Arnaud Dely : « J’ai décidé de faire des podcasts avec des athlètes pour divertir les gens, pour leur changer les idées. »

Plus de compétition, plus d'objectif concret à court terme. Comme pour tout le monde, cette période de confinement inédite est particulière pour les sportifs de haut niveau qui essayent de se maintenir en forme tout en s'occupant aussi comme ils le peuvent. Arnaud Dely notamment champion du monde et d'Europe 2018 de duathlon chez les Espoirs nous raconte sa vie de confiné en Belgique.

Entraînement vélo pour Arnaud Dely confiné chez lui en Belgique.
Entraînement vélo pour Arnaud Dely confiné chez lui en Belgique.

Lepape-info : Arnaud, comment se passe votre confinement en Belgique ?  

Arnaud Dely : On ne se plaint pas trop on a encore la chance de pouvoir courir et rouler seul ou accompagné de quelqu’un de sa famille à condition de respecter un écart de 1,50 m entre chacun mais sans limitation de kilomètres autour de chez soi. J’ai décidé quand même de rouler davantage à mon domicile grâce à mon vélo sur rouleau. Mon entraîneur continue de me donner à distance les plans des séances à suivre. Mais j’avoue que la motivation n’est plus trop là, j’ai relâché l’intensité de mes entraînements ne sachant pas quelle sera ma prochaine course. Mon objectif reste quand même les championnats du monde de duathlon en septembre à Almere (Pays-Bas), c’est la seule petite lueur qu’il me reste pour cette saison vu toutes les courses qui s’annulent au fur et à mesure.

 

Arnaud Dely : « Pour nous athlètes de haut niveau ce n’est pas facile de pas avoir d’objectif mais en ce moment le sport n’est qu’une partie infime des préoccupations. »

 

Lepape-info : Vos semaines d’entraînement ressemblent à quoi ? 

A.D : Je ne nage plus, de toute façon je ne nageais déjà pas beaucoup en temps normal. En course à pied je reste par semaine sur des volumes encore élevés (90 à 100 km), à vélo (300 à 400 km) avec une grande partie chez moi comme cela j’évite de rouler dehors et de prendre le risque de me blesser en chutant et de surcharger encore plus les hôpitaux qui n’ont pas besoin de cela en ce moment. Je privilégie les séances vélo intensives chez moi comme cela je peux avoir en puissance des valeurs de watt cibles que je peux garder. Faire cela dehors me ferait aller très vite en prenant des risques avec des chutes possibles donc je préfère ne pas prendre de risque. Pour les entraînements plus tranquilles je vais dehors histoire de m’aérer et de profiter de mon vélo. Pour la course à pied je le fais autour de chez moi, j’ai un tour de 3-4 km que je fais plusieurs fois.

 

Lepape-info : Du coup, le dernier grand moment pour l’instant en 2020 reste le championnat d’Europe de duathlon  

A.D : C’était le 7 mars, le premier et j’espère pas le dernier de l’année. C’était le premier objectif de ma saison, mon premier duathlon en 2020, il arrivait assez tôt dans l’année sans course de préparation avant. Je termine 8ème au classement général (7ème européen) et je suis vice-champion d’Europe chez les espoirs. Je suis satisfait de ma course d’autant que c’était l’un des championnats d’Europe parmi les plus relevés avec la participation d’Alistair Brownlee (double champion olympique de triathlon) et le Canadien Tyler Mislawchuk (vainqueur du test event de triathlon à Tokyo en août dernier) tous les deux présents après le report de la première étape du World Triathlon Series à Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis) en raison du coronavirus. L’ambiance était sympa, j’étais ravi d’avoir pu participer à cette course et félicitations au Français Krilan le Bihan champion d’Europe espoirs qui a battu au sprint Alistair Brownlee.       

 

Lepape-info : Pendant le confinement, vous faites aussi des podcasts intitulés « Le Goût de l’Effort » 

A.D : J’ai décidé de faire des podcasts avec des athlètes pour divertir les gens, pour leur changer les idées vu que c’est un peu difficile pour tout le monde en ce moment. Je commence à voyager un peu plus pour mes courses et à rencontrer de plus en plus de sportifs de haut niveau. J’ai toujours été intéressé par leur leçons de vie, leurs expériences, leurs visions de l’entraînement. J’avais envie de partager leurs témoignages avec d’autres personnes. Comme les autres athlètes sont aussi chez eux sans de véritables objectifs à court terme, je me suis dit que c’était le moment de lancer cette idée et ainsi de promouvoir également le triathlon, le duathlon, le sport d’endurance avec des athlètes de haut niveau. En consultant ces podcasts (via Spotify), cela donnera peut-être l’envie à certaines ou à certains en de se lancer vraiment dans le triathlon, le duathlon. Je fais cela sans arrière pensée de faire de la pub ou de gagner de l’argent, c’est pour partager. C’est ciblé aussi pour ceux et celles qui connaissent un peu le sport, pour leur donner des conseils de séance, des idées de chronos, de valeurs de puissance comme j’ai pu en discuter avec le triathlète Belge Edwin Vanderplancke ou le Français Benjamin Choquert champion d’Europe de duathlon en mars dernier pour la 2ème année consécutive. On ne discute pas que de sport, avec Christophe de Keyser on a parlé de Tinder, avec Alexandra Tondeur on a évoqué la Casa de Papel etc …  Je voulais faire ces interviews sous format podcast pour que l’on puisse les écouter, les consulter quand on le voulait.

 

Lepape-info : Ce confinement inédit est un moment particulier     

A.D : Pour nous athlètes de haut niveau ce n’est pas facile de pas avoir d’objectif mais en ce moment le sport n’est qu’une partie infime des préoccupations. Je pense qu’il faut que l’on soit tous solidaires pour la cause qui est en jeu. Rester tous chez soi c’est le plus important. Les règles ne sont pas les mêmes par exemple en Belgique et en France mais c’est important de pouvoir s’aérer on le fait le moins souvent possible et on pense aux personnes atteintes de ce virus.

 

 

Episode 1 : Arnaud Mengal. Présentation, entraînements et conseil d’Arnaud Mengal

https://open.spotify.com/episode/1JnO0jMo049bmLP2DoNfKa

 

Episode 2 : Benoit Nicolas. Le double champion d’Europe et du Monde de duathlon nous parle de sa préparation, ses projets de coaching et de ses rituels d’avant course

https://open.spotify.com/episode/0NfvdJ6XRsgM2zUzxDIPXd

 

Episode 3 : Benjamin Choquert. Le récent champion d’Europe de duathlon parle marathon, manga et tatouage.

https://open.spotify.com/episode/4ZbMHWk5veUGNIhhiSCsGb

 

Episode 4 : Erwin Vanderplancke. Le triathlète belge nous parle de son début footballistique, d’une séance de 12 x 400 et de son pote Christophe qui est raide comme un poteau

https://open.spotify.com/episode/0Cuy2IUiWpHq1G9eJztceD

 

Episode 5 : Alexandra Tondeur. La championne du Monde de triathlon longue distance nous parle de semaines à 40 km de natation, de la Casa de Papel et de renforcement musculaire spécifique pour le triathlon.

https://open.spotify.com/episode/0mo50RhT8FItaNGMo6m8As

 

Episode 6 : Maxime Monfort. L’actuel directeur sportif de chez Lotto Soudal nous parle de trail running, et de son vélo favori.

https://open.spotify.com/episode/5i95tTYNCAj72Lj2QbYo3F

 

Episode 7 : Christophe de Keyser. Le triathlète belge nous parle de Tinder, de Javier Gomez et de son expérience de vie.

https://open.spotify.com/episode/4uEa6M1Y8k0wKhHnZi0ZFh

 

Série par épisodes en cours …

 

Lien général : https://open.spotify.com/show/4Hpxonjh5gNXINXgRTg6vZ?fbclid=IwAR2wyK8OMxfL63C8BsV5vBvukkGpJHaRba3Tsq9wcfgZk-gmgNZ8TXDk3Bg

 

 

 

Réagissez