Atsedu, vainqueur de Paris-Versailles 2011

L’Ethiopie s’adjuge Paris-Versailles

Tesgay Atsedu et Haftu Goitetom se sont imposés au terme des 16 km de la Grande Classique.

PARIS-VERSAILLES 2011 départ

Sous un soleil éclatant, ils sont 24 254 coureurs au départ. Aux pieds de la Tour Eiffel, l’ambiance est là tandis que les scouts en pleine forme assurent le spectacle en attendant le grand départ à 10 heures.

Au top départ, le peloton s’élance sur les quais de Paris en direction de la Côte des Gardes. Les hommes de tête partent tambours battant. Derrière pendant plus d’une heure, l’ensemble des concurrents s’élancent par vagues. Une stratégie qui évite beaucoup de stress et qui permet aux coureurs du peloton d’assister au départ des champions en toute sérénité.

Au niveau du parcours, après les quais jusqu’à Issy-Les-Moulineaux, place à Meudon et sa légendaire Côte des Gardes. Durant 2 km, il faut gérer son effort, en courant, devant, en alternant marche et course derrière. Vient ensuite la forêt, une bouffée d’oxygène et un peu de fraîcheur, une belle descente avant la côte du cimetière qui porte si bien son nom. Pas facile à négocier….Et c’est enfin l’avenue de Paris avec l’arrivée face au château de Versailles.

Au terme de ce parcours, le Kényan Tesgay Atsedu s’impose en 47m39s tandis que sa compatriote Haftu Goitetom en 53m41s bat le record de l’épreuve féminin qui appartenait à la Kenyanne Ochichi depuis 2002.

Tesgay Atsedu qui aura 20 ans, le 17 décembre prochain, a fait la différence juste avant l’avenue de Paris après avoir placé une attaque dans la côte du cimetière. « La course a été difficile mais j’ai réussi à tenir dans toutes les montées. Au 14ème km, j’ai enfin pu m’échapper. Je suis vraiment très content. »

Chez les Français, Abdellatif Meftah, vainqueur 2010, se classe 4e en 48 mn 13 s ; Sébastien Beltran 10e en. Abdellatif Meftah en pleine préparation marathon manquait de vitesse. Il tentera de se qualifier pour les JO de Londres lors du marathon de  Francfort le 30 octobre.

Derrière, chacun boucle son parcours sous un soleil étincellant digne d’un mois d’été.

Ils ont couru

Hassan El AhmadiHassan El Hamadi, 18e, 1er vétéran, 52 mn 58 s
« Je suis parti tranquille, derrière, en compagnie de Mohamed Serbouti. Aux pieds de la côte de Gardes, j’ai commencé à accélérer et j’ai pu rattraper les petits jeunes. Je connais bien le parcours, je me suis imposé ici en 1995, à l’époque j’avais battu le record de l’épreuve. Cette année, j’ai aussi fait Marvejol-Mende, où je termine aussi 18e et 1er Français ! A 43 ans, je suis toujours aussi motivé mais je laisse les premières places aux gars de 20 ans, ça va trop vite pour moi maintenant. J’adore les grandes classiques et je tiens à être présent, je n’oublie pas que c’est elle qui m’ont fait connaitre ! »

Laurent Boquillet, Paris-VersaillesLaurent Boquillet, 47 ans, directeur adjoint des épreuves grand public d’ASO (Amaury Sport Organisation), 1 h 00 mn 17 s
« Je cours depuis 32 ans, j’ai du faire Paris-Versailles une bonne dizaine de fois. Je voulais faire moins d’1 heure mais je prépare les Templiers et je n’ai pas fait assez de vitesse pour réaliser mon objectif. Et puis, comme d’habitude, je me suis mis dans le rouge dès les premiers kilomètres et dans la côte ça n’a pas été facile ! Il va falloir que j’apprenne enfin à gérer mes départs ! »

Arno Pical, Paris-VersaillesArno Pical, 39 ans, Paris 9e, Directeur commercial, 1 h 16 mn 57 s
« Je cours depuis 4 ans, et c’est mon 4e Paris-Versailles. En fait, je concentre ma saison de course en septembre et octobre. Je vais enchaîner avec les 20 km de Paris. Ce sont mes deux seules courses de l’année car l’été est la seule période où je peux m’entraîner. Avec les vacances, je peux courir trois fois par semaine, le reste de l’année c’est trop compliqué, je ne peux courir qu’une seule fois par semaine et ce n’est pas suffisant pour être bien préparé. Je suis un peu déçu car c’est la première fois que je n’améliore pas mon chrono. Mais qu’importe j’adore cette course, il y a une superbe ambiance et le décor est magnifique. »

Giorgi Bellati, Paris-VersaillesGiorgi Bellati, 45 ans, Maison-Laffite, banquier, 1h26mn33s
« Je cours depuis 20 ans, mais surtout pour entretenir mon endurance car je fais surtout du tennis, de l’aviron et du golf. Pourtant petit à petit je me suis mis à la course, et j’y ai pris goût. Je prépare le marathon Nice-Cannes après avoir fait le marathon de Paris il y a deux ans ! Paris-Versailles, les 20 km de Paris et le semi-marathon de Paris sont mes rendez vous annuels. En fait, je cours pour être en forme, le chrono importe peu, mais bon j’aimerais quand même bouclé Nice-Cannes en moins de 4 heures. Paris- Versailles est toujours ma course test afin de savoir où j’en suis. Je voulais boucler en 1h20 mais je réalise 1h26, il me reste 6 semaines de préparation j’ai du boulot ! Vraiment les côtes je n’y arrive pas. Sinon cette édition était encore parfaite. L’organisation, le temps, le peloton dense, l’ambiance…Il y a avait vraiment du monde et beaucoup étaient plus en forme que moi ! »

Gaelle Ravisse, Paris-VersaillesGaelle Ravise, 36 ans, institutrice, 1 h 38 mn 51 s
« Je suis plutôt une adepte du tennis et du badminton, c’est mon mari le coureur. Il court le marathon en moins de 3 heures. Je n’avais jamais pris de dossard mais cette année des amis se sont inscrits et je me suis dit pourquoi pas. C’est donc ma grande première ! Il faut aussi que j’avoue que je me suis préparé, comment dire, moyennement. Je n’ai couru que quatre fois à raison d’une fois par semaine et je n’avais pas fait plus de 8 km avant de me présenter au départ. Mon mari était devant car il voulait faire moins d’une heure, moi j’ai couru à mon rythme. Je m’étais fait une montagne de la Côte des Gardes mais elle est bien passée, j’ai plus souffert dans la côte du cimetière et dans la dernière ligne droite. Là je me suis un peu asphyxiée. Au final, je me suis éclatée comme une petite folle, ça m’a donné l’envie de refaie une course mais ce n’est pas facile de s’entraîner lorsque l’on a trois enfants, d’autant plus que le petit dernier à 2 ans. Mais on va voir si c’est possible. »

Les résultats

  • Hommes

1- Tsegay Atsedu (Ethiopie), 47m39s
2- Samson Kiflermarian (Erythrée), 48m02s
3- Adbel El Mouaziz (Maroc), 48m07s
4- Abdelatif Meftah (France), 48m13s
5- Moses Kipruto (Kenya), 48m39s
6- Lemma Fekadu (Ethiopie), 49m51s
7- Onesphore Nkunzimana (Burundi), 50m19s
8- Gervais Hakizimana ((Rwanda), 50m20s
9- Mustafa Bennacer (Algérie), 50m32s
10 – Sebastien Beltran (France), 51m36s

  • Femmes

1- Haftu Goitetum (Ethiopie), 53m41s
2- Sarah Chepchirchir (Kenya), 53m57s
3- Mirriam Wangari (Kenya), 54m50s
4- Rose Chelimo (Kenya), 58m01s
5- Natalia Chatkina (Biélorusse), 58m22s
6- Laurane Picoche (France), 58m38s
7- Hanna Vandenbussche (Belgique), 58m50s
8- Hana Fahroun (France), 01h01m37
9- Severine Hamel (France), 01h01m54s
10-Constance Devillers (France), 01h03m02s

Les résultats temporaires : Resultats temporaires Paris-Versailles 2011

Les statistiques :

Catégories Hommes Femmes
Juniors   (1992-1993) 124 37
Espoirs   (1989-1991) 316 109
Seniors   (1972-1988) 8171 2466
Vétérans 1 (1962-1971) 4730 1422
Vétérans 2 (1952-1961) 2141 532
Vétérans 3 (1942-1951) 523 96
Vétérans 4 (1941 et moins) 57 14
Total 16062 4676
20738

Le site internet de Paris-Versailles : www.parisversailles.com

Réagissez