Tokyo 2020 : En triathlon, la bataille sera rude pour les médailles en relais mixte

Place ce samedi matin (7h30 heure de Tokyo - 0h30 heure Française) au 1er relais mixte olympique de l'histoire depuis l'arrivée du triathlon au programme des Jeux en l'an 2000.
L'équipe de France sacrée championne du monde à 4 reprises (2015, 2018, 2019, 2020) et donc triple championne du monde en titre est arrivée à Tokyo en grande favorite.
Les épreuves individuelles avec la superbe 5ème place de Léonie Périault mais la déconvenue chez les messieurs laissent penser que la lutte pour l'or olympique et le podium s'annonce peut-être plus disputée que prévue.

Léonie Périault 5ème du triathlon des Jeux olympiques de Tokyo - Crédit photo ©Wagner Araujo_Triathlon.org
Léonie Périault 5ème du triathlon des Jeux olympiques de Tokyo - Crédit photo ©Wagner Araujo_Triathlon.org

Cassandre Beaugrand, Dorian Coninx, Vincent Luis et Léonie Périault composeront le relais mixte de l’équipe de France qui disputera ce samedi matin le 1er relais mixte en triathlon des Jeux olympiques à Tokyo (Japon).

Après sa 5ème place en individuel, Léonie Périault a démontré avec la manière qu’elle était en grande forme. La sociétaire de Poissy Triathlon et double championne du monde de relais mixte (2020, 2018) qui dispute ses 1ers Jeux olympiques aura à cœur le jour de ses 27 ans de s’offrir le plus beau cadeau de sa carrière.

Cassandre Beaugrand qui a abandonné après une crevaison à vélo en individuel aura probablement l’envie d’effacer ce mauvais souvenir avec son esprit de compétitrice au service du collectif.

Chez les messieurs, pas question de rester sur l’immense déception de la course en individuel de lundi dernier. Vincent Luis (13ème) et Dorian Coninx (17ème) tous les deux triples champions du monde de relais mixte savent depuis longtemps qu’il y a la possibilité d’apporter au triathlon Français la première médaille olympique de son histoire voire un titre même si la concurrence sera très relevée.

 

Les 17 meilleures nations au monde seront au départ avec désormais plus que jamais depuis les courses individuelles du début de semaine, une grande favorite : la Grande-Bretagne (vice-championne du monde en 2019)

Les Britanniques qui pourront compter sur Georgia Taylor-Brown (vice-championne olympique), Jessica Learmonth (9ème sur la course individuelle), Alex Yee (vice-champion olympique) et Jonathan Brownlee (5ème de la course individuelle à Tokyo, 2ème à Rio en 2016 et 3ème à Londres en 2012) viseront légitimement le titre olympique.

Les Etats-Unis, vice-champions du monde (2017 et 2020) et 3ème au classement des nations, seront également de très sérieux concurrents avec notamment Katie Zaferes (médaillée de bronze olympique).

La Nouvelle-Zélande a spécialement préparé le relais mixte avec une jeune équipe (championne du monde Relais Junior/U23 en 2019), une équipe emmenée par Hayden Wilde médaillé de bronze lors de la course individuelle chez les garçons.

À surveiller aussi l’Australie, 2ème au classement par équipe, qui mise tout sur le triathlon relais mixte, tout comme la Belgique.

 

 

Suite au tirage au sort, la France partira sur le ponton à l’emplacement numéro 12 avec les USA au bout à gauche et l’Australie et la Grande-Bretagne à l’opposé à droite.

Les relayeurs s’élancent dans la configuration suivante : 1 femme, 1 homme, 1 femme et 1 homme

Chaque relayeur et chaque relayeuse effectuera le même parcours sur le format XS (Super Sprint) : 300 m de natation – 6,8 km de vélo (2 boucles) – 2 km de course à pied (2 boucles).

 
Benjamin Maze – Directeur Technique National

« Le triathlon relais mixte est une épreuve spectaculaire et très attendue. Son intégration dans le programme olympique offre la possibilité, pour les membres du relais, de concourir pour deux médailles. Elle traduit la force d’une nation. Si au cours de l’olympiade, l’équipe de France a décroché plusieurs victoires de rang (2 championnats d’Europe, 3 championnats du Monde et le Test Event) avec différents relayeurs et qu’elle a des ambitions légitimes, elle reste pleine d’humilité au départ des JO. Les médailles seront très disputées et de nombreuses nations lorgnent sur ces premières médailles. »

Réagissez