Découvrez la vélo-route du saint-Jacques en région centre

Et si on partait en voyage, à vélo, tout près de chez soi ? Pendant trois jours, Sylvain Bazin a testé la toute nouvelle vélo-route du Saint-Jacques, parallèle au chemin de pèlerinage de la voie de Tours, en reliant Maintenon, en Eure-et-Loir, à Châtellerault. Quelques 350 kilomètres de bicyclette, à travers champs et bords de rivières, à la découverte de la campagne et des jolies villes de province!

LA VELO-ROUTE DU SAINT-JACQUES EN REGION CENTRE.

Cette vélo-route est une nouveauté: il existait certes quelques balisages jacquaires “indépendants”, que l’on retrouve ici et là, pour indiquer la route aux pèlerins qui préféraient la bicyclette à leurs pieds pour parcourir ces vastes étendues, mais c’est cette année que la région Centre a mis en place cette itinéraire, avec un balisage spécifique qui rend le parcours très accessible et un ensemble d’hébergements partenaires, estampillés “accueil vélo”, qui comme sur d’autres vélo-routes de la région, permettent de mettre sa monture à l’abris et sans souci de sécurité pour la nuit.

Un parcours accessible

J’ai parcouru cette route du Saint-Jacques pendant trois jours, au départ de Maintenon  et en m’arrêtant à Chatellerault.

Un voyage assez court donc, qui peut tout à fait s’accorder  avec une idée de week-end  sportif entre amis ou en amoureux (c’était mon cas cette fois ci, puisque ma jolie bretonne m’accompagnait les deux premières étapes). Le parcours est assez accessible, notamment en raison d’un profil assez plat, surtout dans sa première partie, puis légèrement plus vallonné, mais très agréable et sans pentes infranchissables. Les gares et les lignes de bus qui jalonnent l’itinéraire sont tout à fait pratiques pour équilibrer les efforts entre chaque participants et chaque motivation: on peut ainsi se retrouver dans le train, ou à l’étape, sans souci, si l’un souhaite rouler une vingtaine de kilomètres de plus que l’autre. Très appréciable également!

carte-saint-jacques-a-veloPour rouler confortablement et efficacement sur ce parcours, composé de routes, de pistes cyclables et de quelques pistes en terre mais faciles,  j’ai opté pour un vélo de cyclo-cross! Un  cadre léger, aluminium et carbone, guidon et selle “de course”, roues fines mais adaptées au tout-terrain et aux routes un peu cabossées. Ma jolie bretonne roulait quant à elle sur un VTC plus classique, à la position plus confortable: ces deux types de vélos sont tout à fait adaptés. Pour une itinérance de ce type, assez brève et où l’on peut rouler avec une charge très légère, on pourra donc utiliser quasiment tous les types de vélos, avec si possible une possibilité de charger un bagage léger, à l’exclusion sans doute des purs VTT, pour des raisons de rendement, et à l’autre bout des vélos de route vraiment racés qui n’apprécieront sans doute pas les passages sur chemins.

Vaste plaine et belles vallées

A nouveau parisien depuis peu, la découverte de cette  nouvelle vélo-route était des plus faciles d’accès: le vendredi soir, nous avions débuté notre virée, après avoir pris un train acceptant les vélos, en visitant les cryptes de la cathédrale de Chartres, un des joyaux du parcours. L’animation très réussie de “Chartres en lumières” (www.chartresenlumieres.com), qui dure tout l’été, nous faisant ensuite passer un début de nuit sous le signe des monuments misent en scène: différentes projections  lumineuses animent en effet les façades des églises et d’autres édifices, en une fantasmagorie remarquable.

LA VELO-ROUTE DU SAINT-JACQUES EN REGION CENTRE.Le lendemain, il était temps d’enfourcher nos montures à deux roues: nous avons cependant débuter notre journée par la visite du château de Maintenon, avant de rouler à nouveau vers le centre ancien de Chartres, admiré de jour cette fois-ci.

Ensuite, après quelques kilomètres agréables le long de l’Eure, les choses se compliquaient un peu en ce jour de grande chaleur: la traversée de la Beauce possède en effet sans doute un certain charme introspectif par une température normale, l’esprit vagabondant à loisirs sur cet horizon infini de blés, mais les 40 ° qui nous assommaient ici furent difficiles à  supporter.

La fin de mon parcours, à l’heure où il commence à faire plus frais, fut tout de même bien animée par la rencontre avec les animaux des champs et des bois, bien actifs à la tombée du soir. Une biche et son faon traversaient ainsi juste devant moi.

Après une belle soirée à Vendôme, encore une belle ville pleine d’architecture, nous avons le lendemain repris notre route vers Tours. Là, les 100 kilomètres qui nous attendaient ce révélèrent très agréables: une météo un peu plus clémente, un paysage plus vallonné, où nous roulons de rivières en fleuve: le Loir, le Cher, puis pour finir les bords de Loire. De jolis villages avec des maisons troglodytiques, d’agréables sous-bois, cette journée nous révèle un coin de douce France où il fait bon rouler, jusqu’aù guinguettes des bords de Loire où commence notre récupération du jour.

Le lendemain, après une visite de la riche ville de Tours, qui malgré les dégâts de la dernière guerre présente un centre ville plein de monuments et de charme, je roulerai seul les 90 derniers kilomètres de cette vélo-route en région Centre, jusqu’à Sainte-Maure de Tourraine, patrie du fromage de chèvre. Je retrouve de large champs, il fait très chaud et les biquettes sont sans doute à l’abris à l’étable. Mais cette virée toute proche de chez moi à travers campagnes et belles ville de France conserve bien du charme!

Pour préparer votre randonnée à vélo en région Centre: www.marandoavelo.fr

Cette vélo-route du Saint-Jacques: http://www.marandoavelo.fr/les-itineraires/saint-jacques-a-velo-via-chartres-chartres

La galerie photos

Réagissez