Compétition cycliste : comment s’inscrire ?

Ça y est ! Vous voilà prêts. Un entraînement optimal a visiblement fait de vous un coureur prompt à affronter la compétition cycliste. Reste une question : comment s’inscrit-on à une course de vélo ? Avec trois fédérations très actives, se lancer n’est pas toujours évident.

course cycliste

Si s’inscrire dans une cyclosportive reste assez simple, pour les courses traditionnelles, l’affaire se complique sérieusement. Le cyclisme français étant doté non pas d’une, ni même de deux, mais de trois fédérations différentes. Si la FFC demeure la plus connue, les deux autres, dîtes « affinitaires », l’Ufolep et la FSGT sont à considérer. Pour des raisons économiques, de qualité d’organisation ou de gestion de niveau, chaque coureur peut être amené à préférer l’une ou l’autre. La présence géographique de telle ou telle fédération est à prendre en considération : certaines fédés sont très présentes dans certains départements et plutôt absentes dans d’autres. Les comités régionaux de chacune d’entre elles publient leur calendrier d’épreuves sur leur site internet, il n’est pas inutile de les consulter avant d’effectuer un choix.

3 fédérations pour un seul sport !

Au gré du temps ont alternées guéguerres de chapelle et tentatives de rapprochement. La question quelque peu utopique d’une unification reste régulièrement posée par les pratiquants. Quoiqu’il en soit, les difficultés croissantes liées à l’organisation des courses et les soucis financiers, issus entre autres de la baisse du nombre de licenciés, facilitent naturellement les rapprochements depuis quelques saisons.

Tour d’horizon des trois cas de figures, que vous préfériez courir en individuel ou que vous souhaitiez rejoindre un club affilé, lequel une fois votre choix de fédération et d’épreuve fait, s’occupera des formalités d’inscription la plupart du temps. Les clubs pouvant être affiliés à une, deux ou aux trois entités.

  • La FFC

La fédération Française de cyclisme est liée par tutelle au ministère des sports et affiliée à l’UCI. C’est celle qui compte le plus de licenciés, de clubs et d’épreuves. Le niveau d’accueil correspond à la licence dite pass-cyclisme, soit le niveau départemental. Il se répartit en 4 catégories : D1, D2, D3 et D4. La répartition entre ces 4 groupes est sous la responsabilité des comités régionaux, ce qui ne simplifie pas la lecture des choses – et crée des confusions quand un concurrent issu d’une région à niveau élevé vient participer à une compétition dans une région « moins forte ». Cette décentralisation permet cependant à chaque comité régional d’adapter la répartition par niveaux de ses pelotons en fonction des effectifs.

La fédération a quoiqu’il en soit fixé une règle pour l’accueil des néophytes : vous serez affectés en D2 entre 17 et 39 ans, en D3 de 40 à 49 ans, en D4 à partir de 50 ans. Ensuite, des points sont attribués en fonction des résultats en courses (tant de points pour le premier, tant pour le deuxième etc… sur le modèle de la formule 1) et en fin d’année les coureurs ayant le plus de points montent dans la catégorie supérieure. Y sont également expédiés en cours de saison, les coureurs emportant deux victoires ou ceux faisant preuve d’une « supériorité manifeste ». Vous pouvez également demander en fin de saison une rétrogradation dans la catégorie inférieure si vous n’avez marqué aucun point dans la saison ou sur justification médicale.

Des divisions où l’on joue surtout le maintien

Une fois ceci énoncé, le néophyte découvrira un monde parfois étrange où les pratiquants n’aiment pas beaucoup changer de catégories, où les meilleurs, une fois un premier succès conquis s’assurent de ne pas en emporter un second et calculent scrupuleusement leur place pour ne pas marquer les points qui les expédieraient en catégorie supérieure. Dans le jargon du peloton, on appelle ça « freiner ». Si on peut le comprendre pour les coureurs de D1 ne souhaitant pas accéder au niveau régional parfois élevé, ce comportement – connu de tous – laisse parfois songeur et ne participe pas vraiment au renouvellement des pratiquants.

Il est possible de s’inscrire à une épreuve pass-cyclisme sans faire partie d’un club, en prenant une licence individuelle, à la condition de n’avoir pas été licencié à la FFC depuis au moins deux ans.

On peut aussi opter pour un titre de participation unique, la « carte à la journée », accompagné d’un certificat médical, qui couvre toutes les assurances nécessaires. Attention : les anciens licenciés FFC, licenciés ou non dans une fédération affinitaire et quel que soit leur niveau dans celle-ci sont affectés dans la catégorie qui serait la leur s’ils étaient toujours licenciés à la FFC.

La FFC délivre aussi ce titre aux coureurs licenciés dans les fédérations concurrentes, et vous serez accueillis dans telle ou telle catégorie en fonction d’un tableau de correspondance entre les catés de chaque fédération. Vous constaterez vite que cette question des équivalences, tout comme celle des disparités régionales ou de la gestion des montées- descentes et dérogations y afférents, sont sujets à d’interminables bisbilles sur les forums cyclistes en ligne.

  • UFOLEP

Créée en 1928, l’Union Française des Œuvres Laïques d’Education Physique propose une section cycliste très développée depuis 1934. Extrêmement active dans certaines régions, elle concurrence sérieusement la FFC, notamment en Ile de France, même si de gros soucis financiers liés au renouvellement d’un contrat d’assurance fédéral a contraint l’Ufolep à revoir ses tarifs de licences et d’organisation à la hausse, provoquant une baisse du nombre de licenciés et de courses organisées.

Cette fédération, comme la FSGT, se contente du niveau loisirs et ne propose pas de haut niveau. Elle propose en 4 catégories : 1-2-3 et GS, les anciens. Le niveau 1 est réputé supérieur à celui de la D1 de la FFC.

L’Ufolep n’ouvre ses compétitions qu’à ses licenciés et ne propose pas de carte à la journée. La double ou triple licence est possible : vous pouvez très bien être licencié aux trois fédérations, ou à deux d’entre elles. A la condition pour l’Ufolep, que vous n’évoluiez ni en première catégorie FSGT, ni au-dessus du niveau pass cyclisme en FFC, à moins de n’avoir marqué que 50 points sur la saison en régional. Par prudence, on précisera qu’avec les difficultés rencontrées ces derniers temps, l’Ufolep modifie régulièrement ces conditions d’accueil des coureurs des autres fédérations.

Sinon, un système similaire à celui de la FFC règlemente les montées, les descentes et les équivalences de niveau pour les coureurs des autres fédérations. Attention, à l’époque d’internet, les communications vont beaucoup plus vite, et un coureur monté de catégorie en FFC le sera également en Ufolep.

  • FSGT

Créé en 1934, la section cyclisme de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail fait partie de cette grande famille sportive issue à l’origine de la sphère CGT. Très présente dans certains départements, la FSGT propose de très belles courses et 5 catégories de niveau, fonctionnant sur des systèmes similaires aux autres en termes de montées, descentes et équivalence avec ses concurrents. Le niveau en première, là aussi, est réputé assez solide.

La FSGT accueille les pratiquants licenciés FFC ou Ufolep sur ses compétitions dans la limite de trois courses par an. Elle ne pratique par contre pas la carte à la journée, il est donc impératif d’être tout de même licencié quelque part !

 

 

2 réaction à cet article

  1. J’aime

    Répondre
  2. Bonjours,

    Je voudrais savoir comment je pourrais faire pour m’inscrire dans une compétition de vélo de course.
    Merci.
    cordialement .

    Répondre

Réagissez