Eco-Trail de Paris, les 26 et 27 mars 2011

Plus de 6000 concurrents !

Nouveau succès pour l’Eco-Trail de Paris : plus de 6000 concurrents étaient au départ sur l’ensemble des épreuves de cette quatrième édition.

Gagnant-80-km-EcoTrail-de-Paris-Credit-Adnane-HALIMIter-1-e1301573408732

18, 50 ou 80… ou plutôt 18, 53 ou 83 kilomètres : une petite surprise des organisateurs pour un grand nombre de participants qui n’avaient pas consulté les fiches techniques de la course les derniers jours avant la course.

En ce dernier week-end de mars, l’Eco-Trail de Paris est devenu un rendez-vous pour tous les amoureux du trail. L’objectif : rallier la tour Eiffel par les chemins.
Tout commence le samedi matin avec un 18 km appelé le TwinSanté® 92, un trail à deux non chronométré ouvert à tous, à allure libre au départ du parc Nautique de l’île de Monsieur, à Sèvres. Il invite les participants à rejoindre la tour Eiffel, avec une arrivée sur la terrasse du Mail Branly. Cette épreuve n’est pas une compétition et se déroule dans une ambiance chaleureuse.
Quelques heures et quelquvainqueur du 50 Km de l'éco trail Paris 2011es kilomètres plus loin, place au 50 km.
Une épreuve qui a gardé ce nom, mais qui faisait bel et bien 53 km cette année !
A 10h30, 1458 coureurs prennent le départ. Hamid Belhaj avalera la distance en 3h56mn45s. Le marathonien s’offre ainsi une belle victoire sur une distance qu’il ne connaissait pas…
Entre-temps, à Buc. Il est 12h30 et 1891 traileurs s’apprêtent à s’élancer sur le 83 km.

La météo fait des siennes

Durant les dernières heures, chacun s’équipe, vérifie son sac une dernière fois et se renseigne sur la… météo. Va-t-il pleuvoir, comme l’an passé ? Certains disent oui, d’autres non, sûrs de leur fait. En attendant, il fait presque trop chaud ! Dès les premiers kilomètres, chacun tente de se frayer un chemin et de trouver l’allure stratégique. Devant, le rythme est rapide ; derrière, on hésite déjà entre alterner marche et course afin d’espérer atteindre Paris. La chaleur perturbe les organismes et cause de nombreux soucis. Jambes lourdes, problèmes gastriques. Le futur vainqueur du 83 km avouera avoir vécu « un calvaire jusqu’au parc de Saint-Cloud », à dix kilomètres de l’arrivée. A 33 ans, Fabien Antolinos franchit la ligne d’arrivée en 6h28.

A cette heure-là, seuls 1000 des 1891 coureurs au départ sont parvenus à l’observatoire de Meudon, situé au 48e km !

Car derrière, chacun essaye de gérer et gérer encore son effort. Les montées se font le plus souvent en marchant le plus vite possible, on accélère en descente, on essaye d’être efficace sur le plat sans oublier de repérer les balises et de surveiller sa montre pour respecter les temps de passage. Sans oublier de veiller à bien se ravitailler en solide et en liquide, tout en sachant en garder suffisamment pour atteindre le prochain point de ravitaillement. Après le 22e km, il faut en effet attendre le 56e… Pour faire le plein.

Pour corser le tout, en fin d’après-midi, vers 16h30, l’orage tant redouté éclate. Le terrain devient boueux, les appuis incertains. Ça rafraîchit, oui, mais un peu trop ! Une bonne heure de pluie intense (puis plus intermittente et moins gênante), c’est peu et beaucoup à la fois lorsque la température chute de plusieurs degrés et que vous êtes en plein effort. Eh oui, le coureur n’est jamais satisfait ! Surtout lorsqu’il peine et qu’il ne sait pas trop où se situer. En effet, les seuls panneaux de kilométrage présents sur le parcours aux points de ravitaillement sont faux ! Et les signaleurs sont bien en peine de vous donner des informations exactes. Pas facile de gérer ainsi son effort. On regarde son GPS, on interroge ses partenaires de course et chacun poursuit sa route. On verra bien… De toute façon, il faut continuer.

Madame Eiffel au bout du chemin

Au final de l'Eco trail de Paris, les escaliers de la Tour EiffelDes groupes se forment. On se perd, ensemble, personne n’a levé la tête pour rechercher la balise. On tente de trouver un rythme commun, on essaye de prendre des relais… Quelques kilomètres plus loin, les groupes s’éparpillent au fil des pauses. Pas besoin de mots, un regard et chacun poursuit son chemin. Parfois, sur les passages moins pentus, on demande un prénom, on s’encourage, mais il faut conserver toute son attention sur le terrain et sur soi-même.

A la nuit tombée, les frontales s’allument une à une. La foulée change imperceptiblement, le terrain est moins facile à aborder. Le circuit, qui emmène le peloton à travers les forêts domaniales de Versailles, de Meudon et du domaine de Saint-Cloud, a permis aux organisateurs de tracer des boucles et des boucles, laissant le coureur perplexe avec la sensation d’être déjà passé par là. Pas tout à fait vrai, mais pas tout à fait faux ; la différence est parfois seulement de quelques mètres.

Pour ceux et celles qui sont parvenus à atteindre le parc de Saint-Cloud – avant la barrière horaire, fixée à 23h30 -, Paris est là. Les quais, il faut tenir. Pas question de lâcher maintenant. Il reste dix kilomètres pour rejoindre la tour Eiffel, gravir les 357 marches et franchir la ligne d’arrivée. Une délivrance, une victoire pour toutes et tous.

Départ du 50 km de l'eco trail de Paris

Les classements

  • 80 km

Hommes
1.    Fabien ANTOLINOS, 6h28mn
2.    Emmanuel GAULT, 6h36mn42s
3.    Erik CLAVERY,  6h44mn52s…

Femmes
1.    Aurélia TRUEL, 7h43mn27s
2.    Anne VALERO, 8h07mn31s
3.    Brigitte BEC CETRE, 8h14mn19s…

Nombre de partants : 1891,
dont 149 femmes (7,88 % des partants)

Nombre d’arrivants : 1475 (78 % des partants),
dont 113 femmes (7,66 % des arrivants,
soit 75,84 % des partantes)

Nombre d’abandons total : 281 (14,86 %)
Répartition des abandons par points
Départ    : 1
Buc – Ecole Pré Saint-Jean : 62
Observatoire de Meudon : 6
Chaville – Parc Mare-Adam : 186
Domaine national de Saint-Cloud : 21
Parvis de la tour Eiffel : 3
Inconnu : 2

  • La feuille de route

Départ, 12 h 30, Buc
Ecole Pré-Saint-Jean, 22 km
Observatoire de Meudon : 48 km
Chaville – Parc Mare-Adam : 56 km
Domaine national de Saint-Cloud : 73 km
Arrivée, Parvis de la tour Eiffel : 83 km

Temps limite : 12 heures 30 soit 1h du matin.

  • 53 km

Hommes
1.    Hamid BELHAJ, 3h56mn45s
2.    Huw LOBB Serpentine (GB),  4h00mn41s
3.    Jacques HINET, 4h19mn…

Femmes
1.    Agnès HERVE, 5h00mn12s
2.    Zaina SEMLALI, 5h02mn44s
3.    Virginie THEVENOT, 5h13mn12s…

Nombre de partants : 1458, dont 276 femmes (18,93 % des partants)

Nombre d’arrivants : 1293 (88,68 % des partants), dont 249 femmes (19,26 % des arrivants, soit 90,22 % des partantes)

Nombre d’abandons total : 158 (10,84 %)
Répartition des abandons par points :
Départ :11
Chaville – Parc Mare-Adam : 106
Domaine national de Saint-Cloud : 41

  • La feuille de route

Départ, 10h30, domaine du château de Versailles, allée de la Reine Sud (78)‏
Chaville – parc Mare-Adam : 26 km
Domaine national de Saint-Cloud : 42 km
Arrivée, Mail Branly : 53 km

Temps limite : 9 heures soit 19h30

 

Réagissez