Grand Prix Cycliste la Marseillaise (dimanche 31 janvier 2016) : La saison commence à Marseille !

Le grand Prix Cycliste la Marseillaise ouvre traditionnellement la saison cycliste professionnelle en France. A quelques heures de cette première course, focus sur la particularité de l’épreuve avec Stéphane Goubert, directeur sportif de l’équipe AG2R La Mondiale et ancien coureur professionnel.

Stéphane Goubert

Lepape-info : Stéphane, avant toute chose, comment sentez-vous vos troupes à l’heure de la reprise ?

Mon équipe sort d’un long stage et mes gars me semblent en bonne condition. L’hiver a été doux donc personne n’a été bloqué dans sa préparation. Maintenant le climat est le même pour tout le monde et ce sera donc la même chose pour nos concurrents. C’est aussi l’intérêt de cette course, de pouvoir juger les adversaires. Voir si on est en avance ou en retard.

Lepape-info : Quels sont vos objectifs sur cette course de rentrée ?

Premièrement cette course permet un premier état des lieux à quelques encablures des premiers gros objectifs de la saison que seront Paris-Nice et Tirreno Adriatico. Ensuite il s’agit de reprendre les automatismes de la compétition, notamment au niveau collectif. Les gars doivent reprendre l’habitude de courir en équipe. Et puis bien-sûr, reste l’objectif de toute course : la victoire. Gagner la première épreuve de la saison enlève déjà une bonne pression. Car cela reste une belle course, avec une belle arrivée, dans Marseille, près du stade Vélodrome.

Lepape-info : Quelles sont les atouts d’AG2R La Mondiale pour ce faire ?

Nous avons des garçons qui ont prouvé récemment qu’ils savaient gagner. Romain Bardet sera là, même si nous ne lui mettrons pas la pression, ses objectifs sont plus loin dans la saison. Ben Gastauer était bien l’an passé en début de saison, en remportant une étape et le général du tour du Haut Var. Samuel Dumoulin l’a déjà emporté, et Mikael Cherel avait été repris dans le final l’an passé. En tant que directeur sportif j’ai plusieurs cartes en main, nous ne partons pas avec un seul leader. C’est aussi un moyen d’apprendre pour nos coureurs à mieux courir en groupe.

Lepape-info : C’est un plaisir de retrouver l’ambiance de la course ?

Oui, on retrouve les adversaires, les copains, qui parfois sont les mêmes. On retrouve la presse française qui reste peu concernée par le Tour Down Under en Australie en janvier et le Tour de Majorque qui précède la Marseillaise. Cela met une petite pression supplémentaire. Après il faut relativiser aussi, toutes les courses sont intéressantes. L’an passé nous avions réalisé une belle course sans résultats, mais cela avait lancé la saison avec une excellente Etoile de Bessèges et la victoire de Gastauer dans le tour du Haut Var.

Lepape-info : Quelles sont les caractéristiques de cette course ?

Même si cela arrive souvent au sprint c’est une course difficile. D’autant plus que les organisateurs ont ajouté la route des crêtes près de l’arrivée. Ça monte dès le kilomètre zéro, le parcours est très accidenté. Il n’y a pas de temps de repos : les montées ne sont pas simples et les descentes très techniques comme celle du petit Galibier. Nous sommes souvent dans un environnement urbain, avec beaucoup de terre-pleins, d’îlots directionnels, ce qui rend le peloton très nerveux. Il faut tout de suite être dans le coup, car tout le monde veut prendre la bonne échappée dès le départ.

Lepape-info : A titre personnel, quels sont vos souvenirs de cette course ?

J’ai un souvenir infernal d’une course sous une pluie terrible, en 2011 quand Jérémy Roy l’avait emporté. Mais surtout cela devait être ma première course pro l’année où je démarrais chez Festina. Et pour un problème d’affiliation des licences, l’équipe n’avait pas été qualifiée à temps. Du coup cela avait été une énorme frustration. Alors j’ai fait en sorte d’être au départ chaque fois que je le pouvais, et depuis que je suis directeur sportif, quand Vincent Lavenue nous sonde sur les courses que nous préférerions couvrir, pour la Marseillaise, je suis toujours le premier à lever le doigt.

Réagissez