GR 2: randonner le long de la Seine, à Paris et au-delà…

Le chemin de Grande Randonnée numéro 2 est un des plus anciens de France. Son parcours suit le cours de la Seine. En Île-de-France, il se refait une nouvelle jeunesse avec notamment la parution récente d’un nouveau topo guide. Nous l’avons suivi à l’intérieur de la capitale, et même un peu au-delà du périphérique !

GR2 Paris

Marcher dans Paris, pas pour courir après son prochain rendez-vous mais pour l’agrément, randonner donc, est tout à fait possible malgré l’environnement très urbain de la capitale qui a priori ne se prête pas forcément aux longues balades bucoliques. Nous l’avons vu dans notre série consacrée aux différentes traversées de Paris, via les GR Pays balisés (voir épisode 1, épisode 2 et épisode 3), et qui vous plongent dans un Paris méconnu, à la découverte des bien des petites rues discrètes, des vestiges du vieux Paris et des hôtels particuliers au calme et pourtant tout près de la foule des grandes artères. Ce parcours sur le GR 2 n’est pas tout à fait du même ordre: en suivant la Seine, on a devant les yeux la plupart du temps un Paris bien connu des touristes du monde entier. Les quais de Seine, c’est bien entendu le Paris des grands monuments, Notre Dame, la tour Eiffel, le Louvre ou l’assemblée Nationale pour n’en citer que quelques uns, répartis tout au long de cette traversée fluviale. Mais ce parcours à travers Paris et son fleuve récelle aussi des surprises.

Paris vu d’en bas…

La première de ces surprises, c’est presque une question de point de vue. C’est un Paris très connu certes, vu du niveau du fleuve, ou presque, que l’on découvre en suivant ce parcours. Presque comme si l’on s’offrait une balade en bateau mouche, sauf que c’est gratuit et que l’on se déplace par ses propres moyens. Les principaux monuments se dévoilent sous un angle de vue qu’on ne prend pas si souvent que ça le temps d’admirer, même si, c’est vrai, une partie du parcours, sans doute la plus classique, est aussi très fréquentée des runners parisiens qui trouvent ici une zone calme, presque sans voiture, pour courir à loisir.

Mais tout de même, admirer Notre Dame ou la tour Eiffel vues des berges n’est pas sans charme. La progression à pied se fait tout à fait facilement, même si il faut parfois faire attention à quelques pavés un peu irréguliers et donc sortir de sa rêverie contemplative pour prendre garde où l’on met les pieds!

Le Paris des ponts et des berges.

Le GR 2 suit assez fidèlement les bords de Seine mais se permet tout de même de navigueur entre les rives et berges elles-mêmes et les quais, voire même s’écarter un peu du fleuve pour quelques rues. Mais on a la Seine quasiment toujours en vue, à gauche, sur tout son parcours purement parisien, depuis la grande bibliohtèque François Mitterrand où le tracé rejoint la Seine après un détour dans le bois de Vincennes et le quartier de Bercy, sur la rive droite.

C’est donc aussi et surtout un Paris des ponts et des berges, révèlant presque parfois une vie parallèle à celle du reste de la cité, à l’écart de la circulation automobile de ce côté là (on évolue rive gauche). C’est le règne des péniches, habitées ou transformées en bar et salle de spectacle, des bateaux mouches et des vedettes de la Seine. Le fleuve vit, lui aussi.

Et le paysage des berges est varié: outre, bien sûr, les vues sur le Paris monumental et historique, il offre une découverte des rives et de son activité: des zones plus ou moins aménagées pour la balade ou le running, pour les sorties du soir et les spectacles, mais aussi des endroits plus industrieux, dédiés à la fabrication du béton ou au transport fluvial. En marchant sur le GR2, on s’immerge aussi dans cette activité, ce monde du milieu de Paris.

Echappées vertes.

Mais le fleuve, et le chemin qui le suit, se poursuit bien sûr hors de la capitale. Si nous n’avons pas encore suivi ses berges et son tracé en amont, nous l’avons en revanche un peu poursuivi vers l’aval. La sortie de Paris, par son fleuve, se fait en douceur: en fait, le sentier s’écarte, sur les berges d’Issy, des rives de Seine, après avoir parcouru très agréablement l’île Saint-Germain. On grimpe alors sur les coteaux, plus affirmés, pour admirer de belles vues sur la cité et se plonger dans les bois de Meudon et de Chaville. Ce n’est pas encore la campagne, car l’environnement reste très construit, mais on se promène tout de même sur des chemins forestier et parmi les arbres. Une bonne façon pour se rendre compte que même à Paris, la nature n’est pas loin, à portée de souliers et que les paysages qui inspiraient les peintres (on croise un étang dédié à Corot au niveau de Ville d’Avray) subsistent encore un peu. Cela a quelque chose de rassurant, et on se plaît à s’imaginer poursuivre le sentier, plus loin vers l’estuaire et la mer.

LE GR 2 à Paris :

La galerie photo

Réagissez