Le Lyon Urban Trail (LUT), le 1er avril 2012

Les conseils de Céline Lafaye, 1ère féminine sur le 38 km en 2011

Qui de mieux que Céline Lafaye pour parler du Lyon Urban Trail ? Après sa victoire l’an dernier sur le 38 kilomètres, l’athlète vous livre son sentiment et ses conseils pour bien aborder cette course qu’elle apprécie particulièrement.

Celine Lafaye Lyon urban Trail 2011

S’il y a bien une chose qu’il faut savoir sur Céline Lafaye (Team Scott Odlo les Saisies), c’est qu’elle « déteste le plat ». Alors forcément, un parcours comme celui du Lyon Urban Trail (LUT) lui sied à merveille. « Très varié, hyper cassant », le tracé nécessite de bien récupérer dans les descentes, car il n’y a pas vraiment de temps morts.

D’ailleurs, avis à ceux qui tenteront l’expérience pour la première fois, le 1er avril 2012 : préparez-vous à des réveils difficiles les jours suivants votre trail. « Musculairement, c’est assez traumatisant. C’est peut-être la course après laquelle j’ai eu le plus de mal à récupérer, avoue Céline Lafaye, pourtant sportive de haut niveau et notamment vainqueur du Trail Tour National (court) l’an dernier. On ne peut pas échapper aux courbatures ». Et d’ajouter : « Je me suis découvert des muscles ! Les fesses et les cuisses ont notamment souffert ».

Ne pas s’enflammer au départ

La faute, notamment, aux escaliers qui jalonnent le parcours et constituent l’une des principales difficultés de ce Lyon Urban Trail (LUT). « De mon point de vue, c’est encore plus difficile de s’adapter en descente. Si on ne veut pas perdre de temps, il faut descendre les marches deux par deux. Mais ça demande beaucoup d’agilité et de la concentration, surtout à la fin. Je n’étais pas très à l’aise dans ces parties. Et encore, l’an dernier, on a eu de la chance parce qu’il faisait beau ! » Reste donc à croiser les doigts pour que la météo soit à nouveau clémente pour cette cinquième édition. Car par temps de pluie, à coup sûr, ces escaliers peuvent s’avérer « traitres », et il faudrait donc redoubler de prudence.

Forte de son expérience, Céline Lafaye conseille de « ne pas s’exciter dès le départ. On attaque par le Tunnel de la Croix Rousse, c’est « mortel » avec une pente à 30%. Beaucoup de coureurs partent à fond et ne peuvent plus suivre ensuite. La course est longue ! » En préparation de l’épreuve, la championne recommande évidemment de « s’entraîner en côtes et dans les escaliers. Et sur la course, il ne faut pas hésiter à monter les escaliers deux par deux, en marchant ».

Cette année encore, le Lyon Urban Trail propose trois distances : 38, 23 et 12 kilomètres. Deuxième du 22 kilomètres en 2010, Céline Lafaye prévient : « Bien sûr, la distance fait la différence, mais attention, ce n’est pas parce qu’on choisit une distance plus courte que c’est moins dur. Car plus on réduit le nombre de kilomètres, plus la course va plus vite ! » D’où l’importance de ne pas se laisser « emballer » par les allures des autres, et de rester concentré sur ses propres sensations. Et cela est bien sûr valable sur le LUT comme sur les autres courses…

Pour toutes les informations (programme, inscriptions, etc…), la fiche du Lyon Urban Trail

Le site du Lyon Urban Trail

Réagissez