Kilian Jornet vise le record du monde des 24 heures sur piste

Un nouveau défi pour Kilian Jornet ! La légende de l'ultra-trail, amoureux de la montagne, change ses habitudes et va tenter les 21 et 22 novembre de battre en Norvège le record du monde des 24 heures sur piste du Grec Yiánnis Koúros qui avait parcouru 303,506 km à Adélaïde (Australie) en 1997.

Crédit photo : @lymbus_life / Vegard Breie
Crédit photo : @lymbus_life / Vegard Breie

Comme souvent, pas le temps de s’ennuyer avec Kilian Jornet.

Après avoir sorti le 4 novembre dernier son cinquième ouvrage* « Au-delà des sommets », l’Espagnol a prévu d’enchaîner les tours de piste au stade de Måndalen en Norvège les 21 et 22 novembre (la date et l’heure dépendront des conditions météorologiques).

L’objectif du défi appelé Phantasm 24 est d’établir un nouveau record du monde des 24 heures sur piste. 

 

Cette tentative prévue initialement il y’a 8 jours avait été reportée en raison de blessures musculaires persistantes. Victime de douleurs avant son premier 10 km sur route en compétition sur route en Norvège lors de la Hytteplanmila qu’il avait terminé en 29’59 il y’a un mois, Kilian Jornet reconnait que son entraînement a été un peu frustrant ces derniers mois, où il a enchaîné les blessures.

 

Kilian Jornet qui a ce défi en tête depuis plusieurs mois et qui s’était testé en août dernier sur la piste du stade de Chamonix (84,890 km en 5h58’13) s’est préparé au mieux pour battre le record du Grec Yiánnis Koúros (303,506 km)

 

Kilian Jornet : « Ça fait tellement de kilomètres que je n’arrive même pas à me le représenter. J’ai vu les temps intermédiaires de Yiannis, je vais essayer de m’y tenir aussi longtemps que possible. Je connais la vitesse horaire que je dois maintenir, donc je connais le rythme pour chaque kilomètre et chaque tour. Bien entendu, les 10 premières heures seront plus rapides, puis je ralentirai toutes les heures. J’ai un plan et je sais à quelle allure je veux courir chaque heure. L’essentiel est de ne pas avoir de problèmes musculaires et d’arriver à manger sans avoir de grosses périodes de relâchement. »

 

 

Crédit photo : @lymbus_life / Vegard Breie
Crédit photo : @lymbus_life / Vegard Breie

 

Kilian Jornet spécialiste des ultra-trails et auteur de nombreux exploits en montagne a demandé les conseils spécialisés d’entraîneurs et de kinésithérapeutes avant de tenter ce défi sur piste, spécifique pour lui. Le triple vainqueur de l’UTMB a surtout travaillé sa vitesse parce que ses jambes n’étaient pas habituées à bouger aussi rapidement.

Au rythme de 3 jours par semaine consacrés au travail de la vitesse sur piste ou sur route, Kilian Jornet a appris cette façon de courir sur le plat très différente de la course en montagne, où on lève les jambes plus haut pour franchir les obstacles et avec des appuis différents à cause des variations du terrain.

 

Kilian Jornet : « Ce qui me motive, c’est sortir de ma zone de confort, essayer des choses différentes et voir ce dont je suis capable, qu’il s’agisse de grimper à haute altitude ou, dans le cas présent, de courir sur terrain plat. C’est amusant de découvrir les différentes choses que je peux faire. En plus d’être un bon test, s’entraîner sur le plat est l’occasion d’en apprendre davantage en matière de nutrition et de rythme, puis d’appliquer ces connaissances à d’autres activités, même à l’alpinisme par exemple. » 

 

Pour sa tentative de 24 heures, Kilian Jornet portera la nouvelle Salomon S/LAB Phantasm, une chaussure de course sur route ultra-légère commercialisée au printemps 2021, et qu’il utilise déjà depuis plusieurs mois pour ses séances d’entraînement sur piste et sur route :

« C’est une super chaussure de running sur route. Elle est légère, très réactive et bien équilibrée avec un bon amorti, ce qui est crucial lorsqu’on s’entraîne longtemps sur des surfaces dures. Et l’adhérence est vraiment excellente, même sur terrain humide, ce qui est aussi important. »

 

Enfin lors de son défi, Kilian Jornet changera de sens toutes les quatre heures sur la piste et sera accompagné de plusieurs coureurs d’ultra norvégiens accomplis afin que la course soit officielle. Un record à battre dans le stade de Måndalen interdit aux spectateurs par précautions sanitaires en raison de la pandémie de coronavirus.

 

 

*https://www.lepape-info.com/la-bibliotheque-du-coureur/kilian-jornet-nous-emmene-pour-un-beau-voyage-au-dela-des-sommets/

Réagissez