Marathon du Médoc : les derniers conseils

Dernières recommandations avant ce marathon si particulier.

C’est la dernière ligne droite ! Dans quelques jours, plus de 8500 coureurs venus de France, de Navarre et des quatre coins du globe s’élanceront sur le « plus long marathon du monde ». « Plus long » ? Oui, car il est très rare que le marathon du Médoc fasse exactement 42,195 km et surtout parce que les coureurs suivent rarement une trace idéale !

Attention à la météo car « il fait souvent très chaud sur le Médoc », rappelle Philippe Rémond, fidèle parmi les fidèles, avec ses neuf victoires au compteur.

Le Médoc, ce n’est pas uniquement un marathon, c’est aussi et surtout une grande fête et l’occasion de parfaire votre connaissance de la course à pied. « Je conseille de ne pas venir juste pour faire l’aller-retour le jour du marathon. Ce serait dommage, nous organisons trois jours d’activités, sans compter les châteaux et les villages des alentours à visiter », commente Hubert Rocher, organisateur.

Ainsi,  le vendredi, lors du retrait de votre dossard, vous pourrez assister à un colloque médico-sportif avec des interventions de spécialistes.

Le vendredi soir, place à la Pasta Party. «Elle ne ressemble à aucune autre. Même si vous ne restez pas jusqu’au bout de la nuit, il faut vous y rendre. De tous les marathons auxquels j’ai participé, c’est vraiment la plus sympa, la plus étonnante, commente Philippe Rémond. Et puis le boulot est fait, alors si vous avez envie d’un verre de vin, faites-le, ça ne vous fera aucun mal ! »

« Ne venez pas si vous n’avez pas de déguisement ! », s’écrie l’organisateur.

Côté pratique, les puces ne seront pas dans les dossards comme habituellement mais se fixeront aux chaussures! N’oubliez pas de les mettre.

Après l’épreuve, vous aurez la possibilité de vous restaurer, de participer à des dégustations avant d’aller danser sur les quais et d’assister au feu d’artifice.

Enfin, le lendemain, ne partez pas ! Une balade de récupération à Saint-Germain-d’Esteuil, dans le vignoble de l’appellation médoc, s’effectuera au départ du château Castera. Cette excursion, qui accueille 4000 personnes (coureurs, accompagnateurs, bénévoles et partenaires), vous en coûtera 5 euros.

Elle est suivie d’un déjeuner gastronomique au château Castera pour 1500 personnes (45 euros, la balade + le repas). Lors de ce repas  un tirage au sort sera effectué avec un vélo d’appartement offert par Lepape !

Votre week-end de fête pourra alors se terminer tranquillement, à moins que vous en profitiez pour apprécier la région quelques jours de plus.

Votre course

Bien sûr, il y a la fête, mais il y a aussi un marathon à courir. Voici les derniers conseils de Nathalie Vasseur, neuf victoires consécutives sur le marathon du Médoc, et de Philippe Rémond, neuf victoires aussi depuis 1993.

  • J-7, votre dernière semaine

Au niveau de votre entraînement, votre préparation est faite ! Durant cette dernière semaine, restez tranquille et soyez très vigilant. « Le marathon, c’est dur quoi qu’il arrive et plus particulièrement au Médoc. Le parcours est difficil,e avec de nombreux changements de terrains, des côtes et descentes à gérer, alors restez dans la logique de votre plan d’entraînement, mais n’en faites pas trop ni surtout plus. Ajouter une séance pour se rassurer n’est jamais une bonne idée, explique Philippe Rémond. Je préconise de faire la dernière séance de qualité à J-10, avec un rappel de l’allure marathon. Ensuite, durant le week-end, un footing de 1h-1h15 conclut le cycle. Après, si vous le souhaitez ou si vous en avez envie pour vous rassurer, vous pouvez aller faire une petite séance en endurance de 45 mn, mardi , mais ensuite, rangez vos runnings ! Pour ceux qui stressent beaucoup, vous pouvez partir pour 20 mn le jeudi, mais uniquement si ça devient impératif pour décompresser. »

Au niveau de votre alimentation, respectez les consignes habituelles pour le marathon. Rechargez en sucres lents les trois derniers jours.

« Il faut être aussi sérieux que sur tous les marathons, la distance est là, même si c’est la fête. Tenez-vous le pour dit, comme pour n’importe quel autre marathon, il faut bien récupérer et surtout ne pas trop en faire les dix derniers jours. La difficulté pour cette préparation est qu’elle s’est faite pendant les deux mois d’été et quelques fois, les vacances aidant, la préparation a pu être galvaudée… Mais ce n’est pas dans les derniers jours que vous pourrez rattraper le retard. Il faut toujours en faire moins que plus ! », rappelle Nathalie Vasseur.

Petite précision. La course est une course déguisée, mais n’improvisez pas et testez votre costume à l’entraînement, afin de voir s’il n’est pas trop chaud et s’il vous permet d’évoluer sans difficulté !

  • Organisez-vous !

Sur place, attention, il n’y aura pas de retrait des dossards le samedi. Vous devrez donc impérativement le retirer le vendredi de 10 à 23 heures au COSEC de Pauillac. Vous devrez le faire individuellement, aucun dossard ne sera remis à une tierce personne.

Au niveau de vos déplacements, la circulation est souvent complexe. De fait, afin de faciliter la vie et de protéger l’environnement, des navettes ont été mises en place au départ de la région bordelaise vers Pauillac.

Le samedi, les navettes seront uniquement sur réservation. Renseignements

  • La gestion de votre course

Nathalie Vasseur au marathon du Médoc« Ajoutez 15 mn à votre temps habituel, au minimum. Sur le Médoc, il n’est pas question d’essayer de battre son record personnel. Vous pouvez même envisager 30 mn de plus s’il fait chaud, précise Hubert Rocher. De plus, c’est une course où il est agréable d’emmener des amis. Soyez solidaire et aidez-vous dans l’effort. N’hésitez pas à discuter entre vous et à faire connaissance avec les bénévoles. »

Il faut aussi bien appréhender les ravitaillements… En plus des habituels, vous avez des dégustations ! N’exagérez pas ! « Les dégustations sont anecdotiques, prenez quelques gouttes, pas plus, le but n’est pas de s’enivrer. Ça doit juste vous faire du bien au moral », complète l’organisateur.

« Attention, restez tranquille jusqu’au 26e km, car entre le 23e et le 26e, vous devrez affronter une enfilade difficile avec des montées et descentes. C’est un passage charnière, qui peut conditionner votre marathon. Après le 30e, vous pouvez débrancher et ne plus penser qu’à l’arrivée », affirme Philippe Rémond.

« Etablissez un tableau de marche, et n’oubliez pas de vous ravitailler. Au Médoc, c’est facile, car il y a des ravitaillements tous les 2 kilomètres et demi. En ce qui concerne les spectacles et les dégustations  le long du parcours vous pouvez  bien sûr vous arrêter, mais attention ! plus vous avancerez dans le marathon, plus il sera difficile de repartir ! (Même si le temps limite est de 6h30 !) », prévient Nathalie Vasseur.

Et si vous vous arrêtez, prenez systématiquement un verre d’eau après les quelques gouttes de vin ! Pensez que vous aurez toute la soirée et la journée du lendemain pour participer à des dégustations…

La récupération

La balade du lendemain est une bonne récupération, tout comme un peu de vélo ou de piscine. Mais oubliez les runnings pendant au moins 10 jours. « Il y a une règle que nous oublions tous : normalement, la récupération est équivalente au nombre de kilomètre parcourus. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas courir du tout, mais place aux footings plaisir sans travail spécifique », argumente Philippe Rémond.

Vélo de route, VTT, piscine seront donc vos activités pour récupérer du « plus long marathon du monde » !

Bonne course à tous !

La météo : meteo-france à Pauillac

Réagissez