Au coeur des championnats du monde de course en montagne longue distance (USA), le 17 août 2014

Laurent Vicente a participé à cette course hors du commun. Il nous raconte.

739692-1001-0027s

Ces championnats du monde de course de montagne longue distance se sont déroulés à la Pikes Peak Race Ascent, Colorado (USA), course aux mensurations délirantes, le 17 août 2014.

En seulement 21km, 2400 m de dénivelé positif, au départ de Manitou Springs à 1900m pour arriver à Pikes Peak culminant à 4305 m d’altitude, soit à 502m prêt du toit de l’Europe qu’est le mont-blanc. (Route la plus haute de l’hémisphère Nord)

S’entraîner toute une carrière pour participer à un championnat du monde et… Juste vouloir finir une course sans marcher, comme un débutant… La montagne vous gagne en humilité… Le contrat était clair, jogger coûte que coûte jusqu’à la fin, malgré la technicité rocheuse grandissante et surtout un sol sablonneux rendant les appuis instable et fuyant… Juste finir en joggant !

Laurent VicenteLe jour J, sur la ligne de départ, tu te sens tout petit dans ton short. 19 pays représentés. Je décide de me mettre en deuxième rangée des partants. Je pars prudemment et me retrouve à l’entrée du sentier de montagne, après 1km de traversée de la ville, aux environs de la 50eme position.
Tu doubles un japonais, un canadien, deux mexicains, un américain, un australien que tu confonds avec un africain du sud qui sur son dossard s’appelle Lucky Madiba (madiba est le surnom de Nelson Mandela). Et tu réalises : on a tous deux jambes, deux poumons et un cœur ! On est tous pareil ! Plus rien ni personne ne peut m’être étranger dans le monde !

Puis à un ravito, tu doubles un groupe de cinq gars en train de subir un premier contre coup d’altitude, un seul relance pour me suivre l’espace de comprendre que même si, à ce moment de la course, ce n’est pas chacun pour soi : à chacun sa course.

Pour la suite, je ne me souviens plus que des trois slovènes que je double, chacun intercalé au milieu d’autres coureurs, notamment le 4ème au championnats d’Europe cette année(le Roumain Ionut Zinca) et le champion du monde 2013 encore tenant du titre à l’heure où je le double.

Puis deux italiens et tu te dis « waouh je pourrais faire partie de l’équipe d’Italie tout le temps championne d’Europe et la seule à pouvoir rivaliser avec les pays africains aux championnats du monde« … J’entrevois de loin puis rattrape le roumain qui a battu notre meilleure français Julien Rancon aux Europe cette année à Gap, j’essaye d’accélérer pour voir à quel point il se pourrait que je sois lâche dans ma gestion d’effort. 3s pour que mes jambes réagissent à la volonté, mais plus à volonté: une simple contre-action musculaire qui te fais comprendre que la fin de course va être longue…

Jogger, juste finir

Je ne pense plus jusqu’à la fin, il me faut juste jogger. La ligne d’arrivée n’est pas loin, je sens que même les supporters sont jusque dans leur voix affectés par l’altitude. Juste jogger, juste finir. Je me rapproche de l’Allemand qui lui, marche; mais trop tard, il marche trop vite pour quelqu’un qui fini juste en joggant ;-)

Et voici l’arrivée ! Je pense que je vais m’en souvenir longtemps. L’Allemand arrivé 20s juste devant est au sol avec déjà une assistance respiratoire qui lui était proposé. Deux personnes de l’organisation que je devine parce que je sens quatre mains, viennent à moi pour m’aider à avancer afin de dégager l’arrivée. Pour seul mouvement vers l’avant, je me surprends à ne plus pouvoir que basculer les épaules et mettre les mains sur les cuisses. Là, je ferme les yeux, pour me faire surprendre là encore à ne plus pouvoir les ouvrir pendant de longues secondes. Le vertige de la performance ou le mal d’atteindre un sommet…

Rideau, mes jambes ne fonctionnent plus… Bienvenu à la normalité, retour à une respiration qui rééquilibre une oxygénation homogène de tous les membres et les organes d’un corps qui reprends ses droits. Les deux gars me portent/soutiennent sur une distance qui m’a parut bien plus longue que les 10 mètres que je constate en rouvrant les yeux (sûrement quelques minutes plus tard). Je regarde mes poursuivants arriver et tente de demander ma position. Aucun bénévole américain ne me répond. Vu leur tête, j’ai dû sûrement leur poser la question en français…

Le temps de me couvrir avec les affaires de rechange, la première feuille de résultat s’affiche:
14eme mondial !
6eme européen !
1 français.
Oui, je l’ai fait, j’ai jogger jusqu’au bout à 1 000 à l’heure ! (1000m de D+ à l’heure)

Les résultats

21 km

Hommes     

  1. Sage C Canaday (USA), 2h10mn03s
  2. Azerya Teklay Weldemariam (ERI), 2h10mn47s
  3. Andy J Wacker (USA), 2h11mn39s
  4. Eric M Blake (USA), 2h12mn15s
  5. Joseph Gray (USA), 2h13mn02s
  6. Tommaso Vaccina (ITA), 2h13mn59s
  7. Jason C Delaney (USA), 2h16mn17s
  8. Xavier Chevrier (ITA), 2h17mn08s
  9. Peter M Maksimow (USA), 2h21mn11s
  10. Zinca Ionut Alin (ROU), 2h21mn19s

14. Laurent Vicente (FRA), 2h23mn05s

Femmes     

  1. Allie J McLaughlin (USA), 2h33mn42s
  2. Morgan B Arritola (USA), 2h35mn39s
  3. Shannon E Payne (USA), 2h40mn28s
  4. Mateja Kosovelj (SLO), 2h42mn41s
  5. Stevie Kremer (USA), 2h43mn16s
  6. Brandy L Erholtz (USA), 2h47mn46s
  7. Anna Celinska (POL), 2h48mn03s
  8. Anna H Frost (AFS), 2h49mn40s
  9. Catherine Bertone (ITA), 2h49mn54s
  10. Antonella Confortola  (ITA), 2h52mn28s

Quelques photos

Réagissez