2 km de plus pour l’Ultra Trail du Mont Blanc, du 27 août au 2 septembre 2012

Pas forcément plus long !

Les distances sur les différentes courses au programme de l'UTMB ont été réévaluées !

Kilian Jornet en mode trail UTMB

2 km de plus pour l’UTMB® ? Oui et non ! Le parcours n’a pas changé mais sa distance a été recalculée ! Avec au final deux kilomètres de plus que ce qui était annoncé jusqu’ici. Une information qui va permettre à tous les participants de réévaluer leur préparation en fonction des nouvelles distances et dénivelés annoncées.

Réévaluation des distances et des dénivelés des courses

La mesure des parcours 2012 a été entièrement refaite à partir de traces GPS réalisées sur le terrain, notamment avec une excellente trace de l’intégralité de l’UTMB® 2011 fournie par Vincent Delebarre.
Cependant, une trace GPS brute, aussi bonne soit elle, ne donne pas une mesure exacte d’un parcours. En effet, du fait de la marge d’erreur inévitable des appareils, la distance et le dénivelé bruts fournis par le GPS sont nettement sur-évalués.

Concernant la distance, ces traces ont été épurées pour ne garder qu’un point tous les 10 mètres environ. Cela semble à ce jour le meilleur compromis : avec plus de points, on multiplie les écarts de mesure et on augmente artificiellement la distance ; avec moins de points, on n’est plus assez précis. Concernant l’altitude, il est indispensable d’appliquer un seuil afin d’éliminer les écarts artificiels d’altitude. Ce seuil doit dépendre du GPS utilisé, selon qu’il possède un altimètre barométrique ou non. Un seuil de 3 a été appliqué sur les traces issues de GPS disposant d’un altimètre barométrique, et un seuil de 10 sur les traces issues de GPS n’en ayant pas.

Ainsi remesurés, la distance et/ou le dénivelé des courses s’avèrent identiques ou très légèrement supérieurs aux mesures effectuées précédemment. La mesure d’un parcours de trail n’étant pas une science exacte, ces mesures représentent à ce jour l’estimation la plus réaliste que l’organisation puisse fournir.

Voici donc les nouvelles données

  • UTMB® (Ultra Trail du Mont blanc): 168km – 9600 mètres de dénivelé positif en semi-autonomie. 46 heures maxi – 2 300 coureurs au départ.
  • CCC® (Courmayeur – Champex – Chamonix): 100km – 5950 mètres de dénivelé positif en semi-autonomie. 26 heures maxi- 1 800 coureurs au départ
  • TDSTM (Sur les Traces des Ducs de Savoie) : 112km – 7150 mètres de dénivelé positif en semi-autonomie. 31 heures maxi – 1 400 coureurs au départ
  • PTLTM (la Petite Trotte à Léon) : 290 km et 22 000 m de dénivelé positif en autonomie complète. Un raid non-stop sans classement ouvert à 80 équipes

Quelques nouveautés

En cette année 2012, l’UTMB fêtera sa dixième édition et quelques petites nouveautés sont annoncées.

Tout d’abord la TDS, voit son départ avancé de deux heures, les coureurs voulant courir de jour et profiter au maximum des paysages exceptionnels ! Ils ont été entendus par l’organisation qui a donc décidé de le fixer à 7 heures depuis le centre ville de Courmayeur (Italie) , sur la place Bocherel, le jeudi 30 août 2012.

L’UTMB est aussi le théâtre de nombreuses recherches médicales depuis des années. En 2009, l’université et le CHU de Saint-Etienne, en collaboration avec l’ENSA de Chamonix et plusieurs universités européennes, ont lancé une première étude sur les conséquences physiologiques d’un ultradans le cadre de la commission médicale de l’UTMB. Tous les résultats de cette première étude sont analysés dans le livre de Guillaume Millet « Ultra-Trail : plaisir, performance et santé ». (Lire la présentation : trois questions à Guillaume Millet), auteur de Ultra-trail, plaisir performance et santé.

Les résultats ont montré que la fatigue atteignait en moyenne 40% des capacités neuromusculaires à l’issue de la course, avec une grande disparité entre les sujets. Cette hétérogénéité se retrouvait aussi au niveau des conséquences biologiques de l’ultra, certains coureurs ayant des dommages musculaires très marqués et un syndrome inflammatoire majeur alors que d’autres étaient plutôt épargnés. Aucun paramètre simple (niveau de performance, âge, nombre d’heures d’entraînement) ne permettait d’expliquer cette variabilité. En revanche, tous les sujets (masculins) de l’étude récupéraient leur capacité de force musculaire en moins de deux semaines. Toutefois 16 jours après la course, certains indices de récupération restaient dépréciés. De façon assez surprenante compte tenu des impacts répétés, il n’y avait pas de détérioration du stock de globules rouges et le fonctionnement cardiaque était largement préservé.

L’étude a aussi montré qu’une large part de la fatigue induite par un ultra en montagne pouvait être attribuée à la fatigue du système nerveux central, plus touché que le muscle lui-même. Cette fatigue centrale doit donc être plus particulièrement explorée, grâce à l’utilisation de la stimulation magnétique du cortex moteur, une première mondiale à notre connaissance dans le cas d’exercices extrêmes.

L’hypothèse d’une plus grande résistance à la fatigue induite par un effort de type ultra chez les femmes mérite également d’être testée plus profondément.

L’université Jean Monnet et le CHU de Saint-Etienne, en collaboration avec l’École Nationale de Ski et d’Alpinisme (ENSA) de Chamonix, vont donc compléter la première étude scientifique sur la fatigue en ultra trail longue distance (initiée en 2009) et recrutent pour cela des sujets inscrits sur l’UTMB® 2012!

Le but principal de ce projet 2012 est donc de quantifier les conséquences d’une épreuve extrême telle que l’Ultra-Trail du Mont-Blanc sur la réponse cérébrale en utilisant la stimulation magnétique transcrânienne. Cette étude cherchera aussi à comparer les perturbations neuromusculaires et biologiques induites par cette course en montagne entre des femmes et des hommes appariés selon l’âge et le niveau de performance et à évaluer, par des dosages biologiques urinaires et sanguins, les conséquences de l’ultra-trail sur la fonction rénale.

Enfin, cette expérimentation vise à étudier le statut hormonal et le contenu minéral osseux d’un groupe d’hommes et d’un groupe de femmes participant ce type d’épreuve régulièrement.

Espace accompagnants dédié

Les coureurs de longues distances et particulièrement sur les épreuves de The North Face® Ultra-Trail du Mont-Blanc®, le savent bien : être soutenu, suivi, accompagné et accueilli sur les bases d’accueil est souvent la clef de leur réussite. Pour les accompagnants, c’est souvent synonyme de stress, car ils sont un maillon de la réussite du coureur… Pour tout savoir, être informé des modifications, de la météo, calculer les temps, l’organisation ouvre un tout nouvel espace sur  www.ultratrailmb.com entièrement dédié.

L’accompagnant qui s’inscrit sur cet espace pourra :
- bénéficier  en amont de la course d’un guide de l’Accompagnant, d’un plan de transport détaillé, de la newsletter normalement adressée aux coureurs…
- recevoir gratuitement pendant la course les informations officielles que l’organisation envoie aux coureurs et aux bénévoles. En particulier, les alertes météo, les derniers conseils donnés aux coureurs avant le départ, les modifications de parcours, les modifications de barrières horaires, de l’état du trafic routier…
- accéder au service SMS payant permettant de suivre un coureur de façon simplifiée et améliorée : l’information de son passage à un point de contrôle, estimation de son heure d’arrivée au prochain village… et optimiser votre soutien.

Les accompagnants pourront alors mieux anticiper les temps de déplacement d’un point à l’autre, mieux choisir les étapes, mieux prévoir l’équipement (vêtements chauds, thermos, sandwichs…). Mieux informés, pour plus de sécurité et plus de plaisir !

Voir la fiche de l’UTMB dans notre calendrier des courses

Réagissez