Le Marathon du Bout du Monde (29), le 1er avril 2012

Un grand bol d’air

Organisé tous les deux ans seulement, le Marathon du bout du Monde fêtera sa quatrième édition, dimanche 1er avril, au départ de la Pointe du Raz, dans le Finistère.

Il y aura moins de monde qu’il y a deux ans, au Marathon du Bout du Monde. A moins d’une semaine de la quatrième édition de l’événement, les organisateurs avaient enregistré entre 700 et 750 inscriptions, soit environ 200 de moins qu’en 2010. La faute, peut-être, « à la mode du trail. Et puis, à la concurrence, qui est énorme dans le Finistère », explique l’organisateur Guy Seznec.

Mais cette petite baisse de fréquentation n’empêche pas Guy Seznec d’aborder « sereinement » ce Marathon du Bout du Monde. Car « l’épreuve reste, attractive, avec des sites grandioses. J’espère que les coureurs ont conscience de traverser dans des endroits exceptionnels ».  Outre les points de vue sur la pointe du Raz, le passage au pied d’éoliennes devrait offrir des images plutôt sympathiques aux coureurs.

Le tracé n’a pas changé par rapport à la précédente édition (ce marathon à la particularité de se dérouler tous les deux ans) : la seule modification concerne les duos qui peuvent êtres mixtes, et non plus uniquement composés de deux femmes. Une initiative concluante puisque « les trois quarts des duos inscrits sont mixtes, explique Guy Seznec. On a également eu des demandes pour des duos uniquement masculins. Ce sera peut-être notre prochaine étape, pour 2014 ».

Le départ s’effectue au pied du sémaphore, sur le site de la Pointe du Raz, et l’arrivée sur le port de Tréboul, face à la mer et à l’île Tristan. Entre temps, les concurrents auront dû encaisser 10 premiers kilomètres où se concentrent les principales difficultés du parcours. « Il y a deux belles côtes sur cette partie du tracé. Ensuite, notamment sur le départementale 7, ce ne sont que des faux-plats, descendants ou montants, mais relativement faciles à négocier », renchérit l’organisateur. Quant au passage de relais, pour ceux qui se sont inscrits en duo, il s’effectue au 26ème kilomètre, dans le bourg de Cap-Sizun. « Le premier relayeur a vraiment le parcours le plus long et le plus difficile, d’où l’importance de mettre la personne la plus solide en premier » !

Toutes les infos pratiques sur la fiche du Marathon du bout du Monde
Le site du Marathon du Bout du Monde :  www.lemarathonduboutdumonde.com

Réagissez