Les résultats de la Wings for life world Run (Rouen,76), le 3 mai 2015

La deuxième édition de la Wings for life World Run France a couronné Simon Munuytu et la Britannique Leaharna Marsden. Plus de 2 200 coureurs étaient au départ.

wings for life 2015
Simon Munyutu vainqueur du Wings for Life World Run à Rouen ! 74km

Tous finishers ! Pas un abandon, tous ont relevé leur défi. C’est certainement la force du concept original de la Wings for life world run qui permet à tous les concurrents de terminer leur course et de franchir leur ligne d’arrivée.

Petit rappel. Pour le monde entier, top départ à 11 h GMT soit 13 h française. En cet instant, 101 280 athlètes s’élancent dans 33 pays dont  2 200 en France. 30 minutes plus tard, une pacer-car emprunte le même chemin à une allure de 15 km/h. Puis augmente sa vitesse d’1 km/h toutes les heures pendant deux heures puis toutes les 20 minutes.

Tant que le coureur reste devant la voiture, il est en course. Quand la voiture le dépasse, il a terminé :  la ligne d’arrivée est venue jusqu’à lui. La course se poursuit ainsi tant qu’un coureur est devant la voiture. Au final, la dernière femme et le dernier homme éliminés sont sacrés champions de la Wings for Life World Run dans le pays où ils ont couru. Sachant que ce n’est pas forcément fini puisque l’événement est considéré comme terminé lorsque le dernier homme sur la planète s’est fait rattrapé.

Après Hennebont l’an passé, c’est donc à Rouen que se disputait en ce 3 mai 2015 l’épreuve française. Le départ a été donné sur les bords de Seine (quai Saint-Sever) pour ensuite la remonter en passant par la cathédrale de Rouen avant de prendre la direction du pont de Tancarville, situé à 100 km de là.

Dans le peloton, l’ambiance est bonne d’autant que la pluie annoncée n’est pas là. Sourires mais tension aussi car si le principe est connu, il n’est pas forcément intégré et surtout personne ne connaît encore la bonne stratégie pour aller le plus loin possible. Partir vite pour prendre de l’avance et tenir le plus longtemps possible ou partir à un rythme régulier qui peut-être vous emmènera plus loin ? Faut-il être le lièvre ou la tortue ?

Pour Simon Munuytu, ce fut un peu les deux. Le marathonien français vainqueur du marathon d’Albi en 2h22, le 26 avril 2015 et auteur d’un chrono de 31mn43 lors des 10 km de Balma vendredi 1er mai 2015 (4e) est au départ. Il n’a jamais couru plus de 42,195 km en compétition « j’ai juste fait déjà des footing de 47/48 km. Mon objectif était d’aller au-delà des 59 km de Thibaut Baronian l’an passé. Je suis parti sur des bases de 2h35 sur marathon en me disant que ça devrait le faire. »

wings for life 2015
François d’Haene (g) et Simon Munuytu (d)

A ses côtés, François d’Haene qui en tant qu’ultra traileur avec ses moult victoires au delà de 100 km comme la Diagonale des fous 2013 et 2014 ou encore l’UTMB 2012 et 2014 et champion du monde d’ultra 2014 est plus habitué à des kilométrages plus longs. Mais voilà, ici il n’est question que de bitume et surtout le rythme doit être parfaitement régulier. « C’est toute la difficulté pour un coureur de trail et surtout d’ultra car nous sommes habitués à varier les allures en fonction du terrain, à gérer notre effort, là, il faut être un métronome et musculairement on prend cher ! »

Derrière dans le peloton, hommes et femmes donnent le meilleur d’eux-mêmes. Ne pas savoir combien de kilomètres ils allaient parcourir semblait leur permettre d’aller chercher des ressources insoupçonnées. Tous pratiquement sont allés au-delà de la distance espérée même si, pour bon nombre d’entre eux, l’arrivée de la pacer-car n’était pas synonyme de déception mais de délivrance. Ainsi depuis quelques mètres déjà voire des kilomètres, les têtes se retournaient espérant apercevoir au loin la voiture !

73,51 km de course pour Simon Munuytu

wings for life 2015
Leaharna Marsden (en rouge) et Maryse Le Gallo (en bleu)

Chez les femmes, le jeu se fait rapidement à deux. Maryse Le Gallo qui l’an passé faisait partie de l’organisation, est en course. A 55 ans, la Bretonne est en première position en compagnie d’une Britannique vivant en France qui s’est inscrite en dernière minute. Leaharna Marsden n’a jamais couru plus de 21,1 km en compétition mais place une attaque juste avant le 21e km. Maryse Le Gallo ne réplique pas. »C’était trop dangereux et comme elle n’avait jamais fait plus de 21 km je me suis dit qu’elle allait peut-être craquer. Ce ne fut pas le cas. Peut-être aurais-je du partir plus vite en espérant prendre de l’avance mais en même temps elle avait un bon rythme ! J’ai fait ma course, il faut laisser la place aux plus jeunes. » Pour Leahanarna qui vit en France depuis 10 ans et a débuté en course à pied il y a trois ans, ce fut la surprise. « Je suis venue car c’était une course caritative et le concept me plaisait mais je ne m’attendais pas à gagner. J’espérais aller au marathon mais j’étais trop juste, je reviens de blessure. Je suis vraiment très heureuse et j’ai adoré. » Au final, elle a parcouru 36 km.

Devant, l’écrémage se fait petit à petit. Un mano a mano entre le trail et la route s’opère avec François d’Haene et Simon Munuytu. Michel Lanne, lui aussi au départ, n’est pas là. En préparation pour Zegama qu’il disputera le 17 mai 2015, il sert de lièvre au motard Cyril Despres. Durant 50 km, les deux hommes de tête ne se quittent pas. « J’ai adoré cette ambiance, » commente Simon Munuytu, « tellement différente des courses sur route. On a beaucoup parlé avec les autres coureurs et les cyclistes de l’organisation qui assuraient notre sécurité. Tellement sympa ! Bon, après, au fil des kilomètres, ce ne fut plus le cas, j’étais dans le dur… » Au 50eme kilomètre, Simon place une attaque. « Je pensais faire 59 km, je m’étais donc dit « au 50e, tu attaques et tu fais les neuf derniers au maximum » ».  Si l’attaque lui permet de prendre une belle avance sur François d’Haene qui ne peut suivre, la pacer-car est encore loin et il va faire plus de 23 km en solitaire pour atteindre les 73,51 km de course. « Ce fut long, long. La tête et le corps craquaient, je n’étais pas prêt à ça ! J’étais obligé de me dire : « allez, allez, faut que tu y ailles, faut que tu continues ». En plus j’ai fait le dernier kilomètre sous des trombes d’eau ! En y réfléchissant, je pense que je peux aller encore plus loin et viser la victoire mondiale en partant sur un rythme plus rapide. L’an prochain, j’aimerais faire comme Thibaut (Baronian) et Nathalie (Vasseur) : aller aux USA. Ce fut une belle expérience mais là, place au repos. »

Pas question de repos en revanche pour François d’Haene. Mercredi, il s’envole pour les Etats-Unis afin d’aller faire la reconnaissance de The Western States Endurance Run (160 km, 27 juin 2015 en Californie), avant de rejoindre l’Australie où il disputera le The North Face® 100 Australia (Australie), les 16 et 17 mai 2015, soit 100 km et 4 500m de dénivelé. Il ne sera alors pas vraiment question de repos…

Au contraire de l’ensemble des concurrents du monde entier en attendant l’an prochain. Rendez-vous est pris pour le 8 mai 2016. En France, ce sera une nouvelle fois à Rouen.

Les résultats

Wings for life World Run Monde

En Autriche, l’Ethiopien Lemawork Ketema, qui avait choisi de participer à la même course, a conservé son titre avec 79,9 km (78,58 km en 2014) tandis que la Japonaise Yuko Watanabe a remporté la couronne mondiale avec 56,33 km (l’an dernier la meilleure femme avait fait 54,79 km). Dans le monde, la météo a évidemment joué son rôle avec la pluie qui a accompagné les coureurs de Porto tandis qu’à Dubaï ce fut une chaleur torride. La température a varié, quant à elle, de 2 degrés à Kolomna (Russie) à 33 degrés à Gurgaon (Inde).

Hommes

  1. Lemawork Ketema (Autriche), 79,9 km
  2. César André Diaz Hernandez (Chili) 78,31 km
  3. Giogio Calcaterra (Italie) 78,06 km
  4. Florian Neuschwander (Allemagne), 74,56 km
  5. Simon Munyutu (France), 73,51 km

Femmes

  1. Yuuko Watanabe (Japon), 56,33 km
  2. Riana Van Niekerk (Afrique du sud), 55,21 km
  3. Nathalie Vasseur (France), 52,18 km
  4. Laura Chacon Biebach (Allemagne), 51,33 km
  5. Irina Antropova (Rusie), 51,33 km

101 280  coureurs ont terminé la Wings for life World Run

Le classement complet de la Wings for Life run 2015

Deux Français vainqueurs aux Etats-Unis

image001
Nathalie Vasseur au premier plan à droite (casquette et tee-shirt fushia)

Elle a encore œuvré runnings aux pieds. Nathalie Vasseur qui avait remporté l’an passé la Wings for life à Hennebont avec 51,26 km et terminé deuxième mondiale avait choisi Miami pour sa deuxième participation sachant que chaque vainqueur peut l’année suivante choisir la destination de son choix. C’est donc en Floride que Nathalie a pris le départ…. Et que fit-elle ? Elle s’est imposée avec  52,18 km, se classant deuxième au scratch et troisième mondiale. A 50 ans, la « jeune » femme ne cesse de nous impressionner.

Thibault Baronian de son côté avec choisi la Californie et Santa Clarita. Il l’emporte et pourra l’an prochain tout comme Nathalie choisir une autre destination de son choix !

La galerie photos de la Wings for life 2015 à Rouen

4 réaction à cet article

  1. Bravo à tous pour cette belle course, félicitations à tout ceux qui ce sont surpasser et l’organisation, les moyens techniques, et bien sur les COMMISSAIRES DE COURSES. exceptionnel Simon MUNYUTU et Francois D’HAENE véritable machine de course. Merci ! et à l’année prochaine.

    Répondre
  2. Énorme perf de français avec des profils différents ! Cela montre notre potentiel !!!
    Nouveau modèle de course à pieds
    Sportivement
    Pierre de fibre-running.fr

    Répondre
  3. Super ambiance et concept, j’ai fais les deux éditions, on côtoie athlètes de haut niveau et restent très disponibles et accessibles, c’est ça aussi la wingsforlife. Par contre c’est dommage que ce soit de nouveau à Rouen, c’est plus magique et existant de découvrir des nouveaux parcours. Je comprends que pour l’organisation ce soit plus confortable avec le même lieu quelque temps. je recommande cette course à tout coureur, confirmé ou occasionnel.

    Répondre
  4. salut,suis fier de vous

    Répondre

Réagissez