Les résultats des Championnats de France de marathon (Tours), le 18 septembre 2016

Anaïs Quemener et Paul Lalire sont devenus champions de France de marathon dans les rues de Tours, dimanche 18 septembre 2016. Découvrez leurs impressions à l'issue de leurs victoires.

Paul Lalire

 

  • Paul Lalire (vainqueur homme en 2h21mn23s)

Le 71e des derniers Championnats du monde de semi-marathon (en mars dernier à Cardiff) s’est imposé en solitaire (2h21’’23) devant Alban Chorin (2h22’39) et Hamid Belhaj (2h26’15) lors des Championnats de France de marathon qui se sont déroulés à Tours ce dimanche.

Lepape-info : Paul, quelles sont vos premières impressions suite à votre premier titre de champion de France ?

Paul Lalire : C’est peut-être ma plus belle victoire à mon palmarès. Je suis très heureux. Il y a un record à la clé malgré le fait qu’on soit en configuration championnat.

Lepape-info : Comment s’est déroulée la course ?

P.L : Ca s’est fait progressivement. On est partis avec un petit groupe de cinq, six coureurs. Une première attaque autour du 20e et une seconde au 27e m’ont permis de me détacher et ensuite de partir seul vers la victoire lors des quinze derniers kilomètres. Je coince un peu dans les cinq derniers mais le principal était d’arriver au bout premier.

Lepape-info : Comment avez-vous trouvé le parcours ?

P.L : Je ne connaissais pas le parcours mais je suis arrivé il y a deux jours pour pouvoir bien le repérer que ce soit en courant ou en voiture. C’est un joli parcours. C’est très sympa. C’est moins urbain qu’un marathon comme Paris. Mais les traversées de villages et le fait de longer des fleuves donnent un caractère très sympathique à cette épreuve.

Lepape-info : Cette date des Championnats de France était cochée depuis longtemps sur votre calendrier ?

P.L : J’avais prévu de faire un marathon à l’automne. Le championnat de France me paraissait intéressant par rapport à sa date. Et surtout qu’en cas de bon résultat, je pouvais enrichir mon palmarès. Je savais que pour le chrono ça serait moins favorable qu’à Berlin par exemple, mais il y avait un titre à aller chercher et c’est ce que j’ai fait aujourd’hui.

Lepape-info : Comment analysez-vous votre chrono de 2h21’’23 ?

P.L : Je pense que je vais pouvoir faire moins de 2h20 assez rapidement avec un contexte un peu plus favorable. Et non en devant finir tout seul sur les 15e derniers kilomètres comme ça.

Lepape-info : Quel est votre programme pour la suite de la saison ?

P.L : Je vais préparer les cross pour être prêt en novembre-décembre pour la course de sélection aux Championnats d’Europe. Et ensuite, évidemment, je veux faire les France de cross (fin février) et pourquoi refaire un marathon au printemps.

 

  • Anaïs Quemener (vainqueur femme en 2h55mn26s)

La jeune athlète du Tremblay AC Athlétisme (25 ans) a remporté son premier titre de championne de France seniors ce dimanche lors du marathon de Tours en 2h55’26 devant Nathalie Tavernier (2h56’48) et Christelle Gabriel (3h05’23).

Lepape-info : Anaïs, pouvez-vous nous raconter votre course ?Anaïs Quemener

Anaïs Quemener : C’est parti assez vite. J’ai essayé de temporiser mais quand on part avec les Elites ça part toujours super vite et on a du mal à gérer son chrono. Ensuite, j’ai essayé de ralentir. J’ai commencé à rentrer dans mes chronos à partir du sixième kilomètre. Puis j’ai trouvé un petit groupe et je suis resté avec eux. Là, c’était parfait !

Lepape-info : Quand s’est dessiné le titre ?

A.Q : J’étais 3e féminine pendant une longue partie de la course. Ce n’est seulement qu’à partir du 22e kilomètre que je suis passée deuxième. Et c’est finalement lors des deux dernières bornes où j’ai pris la tête de la course.

Lepape-info : Où avez-vous trouvé les ressources pour aller chercher cette victoire ?

A.Q : Je me sentais assez bien. Tout le monde me disait que la première n’était pas loin, que c’était jouable. Je me suis dit : “qui ne tente rien n’a rien“. Et en donnant tout, je ne pouvais pas être déçue. Au pire, je n’améliorais que mon chrono. Mais là, j’ai tout eu d’un coup !

Lepape-info : On vous imagine très heureuse.

A.Q : Ca serait mentir de dire que ça s’est mal passé. Je suis très contente. Le temps était parfait. J’avais déjà gagné le titre chez les espoirs en 2013 mais là c’est encore mieux. Je ne m’attendais pas du tout à être championne de France. Je voulais juste battre mon record personnel. Après je sais que les meilleures au niveau national n’étaient pas là. Mais c’est sûr que ça fait vraiment très plaisir.

Réagissez