Les résultats du 30 et du 50 km de l’Eco-trail de Paris (75), le 21 mars 2015 

Alors qu'un ciel blanc recouvrait Paris, plus de 4000 coureurs se sont élancés sur 30 ou 50 km avec de rejoindre le Quai Branly aux pieds de la Tour Eiffel.

30 et 50 km eco trail de Paris 2015
Romuald DE PAEPE, vainqueur du 50 km

La Tour Eiffel les attendait.

Pour les 6 000 inscrits de cette nouvelle édition de l’Eco-trail de Paris, c’est l’heure, en ce samedi 21 mars 2015, d’une aventure dans les forêts des alentours de la capitale. Quatre épreuves au choix avec un 30 km, un 50 km et un 80 km sans oublier la chronométrée, une marche nordique de 30 km.

Les participants du 30 km sont les premiers à s’élancer à 10 h. En bas de la rue du château de Meudon (bien connue des participants de la grande classique Paris-Versailles), le départ offre immédiatement une belle rue pavée montante. Un premier aperçu de ce qui les attend. Direction l’observatoire avant de découvrir la forêt de Meudon en direction de Chaville. Pour la marche nordique, départ du même endroit 30 minutes plus tard alors que le 50 km prend son envol à 10 h 45 depuis les Jardins du Château de Versailles. Il faut alors rejoindre la forêt de Meudon en passant par Buc et Viroflay avant, comme pour le 30 km, de passer par le parc de Saint-Cloud puis les quais pour, enfin, saluer la Tour Eiffel sur le quai Branly.

Le ciel est bas, il faut donc oublier les magnifiques vues sur Paris et se concentrer sur sa course. Les conditions sont bonnes malgré le pic de pollution sur Paris. Il fait certes un peu frais, mais rien qui puisse empêcher les bonnes performances.

Alors qu’il reste 10 km depuis le parc de Saint Cloud, quelques difficultés supplémentaires à négocier pour les concurrents. Le tracé est plat mais les quais sont en chantier et il faut faire preuve de vigilance. La circulation n’est pas fermée et certains, même parmi les premiers, doivent stopper leur effort et attendre que le feu piétion passent au vert pour poursuivre leur chemin. Attention, car en ces instants, les jambes sont lourdes et les esprits pas toujours lucides…

Des aléas qui n’ont pas gêné Moritz Auf Dert Heide. Habitant Annecy, ce spécialiste du 100 km est venu « faire des kilomètres » en vue des championnats d’Allemagne où il s’alignera dans trois semaines. « Je travaille pour l’ultra trail world tour et j’avais beaucoup d’amis sur toutes des distances, je me suis donc dit que ce serait sympa de venir voir runnings aux pieds ». La victoire ne fut cependant pas une partie de plaisir puisqu’acquise au sprint. Avec un chrono de 1h57mn26s, il devance Régis Durand(1h57mn27s) et Nicolas Duhail (1h58mn36s). « Durant ma saison, j’aime alterner les épreuves sur route et les trails, ce parcours était donc parfait pour moi, » conclut le vainqueur.

Un parcours qui a permis à deux néophytes du trail de bien s’exprimer avec Aurélien Rouxel et Raphael Hoguet qui se classent 4e et 5e. « Je prépare le marathon de Paris où j’ai fait 2 h 39 l’an passé lors de ma première tentative sur la distance et je sors d’une grosse semaine alors je suis très heureux de ce chrono et de cette place. Ce fut une super sortie longue. Sur le parcours, dans les derniers kilomètres alors que je trouvais le temps long, je pensais à ma copine qui était aussi en course et a remporté le semi-marathon de Rambouillet la semaine dernière en 1 h 21 et je me suis dit qu’elle allait souffrir. Le parcours est vraiment casse-pattes, » commente Aurélien alors que Raphael ajoute : « J’ai vraiment souffert sur la fin. Je ne savais plus où j’allais ».

30 et 50 km eco trail de Paris 2015
Marie-Amelie JUIN (2e); Malika COUTANT (1ere) et Laure BOUCENA BADON (3e)

Pour Malika Coutant pas de soucis. Elle l’emporte en 2h08mn35s devant Marie-Amelie Juin (2h12mn38s). « J’ai eu la chance d’avoir sans cesse des chevaliers servants. A chaque fois que je revenais sur un groupe, j’étais encouragée et accompagnée. Je suis partie à mon rythme et j’ai remonté les filles petit à petit. C’est ma première venue sur l’Eco-trail et j’ai vraiment aimé surtout la première partie de la course en forêt. Vraiment magnifique, surtout pour moi qui suis plus une habituée de la route », expliquait la première féminine. Mêmes remarques pour Laure Boucena Badon, l’amie d’Aurélien Rouxel qui, si elle a « senti son semi-marathon dans les derniers kilomètres », arrive avec le sourire. « C’est super vallonné en fait ! Depuis le 25e ça pique. J’aime ce type de parcours moi qui m’exprime sur route mais là, je me dis que je vais mixer un peu et que dans quelques années, je passerai certainement sur trail. »

Romuald De Paepe tranquille

Les minutes défilent tout comme les concurrents du 30 km qui arrivent alors en groupe. Un bouchon se forme juste après la ligne d’arrivée. Et alors que l’estrade ne désemplit pas, le vainqueur du 50 km est annoncé. Un peu de panique parmi les bénévoles alors que Romuald De Paepe fend la foule et fonce vers la ligne d’arrivée après 3h24mn05s d’effort. Il s’impose aisément avec une énorme fraîcheur. « Je suis déjà venu sur le 80 km mais cette année, j’ai fait la saison de cross, je n’avais pas la distance dans les jambes. J’ai donc opté pour le 50 km. Je me sentais vraiment bien et je me suis vite aperçu que dans les côtes, je faisais la différence. Alors entre le 18 et le 19e km, j’ai pris mes responsabilités et je suis parti. Je n’ai jamais relâché sachant que j’avais l’avantage de parfaitement connaitre le parcours. La différence entre les deux tracés ? Sur le 80 km, à Chaville on ne sait plus comment on s’appelle. Sur le 50 km, on est frais et on peut apprécier la dernière partie. J’ai même eu la chance de voir la Tour Eiffel de loin lors d’une éclaircie ! » Samir Baala termine deuxième en 3h28mn17s suivi de l’Allemand Martin Schedler (3h29mn12s) vainqueur l’an passé.

Les coureurs du 30 km continuent d’arriver, les deux pelotons se mêlent. « Ce n’est pas toujours facile, » commente Romuald De Paepe. « Surtout avec la marche nordique, car j’avoue on a un peu peur avec les bâtons. J’apprécie cette pratique et je trouve beau que toutes les distances, toutes les disciplines et tous les niveaux soient ensemble dans un même effort, mais je n’étais pas toujours très rassuré. »

Sur l’estrade d’arrivée en forme d’escalier, des grimaces, des sourires, des cris, des marches montées à genoux, mais toujours la satisfaction d’avoir réussi son challenge comme Sandrine Malot. A 45 ans, elle courait son premier trail alors qu’elle vivra une autre première dans trois semaines sur le marathon de Paris. « Une sortie longue de 4h00mn16s en forme de test qui fut top. Mais que ce fut dur, j’ai l’impression que les 2/3 du parcours étaient en côtes ! Et ces forêts ! J’habite Paris et pourtant je ne savais pas qu’il y avait de tels décors à quelques kilomètres à peine. Je reviendrai, ce fut dur, pénible parfois, mais je reviendrai. »

Laurence Klein en pleine forme

30 et 50 km eco trail de Paris 2015
Laurence Klein vainqueure du 50 km

Dur oui, mais pas tant que ça pour Laurence Klein, en pleine préparation pour le marathon des Sables qui prendra son envol le 5 avril 2015. Quelques minutes après l’arrivée de Sandrine c’est à son tour de franchir la ligne d’arrivée après 50 km d’effort parcourus en 4h01mn29s. Si sur les derniers kilomètres, elle a lutté seule face au vent, elle a surtout maîtrisé sa course et remporté l’épreuve sans puiser dans son capital. « J’ai remporté deux fois le 80 km (2013 et 2010) mais en 2013 lors du marathon des Sables je l’ai payé cher (abandon), je ne voulais pas prendre de risque d’autant que Patrick Bauer nous a préparé un 30e marathon des Sables qui s’annonce exceptionnel. Le 50 km c’était très bien, le moyen de faire des kilomètres sur un parcours qui me convient parfaitement. Il est très roulant mixant sentiers, montées, descentes et route. Je me suis une nouvelle fois régalée. »

Après ces quelques mots, ce furent alors quelques moments de flottement lorsque les concurrentes qui arrivaient petit à petit se sont aperçues que certaines des postulantes à la victoire étaient parties dans la deuxième vague. Même Laurence Klein commença à regarder sa montre sachant qu’il y avait eu 10mn entre les deux vagues. Des minutes longues avec des changements dans les dix premiers hommes et femmes à l’image de Sylvain Milan arrivé dixième qui se classe quatrième au final. Un système à revoir absolument, car de fait les coureurs ne connaissaient pas leur véritable classement au fil des kilomètres. On n’est ainsi pas passé loin d’un premier homme ou d’une première femme déclassé dix minutes après son arrivée.

Une inquiétude qui ne toucha pas Jean-Philippe Patault, heureux avec son chrono de 5h01mn55s soit presque trente minutes de mieux que l’an passé. « Je suis un ancien marathonien (3 h 28 ndlr) qui s’est reconverti au trail, il y a deux ans. Il a fallu que je change mon entraînement en ajoutant la PPG et surtout tout le travail de gainage que je ne faisais pas. Au vu de mon chrono, ça paye ! Surtout pour aborder toutes ses côtes et difficultés dans ces forêts. Pour moi, c’est la première partie qui est la plus difficile, j’ai donc forcé sur les 10 premiers kilomètres qui sont plats sachant que j’allais être dans le dur après. C’est vraiment un combat contre soi-même ! »

Une conclusion valable pour tous. En cette fin d’après-midi, les quais de Paris sont envahis de coureurs et marcheurs au milieu des touristes interloqués qui regardent passer ces hommes et ces femmes qui rallient, tant bien que mal, leur ligne d’arrivée aux pieds de la Tour Eiffel. Dans quelques heures, ils seront encore nombreux équipés de lampes frontales mais eux, devront monter au premier étage de la Dame de fer. Un privilège accordé aux coureurs du 80 km.

Les résultats

  • 30 km    

Femmes

  1. Malika COUTANT (France), 2h08mn35s
  2. Marie-Amelie JUIN (France), 2h12mn38s
  3. Laure BOUCENA BADON (France), 2h15mn41s
  4. Frédérique MARTIN (France), 2h18mn44s
  5. Marion DELAGE (France), 2h20mn50s
  6. Lucile CHAILLOUX (France), 2h22mn57s
  7. Emmanuelle BLANCK (France), 2h23mn21s
  8. Audrey GENTILHOMME (France), 2h24mn13s
  9. Alvine GENTILHOMME (France), 2h24mn16s
  10. Yasmina SOUFI (France), 2h24mn20s

Hommes

  1. Moritz AUF DER HEIDE (Allemagne), 1h57mn26s
  2. Régis DURAND (France), 1h57mn27s
  3. Nicolas DUHAIL (France), 1h58mn36s
  4. Aurélien ROUXEL (France), 2h01mn18s
  5. Raphaël HOGUET (France), 2h02mn53s
  6. Julien GUEDON (France), 2h04mn32s
  7. Laurent LAMBERT (France), 2h04mn33s
  8. Nicolas DUPIN (France), 2h05mn28s
  9. Olivier ANGE (France), 2h05mn36s
  10. Jean-Felix CHEVASSU (France), 2h06mn08s

Les statistiques
Nombre de partants : 2825  dont femmes : 637 (22,55% des partants)
Nombre d’arrivants : 2777 (98,30% des partants)  dont femmes : 623 (22,43% des arrivants) (97,80% des partantes)
Nombre total d’abandons : 39 (1,38% des partants)

  • 50 km     

Femmes     

  1. Laurence KLEIN (France), 4h01mn29s
  2. Marie PRIOUX (France), 4h08mn06s
  3. Marie Noelle BOURGEOIS (France), 4h10mn51s
  4. Carole JUSZCZAK (France), 4h14mn34s
  5. Francesca CANEPA (Italie), 4h15mn56s
  6. Maricruz ARAGON FALCES (Espagne), 4h37mn23s
  7. Virginie THEVENOT (France), 4h39mn30s
  8. Coraline ROUL (France), 4h42mn00s
  9. France Line LE THIEC (France), 4h43mn39s
  10. Florence CASTAGNET (France), 4h51mn00s

Hommes

  1. Romuald DE PAEPE (France), 3h24mn05s
  2. Samir BAALA (France), 3h28mn17s
  3. Martin SCHEDLER (Allemagne), 3h29mn12s
  4. Sylvain MILAN (France), 3h31mn50s
  5. Luca CARRARA (Italie), 3h33mn40s
  6. Benoit GANDELOT (France), 3h33mn58s
  7. Christophe LOZAC H (France), 3h39mn40s
  8. Adrien DOS SANTOS (France), 3h40mn43s
  9. Xavier BIGNON (France), 3h41mn09s
  10. François LE BRIS (France), 3h41mn26s

Les statistiques
Nombre de partants : 1610 dont femmes : 227 (14,10% des partants)
Nombre d’arrivants : 1546 (96,02% des partants) dont femmes : 217 (14,04% des arrivants) (95,59% des partantes)
Nombre total d’abandons : 57 (3,54% des partants)

  • Marche nordique – La chronométrée – 30 km

Femmes

  1. Sandrine FEVRIER (France), 4h15mn28s
  2. Laurence DAMAN BERTHET (France), 4h26mn36s
  3. Annne-Sophie ROUX-LUMBROSO (France), 4h34mn25s
  4. Michele LEMASSON (France), 4h35mn32s
  5. Martine BRISSARD (France), 4h36mn00s
  6. Odile MICHAUX (France), 4h37mn39s
  7. Corinne DUCAMP (France), 4h40mn39s
  8. Odile SAUVOUREL (France), 4h40mn46s
  9. Sylvie BUREL (France), 4h40mn47s
  10. Florence HUET (France), 4h41mn50s

Hommes

  1. Christian PERRIER (France), 3h52mn45s
  2. Bernard SAINTEMARIE (France), 3h55mn58s
  3. frederic NEGARET (France), 4h15mn04s
  4. Philippe TATOUD (France), 4h22mn48s
  5. Matthieu HISLEUR (France), 4h23mn36s
  6. Romain GIRARDIN (France), 4h33mn35s
  7. Arnaud TSAMERE (France), 4h33mn40s
  8. Jean-Pierre LUTZ (France), 4h34mn03s
  9. Guillaume BREARD (France), 4h34mn21s
  10. Sebastien CHAUVEAU (France), 4h34mn46s

Les statistiques
Nombre de partants : 220 dont femmes : 97 (44,09% des partants)
Nombre d’arrivants : 212 (96,36% des partants) dont femmes : 94 (44,34% des arrivants) (96,91% des partantes)
Nombre total d’abandons : 1 (0,45% des partants)

Les résultats complets de la marche nordique, du 30 et du 50 km de l’Eco-trail de Paris 2015

Dernière minute : De nombreux concurrents de la dernière vague du 30 km trail et de la marche nordique se sont perdus et ont parcouru plus de kilomètres. « Ceci est du au fait que le fléchage du 30km et du 50km ont été arrachés au niveau de l’intersection ce qui a provoqué la confusion sur le parcours, » explique l’organisation qui présente ses excuses mais ne pouvait malheureusement pas prévoir un tel acte.

La galerie photos

15 réaction à cet article

  1. Avez – vous entendu parlé du groupe de tête des 80 personnes (dont peloton de tête des 3 filles et environ 14 garçons) qui ont été mal orientées ( sciemment ou pas ?), et qui ont fait plus de 43km en marche nordique ?
    On en parlait beaucoup à la Tour Eiffel !
    Que valent donc ces résultats ? Cela mérite d’être elucidé, non ?
    Que les 80 se manifestent !
    Supporter qui a attendu en s’inquiétant au bout des 4 h prévues comme score.
    Félicitations à ces marathoniens de la marche qu’on aurait dû voir sur le podium !

    Répondre
    • Bonjour
      Non malheureusement aucun coureur de la marche nordique ne s’est signalé sur le course. Nous étions sur le parcours et sur la ligne d’arrivée pourtant. Nous allons nous renseigner dès lundi auprès de l’organisation.
      Cordialement

      Répondre
      • Ma vision de l’accident de course de la Marche Nordique (en fait pas seulement) : http://www.kikourou.net/forum/viewtopic.php?f=19&t=31160&start=1280#p758831

        Les concurrents n’ont pas été orientés *sciemment*, faut pas exagérer non plus. Il y a eu un balisage mal fichu.

        Cela mis à part, j’aurais moi aussi voulu voir les « vrais » premiers sur le podium et ne me serais pas gêné pour les faire venir….mais ils étaient tous un peu dégoutés (et, sur le coup on les comprend) et étaient déjà tous repartis.

        Christian, touriste « vainqueur » de cette course un peu étrange

        Répondre
        • La lecture de ce lien est en effet très intéressante !
          Merci beaucoup !

      • j’en étais 70 d’entre nous avons fait 6,5 kms en plus plus tourné en rond
        nous avons perdu à peu prés une heure, nous avons été alertés par Didier Guillemot et Sebastien Chauveau qui avaient décrochés du groupe de tete
        volontairement
        une douzaine du groupe de tete ont continué et ont fait 13 kms en trop dont ies 3 meilleures femmes A Mazurek,N Jaunet et I Rata

        Répondre
        • Il y avait aussi Isabelle WALTER qui a continué la marche
          Avec A.Mazurek. … ( photo d’arrivée à l’appui et relevé électronique ) Elles ont persévéré et parcouru 43 ou 44 km, c’est pourquoi on peut parler de marathon et elles devaient être sur le podium !
          Félicitations
          LE GROUPE DE TÊTE A ÉTÉ DÉCAPITÉ PAR UN BALISAGE CONFUS !

      • Merci de bien vouloir considérer ce dysfonctionnement.
        En comparant les temps des PREMIÈRES EN 2014 et ceux des PREMIERES EN 2015, (15 min de différence), on peut :
        – soit penser que les performances féminines baissent (!)
        – soit trouver qu’il manque le groupe de tête (certains avaient abandonné et d’autres faisaient un  » détour  » de 12/13 km )

        Répondre
  2. Avez vous obtenu une exemption de la Mairie de Paris pour que les participants ne soient pas gênés par la pollution atmosphérique ? Ou non : c’était la date et le trail de Paris a été maintenu comme prévu ?

    Répondre
  3. Au sujet de mauvaise orientation la majorité du peloton du 30 km n’est passé au contrôle
    de ravitaillement du belvédère du Parc de Saint Cloud !!!!!!! QUID

    Répondre
  4. Bonjour,
    J’ai fait le 30kmtrail, départ dernière vague. Nous nous sommes retrouvés un groupe d’une vingtaine au bout de 10 km a contresens du 50 km … Renseignement pris, l’organisation explique un débalisage sauvage et volontaire du 30 km.
    Chemin retrouvé tant bien que mal grace au mari d’une concurrente qui a fait un suivi internet de son téléphone.
    J’ai fait 35 km finalement, et manqué le premier contrôle. Sinon c’était bien.

    Répondre
  5. Bonjour
    L’organisation nous confirme qu’il y a eu un soucis au niveau du balisage. En effet le fléchage du 30km et du 50km ont été arrachés au niveau de l’intersection ce qui a provoqué la confusion pour le parcours.
    L’organisation présente ses excuses aux coureurs qui se sont perdus et qui ont ainsi parcourus plus de kilomètres que prévu.
    Cordialement

    Répondre
    • Bonjour,
      Un peu trop simple comme réponse!!! et si le « mal était plus profond » organisation peu
      « légère »……….

      Répondre
  6. Nous étions parmi la vingtaine de coureurs à nous être  » perdues « … C est fort regrettable même si j ai bien conscience de l’énorme travail effectué par équipe …
    C était mon premier ecotrail. Ca a un peu gâché la fête et effectivement la moyenne horaire s en est trouvée énormément faussée……
    A l année prochaine surement. ;-)

    Répondre
  7. J’ai fait parti de ces moutons qui ont emprunté le parcours du 50 km à l’envers vers les bois de Vélizy .Malgré une participation en 2014, je n’ai pas suivi mon intuition de prendre à droite à cette pancarte indiquant le 80 km.
    Au final près de 4 km en plus un peu part chance, n’ayant pas pris une copie du parcours.
    Jean michel wlodyka a pris une photo de la pancarte ou est inscrit au crayon marche nordique chrono.
    Un peu démotivé, nous avons repris le parcours mais au premier point de contrôle à Chaville à 12h20 ( 1h50 depuis le départ ) aucun contrôleur ni pointage ?
    Le pointage du 50 km étant à un endroit différent ,je me demande s’il n’a pas été déplacé après le passage des premiers marcheurs nordique.
    J’ai dépassé un nombre affolant de marcheur sans connaitre notre classement mais sans illusion.
    Au final , je réalisé une étonnante 13 éme place ( mais les spécialistes n’ont pas eu cette chance)
    Je remercies les bénévoles de leur présence, loin de chercher un responsable.
    Bravo, aux premiers et surtout bravo au courageux qui n’ont pas abandonné.
    PS: j’espère que cet incident n’aura pas de conséquence pour 2016
    ( vive la marche nordique chronométrée )

    Répondre
  8. Je faisais parti du groupe de tête qui, suite à ce défaut de balisage, a commis une erreur d’orientation et est parti à contre sens sur le parcours du 50km. Renseigné par des promeneurs, nous avons rebroussé chemin. Dépités, la plupart des marcheurs composant ce groupe a abandonné. J’ai parcouru plus de 43km pour franchir la ligne d’arrivée. Cela fait malheureusement partie des aléas d’une course. Cependant, l’organisation doit en tirer des enseignements pour améliorer le balisage sur la prochaine édition. Nous pouvons suggérer deux choses : adopter des repères de couleurs différentes selon les courses pour éviter de confondre les parcours et aller à contre-sens ; mettre un « orienteur » aux intersections litigieuses.
    Félicitations aux vainqueurs qui n’ont pas démérité et ont fourni un bel effort pour cette « chronométrée ».

    Répondre

Réagissez