A quel âge peut-on courir en compétition ?

A chaque âge, sa distance....

Avant de vous inscrire sur une épreuve de course à pied, vérifiez si vous en avez le droit !

Marathon Sénart 2012

LES ÉPREUVES INDIVIDUELLES EN PLEIN AIR EN FONCTION DES AGES

Attention, tout le monde ne peut participer à une épreuve d’athlétisme et de course à pied. En dehors du certificat médical obligatoire, l’inscription se fait en fonction de l’âge du concurrent.

Elles sont fixées comme suit selon les catégories d’âges (hommes et femmes) pour les athlètes :

  • Vétérans, Seniors, Espoirs : illimitée
  • Juniors (18 et 19 ans) : 25 km
  • Cadets (16 et 17 ans) : 15 km
  • Minimes (14 et 15 ans) : 5 km
  • Benjamins (12 et 13 ans) : 3 km
  • Des courses non compétitives peuvent être organisées sur une distance maximale de 2km pour les Poussins (10 et 11 ans) et sur une distance inférieure à 1 km pour les enfants de 9 ans et moins.

Les Courses en Montagne sont ouvertes à tous les participants de 16 ans et plus dans le respect des distances maximales.

Sous réserves de fournir un certificat médical

Lire aussi : que faut-il fournir pour s’inscrire à une épreuve de course à pied ?

12 réaction à cet article

  1. peut-on inscrire un enfant de 5 ans à une course à pied sur une distance inférieure à 1 km?

    Répondre
  2. Oui s’est possible si l’organisation le propose. Ce sera très souvent une course où vous devrez courir avec votre enfant. L’effort doit être très court, il est ainsi déterminé que le temps de course sans s’arrêter ne doit pas être au de la de son âge soit pour un enfant de 5 ans : 5 mn. A lire : La course à pied chez l’enfant ? « Savoir raison garder »

    Répondre
  3. Bonjour,
    Mon fils de 7 ans adore courir et je l’emmène désormais régulièrement avec moi lors de mes joggings. Il est tout à fait capable de faire 4 à 5km kilomètres sans s’arrêter (c’est moi qui le force à s’arrêter) et, à l’occasion de deux téléthons différents, il a déjà réalisé plus de 12km (avec des pauses régulières). Il est vraiment plein d’énergie et je suis partagé entre l’encouragement et la prévention que tout parent doit avoir pour ses enfants. Il souhaite m’accompagner lors d’une prochaine course chronométrée de 10km, et même si je ne peux pas l’y inscrire, j’hésite à l’emmener en queue de course histoire qu’il puisse d’ores et déjà se frotter à un tel parcours (sans aucune ambition en terme de chrono).
    Avez-vous des témoignages de cas similaires, des avis sur la question ? Savez-vous s’il sera possible de le faire courir avec moi ou si je risque de me faire arrêter par les commissaires de course ?
    Merci !

    Répondre
  4. Bonjour,
    Mon fils de 7 ans adore courir et je l’emmène désormais régulièrement avec moi lors de mes joggings. Il est tout à fait capable de faire 4 à 5km kilomètres sans s’arrêter (c’est moi qui le force à s’arrêter) et, à l’occasion de deux téléthons différents, il a déjà réalisé plus de 12km (avec des pauses régulières). Il est vraiment plein d’énergie et je suis partagé entre l’encouragement et la prévention que tout parent doit avoir pour ses enfants. Il souhaite m’accompagner lors d’une prochaine course chronométrée de 10km, et même si je ne peux pas l’y inscrire, j’hésite à l’emmener en queue de course histoire qu’il puisse d’ores et déjà se frotter à un tel parcours (sans aucune ambition en terme de chrono).
    Avez-vous des témoignages de cas similaires, des avis sur la question ? Savez-vous s’il sera possible de le faire courir avec moi ou si je risque de me faire arrêter par les commissaires de course ?
    Merci !

    Répondre
    • Bonjour « vctm »
      Alors pourquoi ne pas laisser votre fils participer aux courses enfants qui seront plus adaptées à son âge et qui surtout lui permettront de s’amuser et d’aller pourquoi pas chercher « la gagne ».
      Sur un 10 km, il risque de s’ennuyer et surtout d’aller trop loin dans ses limites.
      Sachez aussi que si votre enfant court sans dossard il ne sera pas couvert par l’organisateur et qu’effectivement un commissaire pourrait lui demander de sortir du parcours comme ils peuvent le faire avec tous les coureurs qui sont dans dossard.
      Cordialement

      Répondre
      • Bonjour,
        Je ne suis pas d’accord avec ce commentaire. De quel droit un commissaire pourrait interdire un enfant de courir!!! Les parcours ne sont pas privatifs et utilisent la voie publique. Si le parcours utilise un chemin privatif, seul le propriétaire pourrait lui demander de ne pas rentrer sur ses terres ( et encore s’il le faisait, il y a un vide juridique!! (ne pas confondre violation de domicile et violation de propriété privée – au pénal, cela n’existe pas)). Bref, accompagner son enfant sur une course reste possible à preuve du contraire. Je ne pense pas qu’il y ait des jurisprudences, si oui, il me tarde de les lire. Sportivement.

        Répondre
      • Je rajoute cependant que 10 kms est une distance non adaptée à l’age de cet enfant. Que votre adolescent de 14 ans veuille se frotter à un 8 kms, oui, maintenant 10 pour un enfant de 7 ans, cela ne lui apportera rien.
        A bientôt.

        Répondre
        • Je cite : « Sachez aussi que si votre enfant court sans dossard il ne sera pas couvert par l’organisateur et qu’effectivement un commissaire pourrait lui demander de sortir du parcours comme ils peuvent le faire avec tous les coureurs qui sont dans dossard. »

          On parle donc d’un concurrent qui n’est pas inscrit. Si l’enfant est inscrit alors aucun problème.
          Sportivement.

    • Bonjour

      Oui ! Votre garçon peut courir 10 kilomètres.

      Je dis bien 10 kilomètres et non un 10 kilomètres en compétition car il y a un règlement en France. On peut bien sûr penser que ce règlement est désuet ou inadapté, en tout état de cause il faut le respecter.
      Mais quel est l’intérêt de le faire courir sur une aussi longue distance ?
      Tout enfant (garçon ou fille) devrait être tout à fait capable physiologiquement de courir longtemps car ses caractéristiques corporelles s’y prêtent (normalement) parfaitement bien. Je dis: « devrait et « normalement » car nos enfants occidentaux deviennent d’année en année plus sédentaires. L’étude de l’ American Heart association montre entre autres que les enfants courent le mile 1mn30s en moyenne plus lentement que leurs parents il y a 30 ans !! On devrait donc plutôt encourager les enfants à pratiquer assidûment une activité physique. C’est vrai mais pour en revenir au 10 km quand on observe des enfants jouer spontanément, on constate que leurs jeux sont parfois pendant des heures une succession de courses, d’arrêts, de reprises, d’accélérations, de ralentissements…

      A ma connaissance, je n’ai jamais vu un gamin de cet âge dire : « Tiens ! je vais faire un 10 kilomètres !»

      Revenons un peu sur les caractéristiques physiologiques des gamins
      Bien sûr, de jeunes enfants ont envie de suivre leur père ou leur mère lorsqu’ils(elles) vont faire leur footing et que des gens bien avertis vont rétorquer mais au Kenya ou en Ethiopie, les jeunes enfants courent bien tous les jours des kilomètres pour se rendre à l’école.

      Certes ! Mais ne mélangeons pas les contextes sociaux car les environnements sont loin d’être identiques.
      Oui, les jeunes enfants peuvent courir sans problème sur de longues distances (les performances de jeunes enfants sur marathon sont étonnantes) car leurs prédispositions corporelles leur sont très favorables (rapport taille/poids, masse maigre et grasse, longueur de segments inférieurs …). Très souvent, il n’ y a pas de différence entre garçons et filles à l’école primaire dans les performances dans le domaine aérobie.

      Mais tout ce frêle édifice peut (va) être très vite perturbé par la puberté qui va rabattre toutes les cartes particulièrement chez les filles et tout ce qui a été réalisé avant la puberté peut être bouleversé profondément.

      On assiste très souvent à ce phénomène où l’on voit des filles étonnantes dans les catégories en benjamines ou minimes ne plus progresser ou même régresser lorsqu’elles passent dans les catégories supérieures. La raison est assez simple à comprendre : ces jeunes filles, qui parfois, s’entraînent déjà 3 à 4 ou 5 x par semaine subissent les changements physiologiques et morphologiques dues à la puberté et en même temps, pour des raisons scolaires (passage au lycée puis plus tard encore à l’université ou dans le monde professionnel) commencent à s’entraîner moins qu’avant. Avec un rapport taille/poids plus défavorable, un entraînement nettement moindre on voit les performances qui chutent. Ce cocktail est redoutable dans la motivation des jeunes.

      Dans une carrière sportive, il faut certes apprendre à s’entraîner dur mais il faut également être toujours en capacité d’augmenter la charge d’entraînement (en termes de volume et d’intensité). Ce principe incontournable, s’il n’est pas respecté va avoir des effets négatifs sur la performance et la poursuite de la pratique.

      Il faut donc toujours, quel que soit l’âge d’entrée dans l’activité course, garder une approche progressive et respecter le principe de continuité.
      Pour ma part, je ne considère pas qu’il y ait (comme on a pu l’entendre) un âge d’or pour le développement de la capacité aérobie surtout que la différence dans le développement biologique (entre les développements dits « précoces » et les développements dits « retardés » ) peut être de plusieurs années pour un même âge chronologique ! C’est pour cette raison et parce qu’on ne connaît généralement pas toute l’anamnèse sportive (depuis combien de temps il s’entraîne ou pratique du sport) qu’il ne faut pas apporter plus d’importance que cela à un résultat en course à pied dans les catégories jeunes.

      Pour ma part, j’aurai tendance à affirmer l’entraînement ne commence à être efficace que lorsque tous les systèmes sont matures. Pour toute ces rasions un entraînement que j’appellerai systématique et rationnel n’a de sens qu’à partir de 16 ans chez les garçons et 14/15 ans chez les filles, ce qui ne veut pas dire qu’il ne doit pas y avoir de pratiques sportives préalables, bien au contraire mais ces pratiques ne doivent pas être unilatérales et orientés spécifiquement course à pied mais être variées, diversifiées, basées sur des pratiques ludiques.

      S’il existe certes des formes d’entraînement dites « ludiques », l’entraînement en course à pied est loin d’être un jeu mais une discipline exigeante qui demande un engagement personnel constant.

      Si cet engagement est marqué de manière trop forte précocement, le risque d’usure mentale et psychologique est présent. Un « danger » guette l’enfant qui commence très jeune, c’est la perte d’une éventuelle avance physiologique combinée avec un entraînement spécifique donner une petite avance mais lorsque cette avance s’amenuise lorsque les « retardés « rattrapent leur retard et que l’avance initiale des « précoces » s’amenuise et celui ou celle qui avait l’habitude d’être devant commence alors à ne plus gagner s’installe une situation de crise de confiance qui amène souvent un arrêt de la pratique.

      Si l’on observe les itinéraires des 20 meilleurs(e)s français(e)s sur les distances de demi -fond et fond, on constate qu’ils (elles ) n’étaient pas à une ou l’autre exception, les meilleur(e)s dans les catégories de jeunes. Par contre, ils (elles) sont déjà présents dans les bilans .

      Ils ont appris progressivement à s’entraîner, à accepter des charges de travail tout en ayant maintenu leur motivation et enthousiasme.
      Tous ces éléments mériteraient un développement plus conséquent dans un prochain article.
      Oui, vous pouvez emmener courir votre enfant de 7 ans, mais ne lui imposez pas de contrainte extérieure à sa motivation et à son plaisir.

      Cordialement

      Répondre
    • Mon fils a 14 ans il ne peut faire que 5 pauvre kms je triché sur sa date de naissance pour lui faire faire des courses adapté à son niveau et à sa demande il a terminer 13 au scratch devant 73 adultes et 1 er dans sa catégorie dans le seul trail de 6km et demi autorisé à son âge bien sportivement sabine

      Répondre
  5. mois j’ai 12 ans et je fait des cours a pied de 19 km en 1h40 pourquoi je n’ai pas le droit de faire des cources de 15 km en competition.

    Répondre

Réagissez