée, partout c’était incroyable. »

Les résultats

Hommes

1. ANTOLINOS Fabien, 5h08mn47s
2. COURT Sylvain, 5h18mn12s
3. MARTIN Nicolas, 5h21mn55s
4. SAINT GIRONS Thomas, 5h28mn46s
5. BREUIL Thierry, 5h31mn08s
6. DE PAEPE Romuald, 5h46mn28s
7. 1ere femme MAUCLAIR Nathalie, 5h49mn31s
8. CHANSAC Gilles, 5h52mn21s
9. MICHEL Laurent, 5h54mn08s
10. DUFOSSE Emmanuel , 5h58mn43s
11. 11 3287 DIDE Michael, 5h59mn16s

Femmes
1ere femme (7e au scratch)
MAUCLAIR Nathalie, 5h49mn31s
2. MOYNE Elisabeth, 7h19mn17s
3. JUSZCZAK Carole, 7h26mn14s

Les résultats complets
Le classement du 65 km des Gendarmes et voleurs de temps
Le classement du 32 km des Gendarmes et voleurs de temps
Le classement du 10 km des Gendarmes et voleurs de temps
Le classement du 5 km des Gendarmes et voleurs de temps

A voir aussi

le site du comité du tourisme du Limousin

7 réaction à cet article

  1. bonjour,
    en consultant votre classement de la course ds GENDARMES ET DES VOLEURS DE TEMPS, 65 kms, je constate que je n’y figure pas. Je suis arrivé en 10h59’25 » en compagnie de VERGNE et HUMBERT juste avant Colette BOUTET.Malgré cette  » petite performance » il me serait agréable de figurer dans votre listing. Il est vrai , en ce qui me concerne,que votre puce électronique ne fonctionnait pas trés bien aux différents contrôles.
    Merci par avance .
    jm RATINAUD

    Répondre
  2. bravo sylvain pour t, on 1er limousin ( 65 kms )que tu ne connaissais pas!!!! super 2em place!! bien méritee avec toutes les péripeties de la semaine!!!! bravo encore , apres nivolet!!!( 3em) tu nous surprendras toujours!!!! que du bonheur!!!!! bravo aussi a tous ces coureurs h!& f!! qui ont tenus jusqu,a l, arrivee!!!! sachant tous les sacrifices!! afin de realiser ces temps forts de joies, etde dépassement de soit!!!! gendarmes & voleurs ( 2012)

    Répondre
  3. Bonjour,
    J’ai été très heureux d’apprendre mon classement au 65km (119éme et 3éme VH3) mais un peu déçu de ne pas avoir répondu présent à l’appel de mon nom pour le podium. La raison est que j’ai quitté Le Muret environ une heure après mon arrivée et à ce moment là je ne connaissais pas encore mon classement. Je suis passé dans la salle de retrait des dossards avant de partir et les résultats n’étaient pas encore affichés. Dommage!
    Merci pour cette tès belle course (parcours, organisation), j’avais déjà participé 6 fois au 32km, mais cette fois-ci c’était autre chose.
    Salutations.
    Jean-Pierre

    encore

    Répondre

Réagissez